Editorial: Tingo Tingo (Par Babacar Touré)

Editorial

 

Réveillez-vous femmes libres, pourvoyeuses de soldats, mères éprises de justice. Prenez la parole, hommes véridiques, témoins de l’histoire, artisans acharnés de la paix! Et opposons-nous à cette guerre, en préparation dans le golf de Guinée. Ils ont perdu la tête et c’est de notre devoir de leur indiquer la voie de la sagesse. Et leur marteler notre ferme volonté de vivre en paix sur le sol de nos ancêtres.

Sorts de ta tombe, Djali Waly, griot éternel des Nyanchos, et viens parler aux enfants du Kaabu. Rappelle-leur ce qu’a été Tourouban Kansala. Ils ont oublié un passé pourtant très récent. C’est de ton devoir de leur expliquer combien les guerres fratricides ont été destructrices pour l’Afrique.

Ecoutez ma peine, Djinn des 3 bois sacrés du Kaabu. Evacuez ma crainte, génies protecteurs des Djalan de Seyni Sané -à Kan Kéléfa-, de Samba Ndalan -à Payounkou-, et de Kansala. Nfamara Mané, diplomate émérite du Kaabu, vient parler au Baabiili Mansa et à Adama Barrow et montre-leur la voie du compromis. Explique-leur pourquoi Ghaning Sonko et Nfaly Sonko, issus de la même mère et du même père, ne se sont plus jamais parlés jusqu’à la mort.

Je n’ai pas peur de la mort, pour moi-même, je crains l’insurrection et la subversion. J’ai été témoin du drame casamançais, j’ai vécu le désastre ivoirien, j’ai peur que l’on viole nos femmes et vole leur innocence à nos enfants. Et installe, chez eux, le traumatisme de la guerre.

Je ne veux pas qu’on planifie des assassinats sur le sol de mon enfance et qu’on les justifie par le devoir de se débarraser de Yahya Jammeh. Non, je refuse qu’ils viennent, chez nous, s’entretuer –et tuer des innocents- au nom d’intérêts qui nous sont étrangers.

Je vous implore génies protecteurs des 3 Djalan -bois sacrés- du Kaabu, je ne veux pas de cette confrontation qui se prépare sur le sol gambien et qui n’épargnera, certainement, pas mon Sénégal. Les va-t’en-guerre sont dans tous les médias et appellent à une intervention militaire sur Banjul croyant que ces bombes vont nous épargner; parce que, «l’arbre ne voit jamais venir le vent qui va le terrasser.»

Je vous conjure, âmes sacrées des génies protecteurs du pays de Touramakhan: le Kaabu et ses enfants ont besoin de vous. Les chiens de guerre ont parlé. Et, désormais, ils ont invité les charognards dans notre ciel déjà assombri par la guerre casamançaise qui dure depuis 34 ans maintenant avec son cortège de malheurs.

« Ning mansa foula yé kali Kaanala, kilingh né kaabay ». (Si deux rois jurent d’avoir la peau du caïman, il y a forcément un qui renonce). Cette sagesse mandingue enseignée aux korigho -guerriers- depuis la nuit des temps est devenue, depuis ce vendredi 9 décembre 2016, la triste réalité gambienne. Et son dénouement ne présage rien de bon pour mon peuple.

Désormais, sauf revirement de dernière minute du Baabili Mansa, rien ne pourra empêcher la confrontation, tant redoutée, des enfants du Kaabu. Les partisans de Adama Barrow et les fédayins de Yahya Abdul Aziz Jammeh ont perdu la raison. Le fil du dialogue a été coupé à cause de la trop grande propension de Adama Barrow à parler de tout et de rien. Tingo Tingo, (c’est coupé) quand on dit cela, en pays Diola, c’est que les positions ne sont plus conciliables.

Des limites de Tourouban Kansala au tombeau de Baariya, les enfants des 32 communes du Kaabu sont inquiets. Et ne veulent pas voir se répéter les exodes massifs que les habitants d’Effok, de Youtou, de Bambadinka, de Babonda et de Kaguit. Exils dont Fatou Mankadjan n’est jamais revenue pour assister à ce désastre en préparation.

Désormais, ni Maama Dianké Waly, ni Mansa Bacary, ni Farantamba à Satounding, ni Doyaba qui repose pour l’éternité à Tabadiang, ni Sissao Faranding Sané, ni Kourang Tamba encore moins Kéléfa Sané ne peuvent avoir le repos éternel. La querelle fratricide des enfants du Kaabu est en train de se transformer en une guerre terrible.

 

Babacar Touré

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire