Fatma Samoura : « La FIFA est devenue une maison plus ouverte »

Fatma Samoura

Le 13 mai, lors du 66e Congrès de la Fédération internationale de football(FIFA), la Sénégalaise Fatma Samoura devenait la première femme à occuperle poste de secrétaire générale d’une organisation en pleine crise morale et minée par les affaires de corruption. Choisie par le nouveau président de l’instance, Gianni Infantino, l’ex-diplomate aux Nations unies (1995-2016) expose au Monde sa feuille de route et délimite le périmètre de sa fonction.

  • Pourquoi une diplomate telle que vous, qui ignorait tout de la gouvernance du football, a-t-elle été choisie par Gianni Infantino ?

Gianni avait un programme très clair : il voulait quelqu’un qui sortait du sérail, qui ne faisait pas partie de cette grande famille du football, qui avait une expérience en matière de réformes. Quelqu’un qui pouvait apporter la diversité et mettre l’aspect humain au centre des décisions de la FIFA. Qu’on parle moins d’argent, qu’on parle moins de scandale, qu’on parle de meilleure gouvernance, de plus grande transparence.

  • Vous êtes la première femme à occuper ce poste…

La première femme, non européenne, africaine et musulmane.

  • Avez-vous conscience de la dimension symbolique qui entoure votre nomination ? N’avez-vous pas l’impression d’être une caution morale ?

La caution morale… Je pense que, à un moment donné, toutes les sociétés connaissent des réformes et des changements approfondis. Les Nations unies sont passées par là avec l’avènement de Kofi Annan (en 1997). Après tous les scandales financiers, il fallait donner un signal très fort à la FIFA, pour casser cette image de cercle fermé, de sport qui n’appartiendrait en fait qu’à un seul continent. Mais je n’ai jamais considéré ma position ici comme une faveur, qu’on faisait à un continent ou aux femmes.

  • Quels sont le périmètre de vos fonctions et votre marge de manœuvre ?

En tant que directeur exécutif, mon rôle est d’exécuter les réformes et de prendre beaucoup plus de pouvoir dans la gestion des contrats commerciaux. Aujourd’hui, la décision de lancer les appels d’offres pour les droits télévisés, pour le service marketing, se fait à mon niveau. C’est le nerf de la guerre, l’argent. D’ici les dix prochaines années, nous devrions mettre à disposition 4 milliards de dollars aux 211 associations membres.

  • Gianni Infantino a la réputation d’être très dirigiste. Vous laisse-t-il de la latitude pour agir ?

Pendant les dix dernières années de ma vie, j’ai eu à diriger des pays – au nom du système des Nations unies – où j’avais une totale liberté de manœuvre. Quand je dois envoyer des convois au fond du Darfour, je n’attends pas que New York se réveille six heures plus tard pour me dire : « écoute, tu fais bien de le faire, ou tu ne le fais pas. »

Gianni m’a assuré : « de toute façon, dans le cadre des réformes, c’est toi la patronne. » Je lui ai aussi dit : « On est une équipe. On n’est pas un gouvernement d’unité nationale. Je vais te consulter lorsque je ne maîtrise pas la globalité de la compréhension pour prendre une décision. »

  • A-t-il fallu changer beaucoup de choses sur le plan du management ?

Oui, beaucoup de choses. D’abord la gestion des finances. Avant, chaque chef de section pouvait, une fois que son budget était approuvé, engager des dépenses jusqu’à un montant illimité. Aujourd’hui, toute dépense de plus de 300 000 dollars passe par moi pour être approuvée. Aujourd’hui, tout est très clair.

La FIFA est devenue une maison plus ouverte, plus transparente. Pas une maison où l’on ne voit que ces murs imposants, et parfois qui font un peu peur.

  • La FIFA n’est pas en quête de symboles avec le projet d’élargissement d’une Coupe du monde à 40 ou 48 équipes ?

