Tuerie de Boffa Bayotte: Salif Sadio accuse « les rebelles du gouvernement » d’être derrière le coup

Tuerie de Boffa Bayotte

Après plusieurs jours de silence, le chef charismatique du MFDC est sorti de son mutisme. Au micro d’Ibrahima Gassama, le directeur de la radio locale ZIG FM, Salif sadio a déclaré que « le MFDC est tout a fait étranger à cette tuerie. » Pire, il a affirmé que « ce sont « les rebelles du gouvernement » qui ont exécuté ces personnes dans une forêt qui se trouve sous contrôle de l’armée. » Aussi révoltant que cela puisse paraitre, Salif Sadio a dit que son mouvement a trouvé un accord avec le gouvernement sénégalais: chacun devra, désormais, diriger la zone sous son contrôle. Y organiser la vie. Si l’interdiction de la coupe de bois décrétée par le président, Macky Sall, s’applique à l’ensemble du territoire national, Salif Sadio a déclaré que « les permis de coupe continueront à être délivrés » à Sadioland…pardon dans les zones sous son contrôle… »Et aucun Sénégalais ne viendra m’empêcher de le faire! », a averti Salif Sadio. Terrible confidence d’un chef rebelle…

  • Bonjour, nous sommes en compagnie de Salif Sadio. Salif Sadio, pour rappel est l’un des chef d’Etat major du MFDC, le mouvement armé qui réclame l’indépendance de la Casamance. Salif Sadio, vous avez appris ce qui s’est passé le samedi 6 janvier dernier dans la forêt de Bayottes Est avec l’assassinat des 14 tués sans que l’on ne parvienne à mettre la main sur les auteurs de cette tuerie. Comment avez-vous vécu ces drames ? 
  • Bon, je demanderai d’abord de m’excuser de mon Ouolof qui est alambiqué. Mais, je vais essayer de m’exprimer dans cette langue. Comme tout le monde, c’est dans les radio que nous avons appris ce qui s’est passé à Boffa, nous n’en savons rien. C’est regrettable et ces regrets ne commencent pas cette tuerie. Ce n’est pas la première fois. En de nombreuses reprises, le MFDC a essayé d’attirer l’attention de la population sénégalaise et casamançaises surtout les autorités. De la même manière, de nombreux communiqués ont été diffusés pour prévenir ce genre de drames. Ici, en Casamance, c’est des fruits de la forêt que nous vivons. Et nous ne pouvons pas accepter que des gens viennent d’ailleurs pour couper ces forêts comme ils le veulent. Ce qui se passe là ne s’est jamais produit depuis nos aïeux. Ces arbres sont là depuis nos ancêtres et ils ont tout fait pour préserver ces forêts. Pour notre gagne pain mais aussi par pure pratiques culturelles pour les populations Casamançaises. Alors, des gens qui ne connaissent rien à la culture et aux valeurs casamançaises viennent et coupent des arbres qui font partie de notre patrimoine culturel. Ça c’est de la profanation et nous avons, en de nombreuses occasions, attiré l’attention du gouvernement sur ces faits. Avec des communiqués nous avons demandé à ce que cela soit arrêté comme on l’avait fait avec l’exploitation du zircon voulue par le gouvernement dans le Niafrang. Nous avons transmis nos protestations au médiateurs –Saint Egidio- à Rome. Et c’est protestations ont été transmises au gouvernement sénégalais. Le président Macky Sall est au courant. Mais, s’il continue de laisser des gens pratiquer cette coupe, c’est qu’un fils des présidents successifs du Sénégal n’a jamais été tué là-bas. Aucun enfant de ministre n’a jamais été tué là bas. C’est seulement eux qui organisent ces pratiques pour leurs intérêts personnels. Leurs intérêts individuels. Vous savez bien que le simple citoyen ne peut pas installer une scierie quelque part, en brousse. Ou ceux qui profitent de ces coupes ne sont pas des citoyens lambda. Ce sont des gens haut placés qui ont des moyens. Si le président a décidé aussitôt de suspendre tous les permis de coupe, c’est qu’il savait très bien ce qui se passait là-bas. D’ailleurs, ce qui s’est passé à Boffa, parlons-en, c’est regrettable. J’ai été trop touché par ça. Ce sont des êtres humains qui ont été tués là-bas. Parce que, dans notre éducation, on doit du respect même au corps de notre ennemi. A plus forte raison des hommes vivants.
  • Depuis lors, on cherche les auteurs de ces actes barbares. Et on tarde à les appréhender. Est-ce que vous avez connaissance de ceux qui peuvent être à l’origine de ces tueries ?
