Immigration: « 85 Sénégalais ont été tués à l’étranger depuis 2011 » selon Horizon sans frontières

85 sénégalais assassinés à l’etranger entre 2011 et 2018. Les chiffrent révélés par Horizons sans frontières à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des migrants donnent des frissons. Ils montrent que plus de 80 ressortissants Sénégalais ont été tués à l’étranger en sept ans (entre 2011 et 2018), selon son président Boubacar Sèye qui exige de l’Etat des enquêtes judiciaires sur ces drames.

 Face au chômage endémique dans le pays et aux conditions de vie difficiles, des Sénégalais, à l’instar d’autres Africains, ne voulant plus continuer à vivre dans la misère ont décidé d’emprunter la mer ou de traverser le désert pour migrer vers d’autres horizons où ils pensaient pouvoir s’épanouir dans de meilleures conditions. Hélas ! Pour la plupart d’entre eux, c’est la mort qui les attendait au bout de l’aventure. Pourtant, « l’émigration rappelait à l’Europe ses devoirs et mettait l’Afrique devant ses responsabilités », a écrit la journaliste Nafissatou Diouf dans «Le piège » ou « En allant à Cassando ». Un livre qui montre les différentes facettes de l’émigration de l’Afrique vers l’Europe. Une émigration devenue dramatique. On note un nombre important de décès en mer et d’assassinats qui vont crescendo.
Entre 2014 et 2017, plus de 15 000 migrants «dont beaucoup de Sénégalais » sont décédés en mer Méditerranée, selon Horizon sans frontières qui a dénombré 1686 candidats à l’émigration morts en 2018. Pire encore, plus de 85 ressortissants Sénégalais ont été assassinés à l’étranger entre 2011 et 2018. Selon Boubacar Sèye l’Etat, par le biais du procureur, devrait ouvrir une information judiciaire pour élucider ces assassinats à l’Etranger. Convoquant une enquête réalisée dans trois pays que sont l’Espagne, la France et l’Italie, M. Sèye déclare que 88 % des Sénégalais de la diaspora sont déçus de la politique étrangère du régime du président Macky Sall.
Alors que le bilan macabre présenté par Boubacar Sèye est déjà lourd, le président d’Amnesty International, section Sénégal, pense que ces chiffres de «Horizonssansfrontières» sont en-deçà de la réalité. Sans compter l’humiliation dontcertains migrantssont victimes. Comme le cas des 141 Sénégalais récemment rapatriés des Etats Unis.
Des dispositifs pour combattre la migration irrégulière. Sur ce point relatif au refoulement de Sénégalais, Seydi Gassama juge que le Sénégal ne devrait pas accepter ce rapatriement collectif. Une conviction qui semble bien fondée si on convoque le message de Macky Sall, tenu au sommet des chefs d’Etat à La Valette, à malte, alors qu’il était encore président en exercice de la Cedeao. Il s’adressait à l’Union européenne par les mots qui suivent.
« Nous n’accepterons pas votre argent pour en retour signer des accords de réadmission qui devront refouler les Sénégalais qui sont en situation irrégulière et qui n’ont commis qu’un seul crime qui est d’être en situation irrégulière. Et cela, c’est de votre faute.» Le Directeur des Sénégalais de l’Extérieur, M. Sorry Kaba, qui a rappelé ce discours de son mentor à l’occasion de la Journée internationale des migrants, soutient que le choix du Sénégal, aujourd’hui, c’est de les mettre en situation régulière.
« Nous allons combattre le phénomène de la migration irrégulière. Et pour qu’ensemble, on promeuve des mécanismes qui permettront à ces jeunes Sénégalais qui le souhaitent de pouvoir voyager tranquillement », a dit Sory Kaba qui assure que le phénomène de migration irrégulière n’honore pas et il est à combattre en mettant en place des dispositifs qui vont permettre aux jeunes d’avoir un choix, «celui de rester ou de partir quand ils le souhaitent».
Selon le Directeur des Sénégalais de l’Extérieur, «le fait de partir ne signifie pas emprunter des voies irrégulières au risque de leur vie ». Pour cela, « il va falloir des négociations, sur le plan bilatéral, avec les différents pays pour qu’il y ait une migration légale avec les pouvoirs en place », a souligné
Sory Kaba.
Maïmouna FAYE
Le Témoin

3 Commentaires

  1. Il faut éclaircir tous les morts et les disparitions de sénégalais à l`étranger même au Québec au Canada. Il y a eu entre 2011 et 2017 une opération secrète des services de sécurité au Québec (au canada) dont la Sûreté du Québec et le service de police de la ville de Montréal ; et qui a failli entraîner disparition ou mort d`homme sénégalais. L`opération secrète fut un échec total mais a été suivie d`une cabale qui est même allée jusqu`à l`université, et un pistolet pointé sur la tête de la personne Sénégalaise en septembre 2017 avec témoin oculaire. Si l`opération secrète avait été un succès, les services de sécurité au Québec au Canada nous auraient peut être parlé de sénégalais qui se serait suicidé à Montréal au Québec au Canada en sautant au 22 ieme étage d`un immeuble d`une grande compagnie assurance où l`accès au troisième est réservé. wassalam.

  2. Il faut savoir que la façon dont le violent système identitaire colonial d`apartheid fonctionne au Québec au Canada consiste à couvrir des criminels dès lors que les bourreaux sont des blancs SOUCHEistes et les victimes des autochtones, des noirs, des arables, des latinos ou des minorités visibles. Et pour cela, des institutions DÉMONCRATES ET PROJETANT UNE FAUSSE IMAGE DE PROBITÉ EN AFRIQUE ET DANS LE MONDE Y PARTICIPENT.

LAISSER UN COMMENTAIRE