Congo: La mort de 13 jeunes en garde à vue éclabousse la police nationale

Congo: La mort de 13 jeunes

La garde républicaine congolaise écoutant les hommages à Malamine Camara

L’affaire fait grand bruit à Brazzaville et dans toute l’Afrique centrale. Et ses conséquences ont poussé le patron de la police nationale congolaise à s’accorder quelques jours de vacances, dans son village, loin de la capitale et de ses intrigues politiciennes. Pendant ce temps, l’opposition appelle à la démission de tout le gouvernement.

Parce que, ces faits qui étaient jusque-là considérés comme de simples faits-divers ont fini par devenir « une affaire d’Etat » suite aux déclarations mensongères du ministre de la communication comme de celle du ministre de l’Interieur. Alors que le gouvernement avait crânement nié les faits lors d’un premier face-à-face avec les députés, la police a fini par reconnaître la mort de 13 personnes interpellées et placées en garde à vue dans l’enceinte du commissariat de Chacona, à Brazzaville.

La mort dans l’âme, le ministre de l’intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou, a avoué que, contrairement à la première version des policiers -qui voulaient que ce soient des bandes rivales des « bébés noirs » qui se soient données la mort dans l’enceinte du commissariat-, c’est dans des conditions obscures que la mort des gardés à vue est intervenue. Conséquence directe de cet aveu obtenu sous la contrainte des questions du député de Ngoko, le commissaire de police comme l’ensemble du personnel du commissariat- de garde cette nuit du 22 au 23 juillet- ont été relevés de leurs fonctions.

Et depuis, ils défilent devant l’inspection générale de la police et devant des magistrats instructeurs désignés à cet effet. Et l’ensemble du gouvernement a assuré que « toute la lumière sera faite sur cette affaire. » En attandant que le voile soit levé sur cette obscurité, le général Jean-François Ndenguet est déja au coeur d’une grosse polémique. Le patron de la police, accusé de xénophobie, a préféré laisser la tempête passer. Dans une vidéo de mauvaise qualité visible sur Youtube, il a clairement dit que « les bandits congolais de Kinshasa constituent les véritables problèmes de la police congolaise. » Et qu’en conséquence, les policiers congolais allaient les tuer partout où ils les verraient.

Pendant ce temps, les familles des 13 jeunes retrouvés morts en garde à vue, continuent de crier à la bavure policière. De nombreux témoignages recueillis auprès des familles ont déclaré avoir entendu des cris provenant du commissariat au cours de la nuit des faits. Dénoncée pour ses manières cavalières, la police congolaise est très active ces derniers temps dans les rubriques faits divers. Et ses agents toujours impliqués dans des histoires de fusillade, de rackets et de règlements de comptes. Avec cette dernière affaire de torture ayant entraîné la mort de 13 personnes dans des cellules de garde à vue, il y a fort à parier que ni le ministre Raymond Zéphirin Mboulou ni le général Jean-François Ndenguet ne s’en sortiront indemne.

Pour rappel, c’est suite à l’assassinat de Obongo Julien, le 9 juillet au quartier Nkombo que la police a décidé de frapper fort. Au cours d’un ratissage organisé pour essayer de retrouver les auteurs de ce meurtre, les policiers ont mis la main sur 20 jeunes gens présentés comme des criminels; alors qu’il y avaient des élèves comme des chomeurs dans le lot. Acheminés au commissariat, 4 jeunes avaient été libérés et le reste mis en garde à vue. Ce sont ces personnes mises en garde à vue qui ont été retrouvées mortes.

Laisser un commentaire