Tuerie de Boffa-Bayottes: Un témoin convoqué à la gendarmerie meurt en cours de route

Tuerie de Boffa-Bayottes: Un témoin convoqué

Après les quatorze tués de la forêt des Bayottes, voici la première victime collatérale des conséquences de ce drame perpétré le 6 janvier dernier en Casamance. Bourama Toumboulou Sané convoqué par les gendarmes pour une audition a été victime d’un malaise. Ramassé sur la voie publique, par les Sapeurs-Pompiers, sa mort a été constatée plus tard.

Il s’appelait Bourama Toumboulou Sané et était le Secrétaire général du comité de vigilance inter-villageois de Bourofaye. Avec des volontaires, c’est lui qui a toujours donné l’alerte sur le danger imminent de la déforestation qui menace les forêts de la Basse Casamance. Et avec ses parents, de la zone de Niassya, c’est ce sexagénaire qui lutte contre les coupeurs, en collaborant avec l’armée. Mais, aussi, avec les Eaux et Forêts pour arrêter les mafieux qui font du business avec le teck de la Casamance.

Bourama Toumboulou Sané est décédé ce mercredi, victime d’un foudroyant «malaise» inexpliqué par les médecins de Ziguinchor. Entendu le mardi dernier par les gendarmes, il devait se présenter, à nouveau, devant les pandores pour répondre à une nouvelle convocation-confrontation. “Ce mercredi, c’est en allant déferrer à cette énième convocation qu’il est tombé en cours de route. ” A confié un membre de sa famille.

Sa rencontre, avec les gendarmes, ce mardi jusque vers minuit, a été trop stressant pour lui. Puisque, pour les gendarmes, il y a forcément un règlement de comptes qui vise à venger l’emprisonnement des jeunes de Bourofaye, en novembre dernier.” A déploré une source qui a requis l’anonymat. Appréhendant mal la suite son face à face avec les gendarmes, -puisque tous les gardés-à-vue sont toujours détenus- Bourama Toumboulou Sané ne pouvait pas supporter les lourds soupçons de complicité qui pesaient sur eux.

Récupéré sur la voie publique, par des marins pompiers, il a été conduit à l’hôpital régional de Ziguinchor où sa mort a été constatée, hier jeudi, en fin d’après-midi midi. C’est ce vendredi, après la prière de Jummah, que le corps du dernier protecteur de la forêt des Bayottes sera ramené chez lui. Son enterrement est prévu dans la foulée à l’ombre de cette forêt responsable de tant de malheurs.

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire