Sénégal: La foire aux mariés ouverte ce week-end à Yoff, Cambérène et Yeumbeul

Image utilisée à titre d'illustration simple

Finies les insupportables demandes de dots, terminées les longues attentes pour construire un projet de vie et se dire oui devant Dieu et les hommes. Demain, peu importe leur fortune ou leur infortune, des dizaines de couples seront unis par les liens sacrés du mariage, à Yoff. Et cela sans passer par la case des obstacles.

Comme chaque premier week-end du mois, c’est demain que débutera la foire aux mariés dans les villages Lébou du Sénégal. Principal lieu de rendez-vous des couples à marier, le village de naissance de Seydina Limamoulaye, Yoff, accueillera des dizaines de couples à marier, selon les traditions islamiques. Attendue par de nombreux couples, désireux de s’unir devant Dieu, cette foire aux mariages commence, désormais, à s’installer durablement dans les mœurs layennes. Comme pour l’Appel de Seydina Limamoulaye -Ajibo Dahilaye-, ce sont des milliers de pèlerins qui viennent, chaque année, répondre à l’invitation des dignitaires Layennes.

« C’est pour permettre aux jeunes amoureux -qui n’ont pas les moyens de célébrer des cérémonies devenues chères- que nous avons initié ces mariages de masse. Et nous les célébrons dans la pure tradition islamique, avec le consentement des parents« , ont déclaré de nombreux dignitaires layennes, contactés par la rédaction de Kewoulo. Plus besoin de trouver des excuses bidon pour faire durer le suspens avant le mariage, il suffit juste de se présenter, avec l’élu de son cœur à Yoff Diamalaye. Et les imams font le reste.

« En janvier 2017, ce sont 120 couples qui ont été mariés à Yoff, lors de cette foire. Et cette année, à en croire les prédictions des organisateurs, on va battre tous les records, à cause de la crise économique et du chômage latent qui frappent les jeunes. » A déclaré un responsable layennes qui ne veut pas être cité dans notre papier. Puisque « le cœur à ses raisons que la raison, elle-même, ignore« , le manque de travail et de revenus n’étant pas synonyme de veille sentimentale, la communauté layenne a trouvé un bon début de solution pour freiner la violation des interdits majeurs.

Pour ne pas laisser les amoureux vivre clandestinement leur idylle et enfreindre aux lois du créateur, la société Layenne a pris les devants ; en organisant ouvertement ces cérémonies qui sont aussitôt acceptées par tous. Désormais, des imams des villages de Cambérène, Yoff, Ngor, Ouakam, Yeumbeul et Malika sont chargés de recenser les couples désireux de se marier. Et de présenter leurs listes à Baye Ndjine Thiaw, le fils du Khalife général des layennes. C’est ce dernier qui organise les cérémonies.

« Alors, qu’on soit layenne ou pas, tout le monde est le bienvenu. Et tous les couples peuvent être mariés. Il suffit juste d’être musulmans et d’être d’accord pour se marier. Aussi, les parents doivent donner leur consentement à cette union« , déclare-t-on du coté des layennes pour montrer, clairement, la frontière qui existe entre eux et les Thiantacounes, le mouvement de Cheikh Béthio Thioune. Et les premiers bébés des 120 couples mariés, l’année dernière, viennent d’être baptisés il y a moins de trois mois.

Et lorsque ces conditions minimales sont réunies, le futur mari doit remettre, sur place, 10.000 F CFA – 20 €- à sa future épouse avant que le mariage ne soit célébré. Une fois passé ce cap, l’homme et la femme sont déclarés « mariés jusqu’à ce que la mort les sépare. »

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Alors que le mariage comme institution sociale esty de plus en plus rfemise en cause par la postmodernité, eux croient, naïvement comme des enfants de choeur, régler une fois pour toutes les complexes problematiques de moeurs en mariant à tour de bras des gens. Les graves et terribles problemes du Senegal et des senegalais est-il vraiment dans le fait que les gens ne se marient pas ?

Laisser un commentaire