Lutte sénégalaise :  » une fédération de lutte est une aspiration, mais pas faisable dans le court terme » Matar Ba

Lutte sénégalaise

La mise en place d’une Fédération de lutte constitue certes « une aspiration » mais une telle mutation de l’instance dirigeante en charge de la discipline n’est pas aujourd’hui à l’ordre du jour, a réitéré le ministre des Sports, Matar Ba.

« Oui, au cours des concertations sur la lutte, des acteurs ont émis le souhait d’aller vers une Fédération de lutte. Je peux confirmer que c’est une aspiration, mais les textes actuels ne nous permettent pas de l’ériger sur le court terme« , a expliqué en langue nationale wolof le ministre des Sports, sur les ondes de la Radio futurs médias (RFM, privée).

Il faudrait une évolution des écuries et des écoles vers des structures plus formelles pour ériger une Fédération de lutte, a expliqué Matar Ba. Il a confirmé le maintien pour deux ans d’Alioune Sarr à la présidence du Comité national de gestion (CNG) de la lutte.

Des acteurs regroupés dans une structure dénommée « Lutteurs en activité« , disent s’opposer au maintien du président du CNG, qui dirige la structure transitoire depuis 1994.

« Ce n’est pas parce que des acteurs ont évoqué le départ du Dr Sarr qu’on va s’y plier« , a prévenu le ministre des Sports, soulignant qu’il « n’est pas question« , en tant qu’autorité, de se plier à des diktats.

« Nous vivons de l’intérieur ce qui se passe dans la lutte. Nous avons organisé des concertations et le mémorandum qui en est ressorti a été une bonne base de travail« , a assuré Matar Ba.

Il a souligné que les mesures prises sont dans l’intérêt de la lutte sénégalaise, ajoutant que c’est pour cette raison que des lutteurs retirés récemment de la lutte avec frappe, en l’occurrence Yahya Diop « Yekini’’ et Mohamed Ndao « Tyson’’, ont été cooptés au sein du CNG.

Laisser un commentaire