Justice: Macky Sall en guerre contre les « mandats de dépot » systématiques du procureur

Le ministre de la justice, Ismaël Madior Fall, a fait une déclaration révolutionnaire: lors de la cérémonie de passation de services des directeurs sortant et entrant de l’administration pénitentiaire, il a annoncé de grandes réformes dans le secteur de la justice. Il veut, désormais, mettre fin à la mise systématique des prévenus sous mandats de dépôt.

En présidant la cérémonie de passation des directeurs généraux de l’administration pénitentiaire, ce lundi, le ministre de la justice, Ismaël Madior Fall, a annoncé que le président de la République veut réformer profondément le fonctionnement de la justice au Sénégal. « Notre ambition est que nos concitoyens qui sont en conflit avec la loi vivent dans des conditions qui respectent la dignité. »

Et cela, pour de meilleures conditions de vie carcérale de nos concitoyens qui sont dans les prisons. Alors que c’est une vielle doléances des Ong et des acteurs de la société civile, Ismaël Madior Fall a annoncé que le chef de l’Etat voudrait voir banni la mise systématique des prévenus sous mandat de dépôt comme le font actuellement les magistrats du parquet. « Il faut rationnaliser les mandats de dépôt; de sorte que de plus en plus de citoyens ne se retrouvent plus en prison« , a déclaré le ministre de la justice.

Face aux personnels de l’administration pénitentiaire et en présence du haut commandant de la gendarmerie, -une tradition non écrite voudrait que les Directeurs généraux de l’administration pénitentiaire viennent de la gendarmerie- il a avoué que depuis que le Sénégal a accédé à son indépendance, 1960, l’Etat n’a pas construit de prison.

Pour corriger cet impair, le gouvernement a décidé de construire de nouvelles prisons à Sébikotane et de réfectionner certaines maisons d’arrêt et de correction du pays. C’est ainsi que le président de la République la confection d’une nouvelle prison de 500 places à Sébikotane.

Considérant que de nombreux dossiers sont en souffrance devant les juridictions, et pour désengorger les prisons, « le chef de l’Etat voudrait que les citoyens qui ont été condamnés à une peine de moins de 6 mois ne soient  pas être contraints d’aller en prison. Mais, qu’ils soient condamnés à de travaux d’intérêt général. » A annoncé le ministre de la justice. 
Aussi, Ismaéla Madior Fall a déclaré que « un mécanisme d’aménagement de peines doit être mis en place. »

Il a annoncé que ces réformes consistent à désengorger les prisons et appliquer une politique pénale plus humaine. Pour l’humanisation des prisons, d’autres mesures ont été prises en vu de moderniser les infrastructures pénitentiaires. Le gouvernement voudrait faire de sorte que les droits des prisonniers soient respectés. Et que les séjours en milieu carcéral se déroulent dans de meilleures conditions de vie.

Laisser un commentaire