On bouge pour le bien du football. Concernant la décision d’élargir le Mondial à 40 ou à 48 équipes (qui sera prise par le conseil de la FIFA, les 9 et 10 janvier 2017), on est 211 associations membres. 32 pays, c’est moins de 20 % ! Serait-ce légitime de priver 80 % des pays de la possibilité d’avoir au moins une chance sur cinq de pouvoir participer à une Coupe du monde ? Cela ne devrait pas se faire au détriment de la qualité. Je dois mesurer l’impact financier d’un tel élargissement.

  • La FIFA a dévoilé, en juin, que l’ex-président Sepp Blatter (1998-2016), l’ex-secrétaire général Jérôme Valcke (2007-2015) et son bras droit Markus Kattner se sont partagé, entre 2011 et 2015, 80 millions de dollars en augmentation de salaires et autres bonus. Vous êtes dans la communication ou vous voulez faire table rase du passé ?

Déjà, on commence par publier les salaires du président et du secrétaire général. Et on publiera les rémunérations des membres du conseil une fois qu’on aura arrêté leur niveau. Nous n’avons pas envie d’avoir à justifier dans quatre ans pourquoi on s’est retrouvé avec autant d’argent manquant dans la caisse. On montre qu’on est au même standard que les compagnies internationales avec un chef pour la conformité qui regarde vraiment à la loupe tous les contrats importants, qui donne son avis sur les risques et les réputations des sociétés avec qui nous travaillons mais également des personnes qui sont censées faire partie de notre famille dirigeante.

  • Gianni Infantino a dû faire face à plusieurs dossiers polémiques depuis son élection. Comment expliquez-vous ses difficultés ? 

Moi aussi, j’ai dû faire face à des résistances. Jusqu’à présent, on travaille avec des gens qui n’ont pas l’habitude de rendre compte de ce qu’ils font de leurs financements. Pour eux, un budget, c’est fait pour être dépensé. Ça, c’est déjà un changement de culture. Je dois gérer tout ce chamboulement qui crée également certaines résistances et frustrations et également la peur de perdre son emploi. Des habitudes têtues ont pris racine au niveau de la FIFA. Maintenant, on demande aux gens de rendre des comptes.

  • Toucherez-vous des bonus en 2016 ?

Ni le président ni moi n’aurons de bonus pour 2016. Pour 2017, c’est maintenant à la discrétion du sous-comité chargé de l’évaluation des salaires.

  • La fonction de secrétaire général a été entachée par le règne de votre prédécesseur Jérôme Valcke (2007-2015), suspendu dix ans, inculpé par le parquet suisse. 

Je ne vais pas jeter la pierre à ceux qui ont assumé ces responsabilités avant moi. Ils sont partis, moi, je suis là et je ne voudrais pas tomber dans les mêmes travers qu’eux. Je vais avoir un regard plus critique sur les budgets. Je vais avoir un regard beaucoup plus critique sur les niveaux de service, au niveau des billets d’avion, des véhicules, de l’organisation des délégués qui vont participer aux différents tournois, à l’usage de vols privés. C’est ça qu’on attend de moi. Les bonus, on le fera sur la base des mérites.

  • Votre horizon, c’est mai 2019 ?

Bien avant. En matière de gouvernance, ce sera déjà à la fin de l’année quand on va tirer les premiers bilans, notamment avec le réengagement de nos partenaires. Je ne me projette pas vers les élections de 2019.

  • Votre destin est-il lié à celui de Gianni Infantino ?

Non. Le fait que nos destins ne soient pas liés me donne plus de latitude de mettre en place ma feuille de route. Moi, j’ai des projets pour 2016 par rapport à 2015 en termes de crédibilité, de transparence et de bonnes pratiques. J’en ai par rapport à 2018 et la bonne organisation et le succès du Mondial. Par rapport à tous les congrès et notamment le prochain, en mai 2017, dans huit mois. Je devrais quand même venir et dire aux membres du conseil : « Voilà ce que je vous ai apporté par rapport à avant. Et à vous de me dire si je suis sur le bon chemin pour réhabiliter la FIFA à tous points de vue ou si je fais fausse route. »

Laisser un commentaire