Moussa Sy inaugure la rue El’hadji Ousmane Fansou Bodian des Parcelles Assainies

Moussa Sy inaugure la rue El'hadji Ousmane Fansou Bodian

Dakar, 1er mai (APS) – Le maire des Parcelles Assainies, Moussa Sy a procédé, dimanche, à l’ouverture de la rue allant de l’Unité 24 aux HLM Grand-Médina baptisée au nom du guide religieux El hadji Ousmane Fansou Bodian, a appris l’APS.

La cérémonie de baptême s’est déroulée en présence des conseillers municipaux, du Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Mactar Diop, du président de l’association des cadres casamançais Pierre Goudiaby Atépa, d’hommes politiques, des membres de l’Association des ressortissants de Diégoune (village natal de l’imam) à Dakar.

« Jusqu’à une période récente, les rues et autres édifices publics portaient les noms des autorités coloniales ou autres illustres hommes disparus. En prenant la décision unanime de baptiser

le croisement des Unités 24, 26 et HLM Grand-Médine, Rue El Hadji Imam Ousmane Fansou Bodian, le Conseil municipal des Parcelles Assainies, a voulu révolutionner en célébrant un grand érudit de l’Islam pour ses énormes contributions dans l’éducation islamique, le dialogue inter-religieux, et la paix », a souligné le maire Moussa Sy.

Désormais, a-t-il dit, « il fait partie maintenant du panthéon des grands hommes de son vivant. Il a visité plusieurs fois le maquis pour la recherche d’une solution à la paix. Depuis plusieurs

années, il vient aux Parcelles assainies où il tient un grand Gamou annuel avec toute la communauté casamançaise à Dakar ».

Pour le chef du quartier de l’Unité 24, El Hadji Birane Ly, « Fansou Bodian mérite cette nomination pour plusieurs raisons, pour l’implantation des écoles coraniques, la formation des enseignants et ses efforts en faveur du dialogue ».

Edaly Badiane, président de l’association des ressortissants de Diégoune à Dakar a relevé que « c’est un homme (Fansou Bodian)

multidimensionnel et l’une des plus grandes figures islamiques de la région naturelle de la Casamance ».

« En empruntant cette rue, tout Casamançais se sent désormais comme chez lui » a-t-il fait remarquer.

Abdoulaye Matar Diop est, quant à lui, revenu sur « les relations séculières entre les Lébous de Dakar et les Diolas de la Casamance » alors que Pierre Goudiaby Atépa fait montre de son « engagement à porter le projet de construction de la grande mosquée de Bignona ».

« Le jour où le guide religieux ne sera plus de ce monde, les gens se rendront compte qu’il était un saint qui a fait de Bignona une cité religieuse » a estimé M. Goudiaby Atépa.

Laisser un commentaire