France: Fin de cavale pour le parrain marseillais Gérald Campanella

France: Fin de cavale pour le parrain marseillais

Fiché au grand banditisme, Gérald Campanella a été interpellé le 4 novembre.

Interpellé « en douceur » samedi 4 novembre à Riez (Alpes-de-Haute-Provence), Gérald Campanella, 50 ans, est, aux yeux de la police judiciaire, l’un des derniers parrains « traditionnels » du milieu marseillais. Fiché au grand banditisme, surnommé « le Gros » ou « Bombelus », recherché depuis quatre ans, il venait de rentrer en France.

Après l’avoir placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour assassinat et association de malfaiteurs, les enquêteurs l’interrogent sur la présence de son ADN sur une douille relevée sur la scène d’un règlement de comptes commis le 25 janvier 2016 près d’Aix-en-Provence. « Des faits dont il n’aura aucune peine à démontrer qu’ils ne sont pas établis », assure son avocat, Me Jean-Jacques Campana.

C’est la seconde fois que les policiers « cueillent » Gérald Campanella alors qu’il rentre de l’étranger. En juin 2010, cet amateur de montres de luxe – il en possède quatorze – est interpellé de retour de Floride où il avait fui une condamnation à cinq ans de prison. Il est arrêté à Golfe-Juan (Alpes-Maritimes) avec son frère Michel, lui aussi fiché au grand banditisme, et Bernard Barresi, fugitif depuis vingt ans.

Talkie-walkie

Après avoir retrouvé la liberté, Gérald Campanella disparaît des écrans radar, à la mi-novembre 2013, ayant appris que la police venait de trouver son empreinte génétique sur un pistolet automatique et des munitions dans un dépôt d’armes clandestin. En octobre 2016, il est condamné par défaut à dix ans de prison.

La mutualisation de cet arsenal entre trois équipes, dont l’une appartient au narcobanditisme, confirme les ponts jetés entre les nouvelles bandes qui s’enrichissent avec la drogue vendue dans les cités et le banditisme à l’ancienne, en perte de vitesse. En garde à vue en 2011, un jeune parrain de la drogue fulmine contre les policiers : «Si on s’appelait Campanella, ils nous auraient amené les croissants et le chocolat chaud!»

A plusieurs reprises, Gérald Campanella était parvenu à échapper aux enquêteurs. Le 7 novembre 2014, ils renonçaient à l’interpeller en raison de la présence de ses deux jeunes enfants au domicile de sa compagne. Les policiers avaient réussi à le sonoriser en glissant un micro dans un canapé lors d’une livraison. Ils avaient alors compris que le fugitif communiquait à l’ancienne, avec des talkies-walkies.

Une seconde fois, il venait de quitter la chambre d’amis au domicile d’un couple qui l’hébergeait à Bandol (Var). Sur son ordinateur, le dossier judiciaire le concernant, et sous un tapis, deux numéros de téléphone de la brigade de répression du banditisme.

Avec Lemonde

PARTAGER
Article précédentZimbabwe : Grace Mugabe se dit prête à succéder à son mari
Article suivantFin de l’attaque de l’Etat islamique qui a fait 35 morts au Yémen
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire