Le compte Twitter de Trump désactivé quelques minutes par un employé du réseau social

Le compte Twitter de Trump

Après avoir rétabli le compte du président américain, le réseau social a fait savoir que cette action avait été commise par l’un de ses employés qui effectuait jeudi son dernier jour de travail au sein du groupe.

« Désolé, cette page n’existe pas ». Jeudi 2 novembre au soir, en se rendant sur le compte Twitter du président américain, les utilisateurs se sont heurtés à une fin de non-recevoir de la part du réseau social. Pendant onze minutes, Donald Trump a disparu de Twitter, son compte ayant été désactivé par un « employé du service clients », a fait savoir le groupe sur son compte officiel « Twitter Government ».

Quelques minutes plus tôt, le groupe avait affirmé qu’il s’agissait « d’une erreur humaine commise par un employé de Twitter ». Le groupe a aussi fait savoir qu’une enquête interne était en cours et que « les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise pas à l’avenir » étaient entreprises.

Ce compte personnel est le moyen de communication de prédilection du président américain. Il compte plus de 41,7 millions d’abonnés. Il y annonce des mesures, lance des invectives et fait des commentaires parfois désobligeants sur les personnes, de son camp ou non, n’ayant pas ses faveurs. Il envoie quasi quotidiennement ces messages en 140 caractères maximum.

Le statut du compte Twitter du président des Etats-Unis a fait l’objet de nombreux débats. Certains messages que le président y publie peuvent être assimilés à de l’incitation à la haine ou à du harcèlement, lorsque le président désigne à ses quelque 40 millions d’abonnés des « cibles » – journalistes, adversaires politiques, voire simples citoyens critiques. Des pratiques interdites par les règles du réseau social, mais Twitter a réaffirmé cet automne qu’aucun message du président des Etats-Unis ne serait jamais modéré, parce qu’il considère que toute expression du président a « valeur d’information ».

La question s’était posée de manière particulièrement vive lorsque Donald Trump avait menacé, sur le réseau social, la Corée du Nord de guerre, au plus fort des tensions entre Washington et Pyongyang, fin septembre. Le 24 septembre, il avait ainsi directement menacé le « petit homme-fusée » – sa manière de désigner Kim Jong-un.

Laisser un commentaire