Usurpation de fonctions: Le « lieutenant des Douanes » est tombé pour 35.000 FCFA

Usurpation de fonctions

0

C’est d’une histoire rocambolesque qu’a hérité la brigade de gendarmerie de la Foire, à Dakar. Un faux lieutenant des Douanes qui tentait de soutirer 35.000 F. CFA à un taximan est tombé dans le traquenard des gendarmes. Et depuis lors, l’homme est pensionnaire du pénitencier de Dakar.

De quel que point où l’on se trouvait dans les alentours de la brigade de gendarmerie de la foire, on l’entendait crier. Supplier l’adjudant-chef Sankharé de le laisser rentrer chez lui; parce ne supportant pas les contraintes de la garde-à-vue. Et criait à qui voulait l’écouter qu’il avait subi une opération chirurgicale qui le rendait inapte à la détention. Pas ébranlés par ces jérémiades, les gendarmes qui semblaient amusés par ce spectacle dégradant, lui disaient qu’il devait y penser avant.

Les faits qui ont valu à Ndiaga Th. d’être conduit à la brigade sont d’une gravité énorme; même si le mode opératoire du délinquant montre l’amateurisme par lequel le cupide jeune homme a voulu gruger un vieux briscard de la route. Ce fameux soir du 7 Août, c’est vers 23h que El’hadj Babacar Fall a fait la connaissance d’un passager qu’il a embarqué dans son taxi.

Avant de prendre le taxi, Ndiaga s’était rendu dans un salon de massages à Ouest Foire et a demandé à être massé, à crédit. Comme les tenancières ne le connaissaient pas, elles ont refusé. Et, c’est en sortant de ce commerce qu’il a emprunté le taxi, tout en tenant à préciser au conducteur que lui, Ndiaga, était le propriétaire du salon et de l’immeuble qui l’abrite.

Séduit par la prestance. Mais aussi par le statut social de son client, le taximan pensait avoir trouvé un bon allié qui pourrait lui faciliter bien des démarches administratives. D’autant plus que, au cours de la discussion, Ndiaga Th lui avait dit qu’il était Lieutenant des Douanes et qu’avec ses chefs, il avait la possibilité de trouver de bons moutons pour la Tabaski avec 35.000FCFA, seulement.

Ca tombe bien, comme tous les pères sénégalais, El’hadj Babacar Fall est préoccupé par son mouton. C’est à ce moment-là que le vieux, qui a senti là une bonne affaire, a demandé à payer la somme pour disposer d’un mouton. Mais, ne disposant pas de liquidité, il a remis ça à demain, après avoir obtenu un numéro de téléphone de son interlocuteur.

Un premier coup de fil matinal sera suivi par un second pendant lequel, Ndiaga Th a demandé à son interlocuteur de s’approcher d’un vendeur de carte de téléphone pour lui acheter 5000 FCFA de crédit. « Il m’a dit qu’il devait appeler ses chefs pour me trouver un mouton« . A déclaré le vieux taximan qui n’en revient pas d’être tombé sur celui qu’on lui présentera, plus tard, comme un faux douanier.

La chute du faux douanier, c’est le flair du vieux taximan qui l’a précipité. « J’ai été surpris de voir le vendeur de cartes entrer un numéro de téléphone qui n’était pas le même que celui que j’avais. Puisque, je me suis penché au dessus du vendeur quand il entrait le numéro que le gars lui communiquait au téléphone. » A déclaré le taximan à nos reporters. Au cours de leur discussion, Ndiaga Th et El’hadj Fall ont convenu de se retrouver devant le King Fahd Palace, pour la réception des 30.000 FCFA restants.

Comme le doute s’était déjà installé dans son esprit, El’Hadj Fall, avant d’aller au rendez-vous, avait fait un détour à la brigade de gendarmerie de la Foire pour y parler de son « Lieutenant des Douanes« . Et des soupçons qu’il avait de ses fonctions et titres.

Sentant là une bonne affaires, les hommes du commandant de brigade ont accompagné le Taximan, tout en restant à une distance régulière. C’est ainsi que, venu récupérer son argent, Ndiaga Th est tombé dans la fosse aux lions…pardon dans le piège des pandores.

Cueilli, il n’a opposé aucune résistance aux forces de l’ordre, allant jusqu’à reconnaitre tacitement avoir tenté sa chance avec le vieux Taximan. « Je suis dans le business, mais je ne suis pas douanier », a-t-il fini par avouer.

Fort de ces aveux circonstanciés, il a été placé en garde-à-vue. Et, c’est après avoir compris la gravité de sa situation qu’il a entrepris de jouer au pitre pour amadouer le commandant de brigade.

Mais, ce jour-là, l’adjudant-chef semblait insensible à suppliques. Au bout de sa garde à vue, le faux Lieutenant des douanes a été placé en détention après un passage obligé devant le procureur.

 

Laisser un commentaire