Opinions: Les Elections de Représentativité des Centrales syndicales seraient elles devenues source d’ angoisse existentielle pour certains Mandarins syndicaux.

Opinions: Les Elections de Représentativité des Centrales syndicales

0

Jugez –en ! L’organisation des premières Elections de Représentativité entamée depuis 2005, n’a connu son aboutissement qu’en 2011 avec le passage du brulot entre les mains d’au moins 7 Ministres en charge du Travail, avec un budget qui a frôlé le milliard.

La raison en était simplement le louvoiement et le dilatoire de certains acteurs syndicaux, habités d’instincts de conservation soutenus par des avantages et privilèges, ou fortement étreints de peur d’être mis à nus et par voie de fait perdre la crédibilité de leur monnaie de change.

En vérité, les Elections générales de Représentativité ont la particularité d’être redoutables à la fois pour les dirigeants mandarins syndicaux mais aussi pour les Employeurs en marge de la Loi.

Par l’obligation faite à l’employeur d’inscrire tous ses travailleurs et le secret du vote par le passage à l’isoloir, elles présentent un avantage comparatif plus démocratique sur tous les autres instruments de mesure de la Représentativité (Enquête, Elections de délégués du personnel, patriotisme, droit de propriété, selon le pays etc…) d’abord par leur caractère plus englobant mais surtout par la libération du travailleur de toutes influences extérieures, historiques, relationnelles ou de subordination qui proviendraient d’un Employeur indélicat, ou même d’un Responsable syndical distant et autocrate.

Aussi présentent- elles des incertitudes, des angoisses existentielles pour des dirigeants syndicaux, peu collés à leurs bases, plus visibles dans les grandes messes que sur les sites de travail, mais aussi pour d’éventuels Employeurs faussaires vis-à-vis du fisc ou de la législation du Travail.

Toutes les difficultés rencontrées dans l’organisation de ces Elections, découlent fondamentalement de l’attitude, des dispositions prises par ces deux types d’acteurs dans le processus. Le manque de volonté, d’engagement mais surtout de loyauté dans le jeu, rendent la tâche ardue voir Syzifienne.

L’un, fait de la rétention d’information relativement au personnel préjudiciable à la qualité du fichier pendant que l’autre joue sur la temporalité du fichier en misant sur un perpétuel recommencement qui lui assurerait un sursis à sa position et avantages.

Aujourd’hui, qu’il faille aller à de nouvelles Elections, les mandats issus de ces Elections ayant expiré depuis 2016, le syndrome refait surface, les professionnels des flagorneries, de la surenchère médiatique, de l’activisme politico- syndical, soulèvent les masques, sortent de leur longue hibernation, brisent les pactes car campagne oblige.

La stratégie est connue et l’on ne saurait donner un autre sens à la récente sortie devant la Presse du Secrétaire Général de l’UNSAS, dont la démarche, le propos, souffrent comme d’habitude d’élégance républicaine, de correction langagière et de rationalité procédurale.

«Ester en justice», n’était-il pas plus simple que toute cette logomachie qui heurte le bon sens. N’est-ce pas la preuve d’un égo surdimensionné ou la quête de «Buzz» dans un contexte de campagne que de «servir une sommation interpellative» à un Ministre en fonction qui ne fait qu’appliquer les décisions consensuelles d’une commission électorale nationale conformément à l’esprit et à la lettre d’un Arrêté, élaboré de manière participative et consensuelle, par les trois parties, syndicats, patronat et Administration.

L’Arrêté N° 15237 du 14 Octobre 2015 qui organise les Elections générales de Représentativité des Centrales syndicales a pris soin de lier toutes décisions du Ministre du Travail à un avis préalable de la commission nationale électorale et il en a été ainsi tout le long du Processus.

Au demeurant le Secrétaire Général de l’UNSAS insinue sans trop de conviction que l’Arrêté a été violé en son article 8 qui stipule ceci «les Electeurs sont convoqués par Arrêté du Ministre chargé du Travail, au moins 30 jours avant la date du scrutin après avis de la Commission électorale nationale (CEN).»

C’est ce que le Ministre a fait lors de la Réunion de la CEN du 27 AVRIL 2017. Un texte de Droit est un tout cohérent et ne se lit pas de manière fragmentée et par conséquent il faut lier l’Article 8 à l’article 6 qui traite de «Qui est Electeurs?» donc de ceux là qui sont convoqués.

La convocation du corps électoral ici comme ailleurs en politique n’a rien à voir avec le processus d’élaboration du fichier, traité dans un autre article (cf Art.7), fichier qui a été communiqué ou publié étape après étape à tous les membres de la CEN et qui est aujourd’hui consensuel et à la disposition de toutes les parties.

Il convient aussi d’intégrer le nouveau mode d’affichage surtout quand il s’agit d’un fichier électoral ntional qu’il faut dissocier de l’affichage des listes d’entreprises ou de services, qui relève d’autres Responsables que Mansour Sy. Enfin faut-il le rappeler à propos de fixation de la date des Elections, notre premier Agenda validé ensemble en commission Electorale Nationale, l’avait retenu pour le 11 Mai alors que le fichier n’était même pas encore ouvert?

Camarade Secrétaire Général, vous avez raison de mettre deux fers sur le feu en attendant de bien lire l’Arrêté ci-dessus référencé car en mon humble avis vous n’avez pas été bien entretenu sur le processus et surtout sur ce qui relève de niveaux de Responsabilités, éclatés comme stipulé dans l’Arrêté, le cas échéant conformément à votre compréhension des enjeux de le mesure de la Représentativité, le mauvais fer serait retiré à temps ..

Restons donc dans l’esprit du Pacte de stabilité et d’Emergence économique, construisons ensemble notre futur, le futur de notre pays en nous alignant sur la volonté du chef de l’Etat qui a compris de sitôt le rôle fondamental des organisations de Travailleurs dans le processus de Développement économique qui a institué le Dialogue social comme socle d’intervention du gouvernement.

Au demeurant la mesure de la Représentativité en constitue le baromètre de qualité et d’efficience. Prenons la en toute sportivité, en toute confiance en se disant que c’est par le même processus, avec les mêmes supports, la même expertise de l’Etat que les Elections de Représentativité dans le secteur de l’Education, plus difficiles encore, ont été organisées sans anicroche, ni contestations des protagonistes.

En tout état de cause jamais démarche n’a été aussi inclusive et consensuelle, jamais un fichier n’a été aussi substantiel, plus de 250 000 inscrits contre 160 000 inscrits en 2011, jamais une décision n’a été prise en dehors de la commission nationale et le crédo du Ministère reste, le consensus qui ne saurait signifier unanimité, la transparence et l’équidistance.

                        

WALY Ndiaye,

Conseiller technique N*2, Ministère du Travail.

.

Laisser un commentaire