Confidences du frère de la femme tuée à Kaolack : « Tapha ne payait rien, il était hébergé, nourri… »

Après l’arrestation du présumé meurtrier de Mbossé Thiam le mercredi 28 novembre par les éléments de la Brigade de Recherches de Saint Louis alors qu’il fuyait vers la Mauritanie, les langues commencent à se délier. Premier à arriver sur les lieux du crime, Sidi Samb, frère de la victime, revient sur la vie de ce couple qui montrait depuis belle lurette des signes d’incompatibilité d’humeur entre sa sœur et Moustapha Sarr.

« Vous imaginez que votre sœur vous quitte le matin en très bonne santé et que quelques heures après, on vous appelle pour vous dire qu’elle a été poignardée. Vous l’a retrouvez baignant dans une marre de sang », confie son frère, la voix tremblante, le visage toujours marqué par l’angoisse.

Pourtant les prémices d’un drame étaient perceptibles. Dans un passé récent, Moustapha avait usé de la violence sur son épouse. Et une plainte, déposée au Commissariat Central de Kaolack, s’en était suivie. « Il y’a de cela quelques mois, il avait trouvé sa femme à un point Wari et l’avait sévèrement battu. Après cet incident, il était revenu à de meilleurs sentiments et s’était même excusé. Mais sa femme lui avait demandé le divorce comme seule condition de sa clémence », continue Sidi Samb.

Malgré les soubresauts connus par le couple, la famille de Mbossé Thiam avait hébergé Moustapha chez elle sans sourciller. « Ils étaient en location dans le quartier, comme il y’avait des chambres libres à la maison, on leur a demandé de venir se loger gratuitement ici. Moustapha ne payait rien, il était nourri et hébergé», précise encore notre interlocuteur.

Présenté comme un homme serein, qui ne buvait ni ne fumait, Moustapha a surpris plus d’un dans sa belle famille, le mardi 27 novembre en assénant plusieurs coups de couteaux à celle qui lui avait donné un fils, après 5 ans de mariage.

Avec Senenews

Laisser un commentaire