  • Oui je les connais, ce sont les troupes sénégalaises. Ils ont placé en brousse des hommes armés qu’on appelle « les rebelles du gouvernement. » C’est le gouvernement qui les nourrit, c’est lui qui les paie. Sous sa présidence, Abdoulaye Wade, lui-même, l’a reconnu. C’est lui qui les finançait au point que les avions prénommés « les rebelles du gouvernement. » Ils sont à la solde du gouvernement. Puisque c’est eux, on ne les trouvera jamais. Moi j’écoute la radio comme tout le monde et j’ai beaucoup écouté les interviews données par des rescapés. Ceux qui ont parlé, en direct, ont dit que les tueurs avaient des armes de militaires, des Kalachnikovs, des RPG 7 etc.
  •  
  • Mais, vous aussi, vous avez les mêmes types d’armes ? 
  • Oui, nous avons les mêmes types d’armes. Mais, les troupes du mouvement des forces de la Casamance, dirigés par l’Abbé Diamacoune Senghor, ne sont pas dans cette zone. Aujourd’hui, les militaires sénégalais sont équipés de Kalachnikov, des RPG. C’est pourquoi, ils peuvent commettre des exactions contre des civils sans que personne ne parle. 
  • Pour vous, le MFDC n’a aucune responsabilité dans ces tueries ?
  • A Boffa, où les arrestations ont lieu comme ça, il y a un cantonnement militaire. Comment ces actes peuvent se produire, sous leurs yeux, sans qu’ils ne les voient. Aussi, tout aux alentours, il n’y a que des bases militaires : à Toubacouta, à Mpack, à Bourofaye Baïnouck, à Niassya, à Kaguitte tout ça la. Il y a toujours des bases. C’est pourquoi vous ne trouvez jamais les coupables. Eux seuls savent pourquoi ils ont commis ces actes. Je pense aussi qu’ils cherchent des alibis pour aller demander des aides et dire qu’ils font face à des terroristes. Parce que aujourd’hui quand on dit qu’on veut combattre des terroristes, on bénéficie de plein d’aides. Mais, en réalité, nous ne savons rien de ce qui s’est passé dans cette forêt des Bayottes. Je dirai à l’État du Sénégal d’arrêter de violer sur ce qu’on est convenu à Rome.
  • Ce qui se passe en Casamance peut-il nuire à la paix?
  •  Si nous avons pris la décision de nous taire, c’est parce que nous ne voulons pas mentir sur ce sujet comme le font les politiciens. Seul les politiciens savent faire du « Wakh Wakhët » mais pas un vieux de la Casamance. Nous n’allons pas reculer face à notre engagement.  Car, cela est un déshonneur, un manque d’honneur, de dignité. Depuis que le gouvernement s’est engagé à négocier avec le MFDC, via la médiation de la communauté de Saint Egidio à Rome. Et nous en tant que membre du MFDC, nous ferons de notre mieux pour que la paix y règne par la voie pacifique sans pour autant perturber la future génération.
  • Ce qui s’est passé peut-il entraver la recherche de paix?
  • Je laisse la population sénégalaise, la communauté internationale, la population Casamance et l’opinion publique de constater car je ne veux pas me précipiter. Je me bats pour la liberté du peuple casamançais, pas pour détenir le pouvoir.
  • Mais la Casamance opte pour la paix et non pour la guerre
  • Ils n’ont qu’à dire ça au gouvernement sénégalais. Il était convenu à Rome que chaque parti protège sa population et son patrimoine; en l’occurrence sa forêt.
  • Le président de la République a donné l’ordre de ne plus livrer de permis pour couper du bois!
  • Depuis 2011, un communiqué est passé sur les ondes d’une radio locale de Ziguinchor pour leur rappeler que la coupe de bois est interdite, ses ressources naturelles ont été détruites. Juillet 2017, une lettre de protestation a été envoyée à Saint Igidio et au président Macky Sall. En ce qui concerne de zircon de Niafrang, ce qui se passe à Sabodola est aussi en Casamance; c’est à dire le déguerpissement des villageois. C’est ce qui confirme de voir ce qui s’est passé à Boffa.
  • Est-ce que tu as toujours les possibilités de livrer des permis?
  • Si. Parce que, avec les ressources casamançaises, on y a construit des écoles pour la population. Et, c’est pas un Sénégalais de l’autre côté qui va m’empêcher de livrer ces permis pour refaire les toitures de ces dispensaires qui se trouvent dans des zones sous notre contrôle. Du côté social, on a construit des infrastructures, des mosquées. Je vais continuer à délivrer les autorisations, si c’est nécessaire avec un maximum de contrôle. Ces autorisations sont gratuites. Car, je suis censé protéger la forêt sans qu’il y ait désordre. Nous rebelles on est des indépendantistes et des nationalistes. L’État n’a pas respecté notre accord signé à Rome. Si c’est la raison pour laquelle, le Sénégal perd des hommes en Casamance

Entretien réalisé par: Ibrahima Gassama, Zig FM Ziguinchor

 

Laisser un commentaire