Exclusif: après une semaine de cabale, l’homme le plus recherché par la gendarmerie a été arrêté

Exclusif

Le meurtre de la jeune femme de la nouvelle mariée de Hamady Ounaré a connu un rebondissement. Tuée tout juste une semaine après son mariage et son arrivée dans son foyer conjugal de Hamady Ounaré, localité située dans le département de Ourossogui, région de Matam, le présumé meurtrier a été interpellé. Après une semaine de cabale, le présumé meurtrier a été interpellé par les éléments de la brigade de Ndendory. C’est l’époux qui est suspecté avoir commis l’acte.

L’histoire fait froid au dos. Après une semaine de mariage, la jeune fille du nom de Haby Sylla. a été retrouvée morte. Le meurtrier, après des recherches actives menées par les hommes en bleu de Ndendory, a été interpellé. Selon les premiers témoignages recueillis par Kéwoulo Investigation, l’homme aurait prémédité son acte et l’avait annoncé à sa jeune épouse. Souffrant de « troubles » psychiques, le mari est un apprenant coranique d’un « dahra » du coin. Dans la tradition des « Haal-pular« , après avoir appris et maîtrisé le coran, le nouveau diplômé s’est toujours vu décerner une distinction, une sorte de morceau de tissu remis aux nouveaux érudits lors d’une cérémonie.

Parce que, peu sont les apprenants qui arrivent à ce stade de l’apprentissage coranique. Mais après avoir reçu cette distinction, le lauréat doit éviter beaucoup de choses; sinon ça aura des « effets indésirables« . Ainsi, le jeune mari a atteint un niveau très élevé dans l’enseignement coranique. Et comme cela se fait, il lui a été décerné le « fil alpha« , un morceau de tissu qu’il va mettre autour du front et qui va montrer qu’il a maîtrisé le Coran. A la suite de la cérémonie, le jeune étudiant aurait touché à « l’intouchable« , c’est ce qui aurait causé les « troubles psychiques dont il souffre« .

Le mariage « forcé », l’origine du drame

Quelques temps après, avant que le « bourreau » de Haby Sylla ne soit atteint de ces « troubles », les parents de la jeune femme ont décidé de la donner en mariage. « Mais, en de nombreuses reprises elle a maintes fois dit non », ont reconnu de nombreux témoignages recueillis par Kewoulo. Après des jours de discussions et de pressions familiales, Haby Sylla a finit par se soumettre à la volonté de ses parents. Et accepter, la mort dans lame de lier son destin avec cet homme que tous savaient déséquilibré.

Un jour, alors qu’elle était dans son foyer, son mari est venu l’y retrouver. Et lui a ouvertement dit « je vais te tuer« . Ayant pris au sérieux les menaces de son mari qui « souffre de troubles« , la jeune femme est retournée chez ses beaux parents pour leur annoncer la nouvelle. Ces derniers lui ont demandé de retourner dans son foyer. La jeune femme, qui avait catégoriquement refusé de rejoindre son foyer, est finalement revenue sur sa décision. C’est une fois retournée chez son mari que l’irréparable s’est produit. L’homme qui menaçait d’en finir avec son épouse est passé à l’acte. Avec une pioche, il s’est acharné sur le frêle corps de la jeune épouse. De violents coups portés sur la tête ont fini par écrabouiller le crâne de la jeune mariée.  fracassé la tête de sa femme de plusieurs coup.

Comment a-t-il été cueilli?

Son acte accompli, il a pris la poudre d’escampete et s’est réfugié dans la commune de Waoundé. Ainsi, les rumeurs d’un homme qui aurait tué son épouse ont commencé à se propager. Et cette nouvelle colportée à tout bout bout de champ a fini par arriver aux oreilles du mis en cause qui, à en croire des confidences obtenues par Kewoulo, aurait déclaré: « Celui qui a tué sa femme, il s’est mis dans du pétrin. Je ne sais pas ce qui l’a poussé à commettre un tel acte. Mais, il est dans de sérieux problèmes. » Sans montrer la moindre faiblesse qui puisse le trahir, il a continué à paraitre normal.

Dès son arrivée à Waoundé, située à quelques kilomètres de la frontière avec la Mauritanie, il s’est rendu dans la maison de l’imam du quartier Thioubalo de la commune. Devant son hôte, il a décliné son intention de voyager vers la frontière. Et comme la solidarité villageoise est très ancrée dans cette partie du Sénégal, l’imam s’est permis d’organiser une quête pour trouver des moyens permettant au voyageur de continuer sa route.

A Waoundé, nombreux sont ceux qui ont mis la main à la poche sans savoir que par cet acte ils aidaient un présumé meurtrier à se soustraire à l’action de la justice. C’est durant son voyage vers la frontière que Sidy Gallé Diaw a été arrêté par des éléments de la brigade de gendarmerie. Il a été déféré au parquet de Matam, en attendant son placement sous mandat de dépôt pour homicide volontaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE