Cote d’ivoire: « Guillaume Soro a personnellement supervisé le meurtre de plus de 1000 personnes », Albert Bourgi

Cote d'ivoire: "Guillaume Soro a personnellement

Le dernier débat de l’émission de notre confrère Assane Diop, sur TV5MONDE, a été consacré à l’affaire de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo. Ami de longue date du président détenu, Albert Bourgi a été la plus grosse attraction de la rencontre.

 

L’affaire Gbagbo Laurent est loin de connaitre son épilogue. Et elle pourrait éclabousser plus d’un présumé innocent. Invité de l’émission Afrique-Presse de notre doyen Assane Diop, sur RFI-TV5 monde, le professeur Albert Bourgi a fait une analyse qui renseigne sous un jour nouveau les actes posés par le chef de guerre, Guillaumes Soro, pendant cette période trouble de l’histoire de la Côte d’Ivoire. A en croire Albert Bourgi, Guillaume Soro, l’ex-premier ministre, au temps de Laurent Gbagbo, est au coeur de ces exactions commises sur ces populations. « Il est, selon le professeur Bourgi, le principal commanditaire de ces atrocités. »

Selon Albert Bourgi, Professeur de droit à l’université de Reims, en France, « il y a des mandats d’arrêts qui visaient ces chefs de guerre, ceux qui ont déboulé en Septembre 2002 comme Guillaume Soro. Ces mandats d’arrêts sont placés sous scellés, complètement gelés comme si de rien n’étaitLes enquêtes à charge contre Laurent Gbagbo ont été menées quasiment de façon caricaturale. Au début du procès de Laurent Gbagbo, on a retrouvé des images des scènes qui s’étaient produites à Nairobi et qui visaient à créer des amalgames. »

Poursuivant son analyse, Albert Bourgi a déclaré que « la chambre préliminaire de la CPI a demandé à ce qu’on remonte à 2002 où des centaines de gendarmes on été mis dans une espèce de sirène et étouffés sous le regard et sous le contrôle de Guillaume Soro à Bouaké« . Si cela se confirmait, cette déclaration d’Albert Bourgi pourrait être lourde de conséquence. Cela ferait du président de l’Assemblée nationale un criminel de guerre. Et ce chef d’inculpation qui est imprescriptible pourrait conduire à l’arrestation de Guillaume Soro. Et causer sa conduite, à tout moment, devant la Cour Pénale Internationale.

Comme le professeur Bourgi, le journaliste Pierre Benoit a soutenu que « après l’arrestation de Gbagbo, il y a eu des représailles contre les militants du FPI. Certains ont été brûlés, d’autres tués; et tout a été filmé« . C’est épisode auquel le journaliste fait référence s’est joué au lendemain de la prise  de pouvoir de Alassane Ouattara. Cette prise de pouvoir a déclenché une guerre civile qui a conduit à des centaines de morts.
Aussi, Albert Bourgi a ajouté que « Madame Bensouda, procureur au niveau de la CPI, dans sa déclaration préliminaire, affirme qu’il faut tout simplement juger les partisans de Gbagbo qui attaquaient les musulmans et les populations du nord« . Par ailleurs Pierre Benoit a soutenu que : « ce procès va consister à renforcer l’image que les intellectuels africains et ivoiriens notamment ont de Laurent Gbagbo, qu’il est la victime d’un complot international »

 

Laisser un commentaire