Chronique: Cheikh Yérim Seck, le dernier des imbéciles (Par Babacar Touré)

Chronique: Cheikh Yérim Seck

L’adage populaire voudrait qu’on ne réponde pas aux imbéciles pour ne pas les rendre intelligents. Mais, lorsque ces charlatans en géopolitique sont bien habillés, jouissent d’une grande visibilité médiatique et parlent à l’oreille des décideurs comme à une masse peu avertie de la question casamançaise, le bon sens voudrait que l’on sorte de son mutisme. Et que l’on donne la bonne information, pour éviter de se faire complice des drames en préparation.

En se voulant outré par cette situation de ni paix ni guerre en Casamance, le violeur le plus célèbre du Sénégal n’a étalé que ce qui est le propre de tout imbécile : faire le malin sous des airs d’intello accompli.

A LIRE AUSSI: Editorial: Les chiens de guerre (Par Babacar Touré)

S’il est vrai que l’assassinat des 14 tués de la forêt des Bayottes doit révolter plus d’un être humain, appeler à un sursaut national, l’appel à faire la guerre en Casamance -lancé par un journaliste que la corporation commençait, peu à peu, à oublier- est tout simplement une abomination. Comme Condoleeza Rice, Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Collin Powell qui l’ont fait pour Georges Walker Bush avec Saddam Hussein, Bernard Henri Levy pour Nicolas Sarkozy avec Mouammar Kadhafi, Cheikh Yérim Seck voudrait être ce faiseur de guerre sous le règne de Macky Sall.

Avec forte conviction et un plan médiatique savamment exécuté, des projets diaboliques, dans un passé récent, avaient permis les invasions militaires de l’Irak et de la Libye. Saddam Hussein comme Mouammar Kadhafi, accusés de détention d’armes de destruction massive, été tués sans qu’aucune bombe sale n’explose ni à Bagdad ni à Tripoli. Et les terroristes que l’humanité était censée aller y détruire ne se sont jamais aussi bien portés, au point de contrôler des pans entiers de plusieurs Etats souverains. L’existence de l’Etat islamique d’Abu Bakr Al Bagdadi sur des territoires jadis pacifiques comme les victoires militaires de ses hommes sur des armées régulières sont autant de pieds de nez de l’histoire à ces théoriciens de la guerre.

Un vieux discours mensonger à une jeunesse 2.0

En disant que «il faut faire la guerre pour avoir la paix en Casamance », Cheikh Yérim Seck n’a fait que reprendre, à quelques mots près, les arguments fallacieux répétés, en 1981,  par le jeune président sénégalais. Pour justifier une intervention militaire sénégalaise sur la Gambie et mettre en déroute des soudards de Koukoï Samba Sagna –que même l’Angleterre a laissé prospérer, Abdou Diouf avait dit que « le Sénégal devait intervenir pour empêcher la naissance d’un embryon de rébellion en Casamance. » « Daouda Kaïraba Diawara est notre allié, c’est l’homme qu’il nous faut en Gambie », avait déclaré le président Abdou Diouf devant des députés tout acquis à sa cause.

Au cours de l’opération qui s’en est suivie ; opération que l’histoire a retenue sous le vocable de Fodé Kaba 2, des centaines de soldats qui ont sauté sur Banjul, plusieurs dizaines ne sont jamais revenus au pays, fêter leur victoire.  Des dizaines de femmes sont devenues veuves, des dizaines d’enfants transformés en orphelins ont été obligés de quitter l’école ; faute de soutiens. Et si l’intervention militaire sénégalaise a privé Koukoï Samba Sagna de prendre le pouvoir à Banjul, elle n’a pas empêché la naissance d’une rébellion en Casamance, une année plus tard. Avec le meurtre, froid, de plusieurs pères et mères de famille qui, ce jour du 26 décembre 1982, avaient marché, pacifiquement, sur la gouvernance de Ziguinchor et descendu le drapeau national pour le remplacer par un étendard blanc, symbole universel, s’il faut le rappeler, de paix.

A LIRE AUSSI: Editorial: Tingo Tingo (Par Babacar Touré)

Contrairement à Cheikh Yérim Seck, personne ne m’a raconté ce qui s’est passé ce jour-là. Je suis un témoin vivant de cette bavure policière. Avec le recul, j’aimerais rendre un vibrant hommage à Thomas Sankara, l’ancien président Burkinabé lorsqu’il dit que « les événements, qui marquent la vie d’une nation, tuent les meilleurs fils de ce pays. Mais ce sont les plus insignifiants de ses enfants qui les créent. » Un officier de police judiciaire que l’histoire ne retiendra, certainement pas, a donné l’ordre d’ouvrir le feu sur ces populations civiles ; nous laissant le soin de payer les conséquences de ses actes ignobles depuis plus de 35 ans, maintenant. Et pour combien de temps encore?

L’insulte à la mémoire de toutes les victimes de ce conflit

La guerre que Cheikh Yérim Seck appelle de tous ses vœux en Casamance est une abomination que l’on croyait appartenir au passé. Dire, en cette année 2018, qu’il faut encore « refaire la guerre en Casamance pour avoir la paix au Sénégal », c’est une insulte faite à toutes les familles endeuillées par cette crise qui n’a fait que trop duré. C’est dire que la mort de ces centaines de soldats tués à Diabir, à Effok, à Youtou, à Babonda, à Bambadinka, à Kaguitte, à Barkamandioka, à Kabeume, à Médina Mankagne, à Soukouta, à Goudomp, dans le Sindian avec la mort du jeune lieutenant Philipe Morris Camara en 2010, à l’antenne hertzienne de Colobane à Ziguinchor, un soir du 31 décembre, n’auraient servi à rien du tout.

C’est dire aux familles que leurs enfants, que leurs pères qui ont donné leur vie pour sauver l’intégrité du territoire national, sont morts pour rien. Et ça, Cheikh Yérim Seck, c’est la plus grosse insulte qu’on puisse faire à la mémoire de nos morts. De tous nos morts, peu importe leurs camps. C’est la pire offense aux morts qu’il m’a été donnée l’occasion d’entendre sur terre. Redemander que d’autres fils du Sénégal aillent mourir en Casamance, c’est profaner la tombe de ces dignes fils du Sénégal qui aimeraient, à défaut de nous voir les élever aux titres de héros nationaux, nous voir écrire sur leurs tombes l’épitaphe funèbre « morts pour la patrie. » Et non, « ils sont morts dans une guerre insensée, en Casamance ! Allez, hop au suivant !»

Absurdes amalgames

Mais, loin de lui être particulière, l’imbécillité qui caractérise Cheikh Yérim Seck est une tare congénitale qu’il partage avec de nombreux compatriotes. Silencieux, certes. Parce n’ayant pas de tribune où déverser leurs puantes frustrations. Mais, nombreux sont ceux-là qui pensent que toute la Casamance n’est peuplée que par des irrédentistes, des rebelles, des terroristes, des sorciers. Et qu’il faut bombarder toute la Casamance pour avoir la paix au Sénégal. Quelle imbécillité !

Dans la Casamance qui m’a vu naitre, il y a certes des révoltés qui ont rejoint le MFDC et qui à défaut d’être écoutés et entendus, ne réclament rien d’autre que la partition du territoire national. Mais, il y a des gens comme moi. Nous sommes nés dans le Sénégal et voulons que la Casamance reste une région, à part entière, du territoire national. Nous sommes majoritaires à ne jamais avoir été des «plénipotentiaires du mouvement des forces démocratiques de la Casamance» et qui dénions tout droit au mouvement indépendantiste à parler en notre nom. Et nous nous sentons mal à l’aise quand des imbéciles heureux parlent de notre chère Casamance, en faisant de terribles amalgames. La guerre, comme je vous l’avais dit tantôt, dans une précédente tribune consacrée aux «chiens de guerre», ne fait pas de distinction parmi ses victimes. Elle tue des enfants, des malades, des violeurs –même si je vous invite à ne pas suivre mon regard- des saints comme des assassins. Et c’est un secret de polichinelle que de dire que «la guerre tue plus d’innocents que de belligérants armés. »  Si nul ne sait le nombre de tués, d’estropiés et de traumatisés enregistré depuis que cette stupide guerre a commencé en Casamance, tout Casamançais est à mesure de citer, au moins, 10 noms de proches et de connaissances qui ont été victimes de ce conflit.

La guerre du développement en Casamance

On a perdu trop de temps, énormément d’argent et d’énergie à se faire la guerre en Casamance alors que les urgences sont nombreuses dans ce pays. Elles ont pour noms : offres de formation, offres d’emploi et la garantie de sa pérennisation, la création d’hôpitaux fonctionnels avec des personnels bien payés, le maintien d’écoles performantes avec des enseignants bien traités, la mise à disposition de transport, partout, et à moindre coût, et l’assurance de la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national. C’est cela, « chers plumes éclairées de la République », qui coupera l’herbe sous les pieds des indépendantistes et rendra obsolète leur disque de propagande. C’est cela qui leur enlèvera tout argument valable et tout sentiment de non appartenance à la communauté nationale. Et non ces tonnes de bombes que Cheikh Yérim Seck voudrait voir déverser sur les forêts de Casamance.

Aujourd’hui, la persistance de ce conflit avec l’arrivée de combattants de plus en plus jeunes dans le maquis alors que la plupart des protagonistes de ce conflit ne sont plus sinon de ce monde aux affaires, est le signe de l’échec patent du mode de gestion de ce conflit.  Osons nous dire la vérité : si le MFDC est comptable de cette situation lassante qui mine le développement du Sénégal, il faut reconnaître que les gouvernements successifs de ce pays ont joué la montre; le temps de laisser mourir les vieux rebelles pour voir pacifier la Casamance. Et avec le temps et ses conséquences, l’attrait de cette rébellion, dont tous les pseudos «spécialistes de la crise casamançaise » pronostiquaient la fin avec la mort de l’Abbé Diamacoune et de ses vieux compagnons, doit donner matière à réflexion aux élites de ce pays. A-t-on vraiment tout tenté, pour gagner la paix en Casamance ? En ce qui me concerne, ma réponse est NON !

PS : Koutiyom di Koulinom, Kou Niayom di Koumpawom, dji bonkète. Akanbanawoumé, atampoute !  

 

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo

Email : kimikikikoo@gmail.com

4 Commentaires

  1. Très jolie article même si je ne suis pas de phase avec certains expressions de ta part. Que vive notre chère CASAMANCE que vive kewoulo. Courage a vous le meilleur reste a venir

  2. Un bon article dans le fond avec d’importants rappels historiques et de situation liés à ce conflit qui peuvent servir de point de départ d’analyse à approfondir. Cependant sur la forme, la présentation du texte avec des aérations et espaces cassent la lecture. A mon avis pour un site d’investigation, la présentation peut être améliorée afin de rendre l’information plus attractive. La vidéo a diminué l’intérêt, le professionnalisme et la maîtrise portée à ce dossier. La lecture a été trop flagrante. Les éléments d’écriture peuvent ne pas être des éléments de lecture sous forme de texte avec images. A l’avenir ce serait pas mal d’avoir ces chroniques en format images se rapportant au sujet différents du texte à présenter sur un meilleur format. Bonne continuation, en attente d’autres textes pour vérifier l’amélioration.

  3. Cheikh Seck à parfaitement raison!!!
    Il faut finir cette guerre. C’est la SEULE solution. Tu peux insulter Mr. Seck, mais il me semble qu’au fond de toi Mr. Touré, tu es du côté des Rebelles. Si les Sénégalais veulent mettre fin à ce conflit et sécuriser le Sénégal, il faut faire cette guerre. Il n’y a plus à négocier. Il faut exterminer ces bandits et leurs lobbies tapis dans l’ombre. Mr. Seck a raison dans ce cas précis. Pas de Poaix aux ennemis de la Liberté.

  4. Tout les souteneurs de Yérim doivent être violeurs ou pédophile. L’histoire ne ment pas c’est tout simplement les hommes qui mentent, ceux du même espèces que Yérim des plastroneurs jacasseurs

Laisser un commentaire