Un chirurgien aurait oublié un gant et 5 compresses dans le ventre d’une patiente

    Un chirurgien aurait oublié un gant

    Team of Surgeons Operating in the Hospital.

    Trois jours après l’ablation de son utérus, la patiente aurait «expulsé» ce matériel médical par voie vaginale.

    Une patiente de 48 ans hospitalisée en avril 2017 dans une clinique privée de Marseille pour une hystérectomie aurait «expulsé» un gant en latex et cinq compresses trois jours après son opération, a indiqué mardi l’avocat de la patiente à France Bleu Provence. Cet acte chirurgical, qui consiste à enlever tout ou partie de l’utérus, est notamment réalisé en cas de cancer de l’utérus. Selon l’avocat, le chirurgien aurait «oublié» ce matériel médical dans l’abdomen de la patiente. Pour confirmer ces informations, Le Figaro a tenté de joindre l’avocat de la patiente, Maître Patrice Humbert, sans succès.

    Dès son réveil, la patiente aurait ressenti une forte douleur au niveau du ventre, une difficulté à uriner et elle aurait été prise de vomissements. Selon France Bleu Provence, la patiente n’aurait reçu aucun examen complémentaire alors même qu’elle se serait plainte de son état au médecin le jour de sa sortie de l’hôpital. Trois jours après l’opération, elle aurait été prise de douleurs intenses et de contractions et aurait expulsé par voie vaginale les compresses et le gant chirurgical «dans une mare de sang», indique le média.

    Ces faits, s’ils s’avèrent exacts, sont graves. Comme l’indique une fiche d’information aux patientes éditée par le Collège national des gynécologues et obstétriciens Français (CNGOF), «une compresse est parfois laissée dans le vagin dans les suites immédiates». Mais rien ne permet d’expliquer l’oubli d’un gant chirurgical. Par ailleurs, certains symptômes vécus par la patiente sont assez courants après ce type d’opération. Le CNGOF indique notamment qu’«un saignement vaginal modéré est banal».

    «Ma cliente a été prise de violentes contractions, elle a accouché d’un gant et de compresses, c’est très violent et physiquement et psychologiquement», a expliqué à l’AFP Me Patrice Humbert, avocat de la patiente de 48 ans. Mardi soir, ni le chirurgien ni la direction de la clinique où s’est déroulée l’opération, n’étaient disponibles pour répondre aux questions de l’AFP. Le Figaro n’a, pour sa part, pas connaissance du nom de cette clinique.

    Comment expliquer une telle erreur? Avant et après chaque intervention chirurgicale, l’équipe médicale doit normalement faire une check-list, qui comprend le décompte des compresses, des instruments et des aiguilles utilisés. Or d’après l’avocat, l’examen du dossier médical indique qu’aucun comptage des compresses n’aurait été effectué après l’intervention.
    ué après l’intervention.

    Celui-ci a indiqué que le médecin aurait reconnu son erreur mais en minimisant ses conséquences, assurant à la patiente que même si elle n’avait pas expulsé naturellement le matériel, elle n’aurait souffert que de fièvre. La patiente, opérée le 6 avril 2017, a saisi le président du Tribunal de Grande Instance de Marseille. Une expertise médicale est en cours pour évaluer les fautes.

    Laisser un commentaire