Viol à la Mecque: Retour sur l’acharnement du Consul Aboubacar Sarr à faire taire une mère sur le drame de sa fille

Viol à la Mecque: Retour sur l'acharnement

Le sieur Abou Ndiaye est entre les mains de la justice.  Arrêté hier jeudi 8 octobre après son audition par les enquêteurs de la section de recherches, il est actuellement dans la cave du tribunal de Dakar en attendant de faire face aux magistrats du parquet. A en croire de nombreuses sources judiciaires consultées par Kewoulo, à moins de bénéficier d’un retour de parquet, il passera sa première nuit à la prison ce soir. Et cela, à cause du contenu explosif des conclusions médicales faites sur réquisition auprès des médecins de l’hôpital principal de Dakar.

Poursuivi pour “viols répétés”, Abou Ndiaye va devoir répondre, aussi, des chefs de pédophilie. Sa victime, âgée de 11 ans aujourd’hui, a subi depuis ses 8 ans le assauts répétés d’un homme en qui sa mère avait, pourtant, entièrement confiance. “Abou, c’est un jeune vraiment pas recommandable. C’est vrai qu’il est arabisant et vivait avec une famille de religieux. Mais, lui, il n’avait rien de religieux. C’est un maçon et il travaillait à Taïf sur les chantiers.” A confié une source sénégalaise à la Mecque. Aussi, cette source a soutenu que “le violeur présumé de la gamine était très proche de la maman et travaillait même occasionnellement pour elle, quand elle avait des marchés.” C’est cet homme-la, de confiance de la maman, qui est à l’origine de ce scandale qui pouvait conduire à un incident diplomatique entre le Sénégal et l’Arabie Saoudite.

Et pour éviter que la charia ne s’applique à lui, les autorités sénégalaises ont tout fait pour exfiltrer Abou Ndiaye comme ses présumés victimes d’Arabie Saoudite. Alors que le rôle d’un consul était d’apporter son soutien à cette femme et à sa famille en détresse, Aboubacar Sarr avait fait venir la dame et sa fille au consulat. “Ensuite, il m’a crié dessous, m’a fait poireauter dans les couloirs de 12 heures jusque vers 15 heures. Ensuite, il est venu me voir et m’a dit: “est ce que tu sais ce qui va se passer aujourd’hui? C’est moi qui vais vous conduire à l’hôpital pour voir si ce que vous dites est vrai.” Ensuite, il a demandé à ma fille d’entrer dans le bureau du policier Sow afin que ce dernier l’auditionne sur papier.” A déclaré la maman. C’est après cette entrée en matière que la gamine, âgée de 11 ans et victime de viols répétés, a été, pendant plus d’une heure, interrogée par le policier Sow comme si c’était elle la criminelle. “Au préalable, c’est le consul en personne qui a procédé à l’interrogatoire de ma fille. Devant moi. En lui disant que si, par son mensonge, il arrivait quelque chose à Abou Ndiaye, elle va porter ça sur sa conscience. Et devant Dieu.” A rappelé la maman.

Bien avant qu’elle n’arrive au Sénégal, c’est en Arabie Saoudite que la gamine a été auscultée par les médecins. Et les premières conclusion médicales étaient sans équivoque puisque les médecins avaient clairement décelé des lésions sexuelles. “Dès que l’affaire a éclatée, la chancellerie a demandé un rapport au Consul. Et M. Aboubacar Sarr avait fait clairement savoir que toute cette affaire n’existe pas. Que c’était une cabale. Comme on voulait voir plus clair dans ce dossier, nous lui avions demandé d’amener la gamine à l’hôpital et de nous faire parvenir un avis médical. Mais, ce document n’est jamais arrivé.” A regrétté, avec les derniers développements du dossier, une sources diplomatique qui a requis l’anonymat. Ce que ce diplomate ne sait pas, c’est que le consul avait d’abord demandé à son vice consul, Moctar Ba, de conduire la maman et sa fille dans un hôpital, privé de préférence, pour éviter que les autorités saoudiennes ne soient informées de l’affaire.

Et lorsque nous sommes partis dans la première clinique, l’infirmière m’a demandé l’objet de ma visite. Et j’ai commencé à lui expliquer que ma fille avait été violée. Aussi, Moctar Ba m’a aussitôt intimé l’ordre de me taire. Ensuite, il a commencé à me crier dessus disant que je voulais me créer des ennuis toute seule. Il nous a abandonnés sur place, ma fille et moi. Et nous avons dû rentrer toutes seules, sans avoir attendu le médecin.” Après Moctar Ba, c’est le consul en personne qui a conduit la maman et sa fille dans une autre clinique de Djeddah.

On est bel et bien allée voir un médecin dans une clinique privée. Et Aboubacar Sarr ne s’est jamais présenté comme consul quand nous sommes arrivés à l’hôpital. Il a juste demandé au médecin de consulter la gamine et de lui donner des résultats, oralement. Et quand le médecin a consulté ma fille, il nous a clairement dit qu’elle avait des séquelles sur ses parties intimes qui ne peuvent être naturelles; même s’il ne peut pas lui donner un certificat médical. Parce que, ce genre de rapport ne doit être fait que dans des hôpitaux publics. Et si les hôpitaux publics étaient informés, l’affaire ne pouvait plus être gardée secrète comme le voulait le Sénégal.” A témoigné la maman. Et là aussi, c’est la même ferme interdiction de parler des vraies raisons de la visite qu’a rappelé le Consul. Et, dans son rapport adressé à la chancellerie comme à tous ses interlocuteurs, Aboubacar Sarr a fait savoir que “tout cela n’était que cabale.” Aujourd’hui, c’est une autre histoire qu’il va devoir raconter à ses patrons, Moise Sarr et Amadou Ba, le ministre des Affaires Etrangères.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire