Tabaski 2017 : Le mouton, une denrée rare dans les points de vente

Tabaski 2017 : Le mouton, une denrée rare dans les points de vente

0

Plus que quelques jours pour la fête du mouton. Au Sénégal on a coutume de préparer cette fête comme l’une des meilleures au monde. Des pères de familles remuent ciel et terre pour satisfaire la famille. A l’heure actuelle, le mouton est l’animal le plus prisé
Reportage

La Tabaski approche à grands pas. Dans certaines rues de la capitale dakaroise, le décor a changé. Des moutons par-ci, des éleveurs par-là. Les avis diffèrent sur les prix. Si certains pensent à une pénurie de moutons, d’autres, par contre, estiment que sous peu les troupeaux vont envahir la ville. Quel est le rôle de l’Etat dans cette affaire ? Certains citoyens interpellés ont donné leur opinion.

«Je marche dans les rues mais je ne vois pas de moutons errer. On ne sent pas l’approche de la fête. Les moutons que j’ai vus ne sont pour la Tabaski; car ils sont très petits. Au Sénégal, les gens ont tendance à attendre les dernières minutes pour se procurer un mouton» a déclaré Ousmane Seck. Poursuivant, il a déclaré que son humble avis, « les éleveurs devraient amener les moutons pour que l’on puisse les acheter. »

Plus loin, aux deux voies de Liberté 6, Djibril Traoré, éleveur de son état, Lacoste rouge à la bande noire, casquette sur la tête explique: « l’Etat doit faire de son mieux pour qu’il y ait des moutons ». Selon lui, chacun doit pouvoir s’acheter un mouton selon les moyens dont il dispose. Sur ce, il poursuit : « On ne doit pas se tordre le coup pour acheter un mouton. Les moyens ne sont pas les même alors que chacun fasse ce qu’il peut».

En effet, les avis ne sont pas partagés. A en croire Lamine Cissé, un père de famille, le gouvernement doit venir en aide à la population pour que la fête se passe dans les meilleures conditions. «Moi je trouve qu’il y’a beaucoup de moutons et les autorités étatiques nous ont promis d’autres qui doivent venir. Je ne me focalise pas sur des promesses qui ne tiennent pas. J’attends de voir pour y croire», affirme-t-il.

« Même s’il n’y a pas beaucoup de moutons à vendre sur le marché, l’Etat nous le dira. Espérons qu’il y en aura mais mieux vaut l’acheter tout de suite que d’attendre quelque chose qu’on ne voit pas c’est la meilleure solution» peste Lamine Cissé.

Sûr de ses propos, Djibril Traoré qui souhaite que l’Aïd El Kébir se passe en paix conclut : «J’en suis sûr qu’il aura des moutons. L’Etat ne doit en aucune manière faire un faux pas sur cette affaire. Dans les normes tout le monde doit pouvoir se procurer un mouton même avec 1000 francs CFA ».

Laisser un commentaire