Casamance: Salif Sadio, le charismatique chef rebelle qui a peur de son ombre

Casamance: Salif Sadio, le charismatique

Comme les “gilets jaunes” en France, les samedis en Casamance seront désormais occupés par les hommes du charismatique chef irrédentiste de l’aile nord du MDFC, Salif Sadio. Aussi longtemps qu’ils se croiront snobés ou incompris par le gouvernement et par les populations de la Casamance, les combattants de l’aile nord du MFDC ont décidé de se rassembler. Et de livrer leurs positions sur les questions de l’unité du maquis comme de l’indépendance de la Casamance. Mais, ces sorties médiatiques se feront sans le chef d’État-major d’Atika. Et ces rencontres, faites sous la direction de lieutenants trop longtemps confinés à l’ombre, risquent de ravir la vedette à Salif Sadio. Et comme la lune, “l’enfant terrible” de Karthiack déteste voir briller un autre astre à coté de lui.

Alors que leurs rencontres s’étaient, jusque-là, déroulées dans la clandestinité, les combattants des forces démocratiques de la Casamance, dirigés par le fantasque commandant Salif Sadio -c’est le grade que lui a reconnu l’Etat major d’Atika- ont décidé de se montrer au grand jour. Et de distiller dans la populations leurs idées sécessionnistes avec l’assurance -garantie par l’ONG Saint-Egidio- qu’ils ne seraient nullement inquiétés par le gouvernement de Dakar, comme le stipulerait un accord signé à Rome entre l’Etat du Sénégal et le MDFC.

A lire aussi: Chronique : Salif Sadio, épisode 1 de l’ascension de ce « soldat rebelle » qui se rêve «empereur» de la Casamance

Discret depuis quelques années, et surtout depuis qu’il a perdu son protecteur, Yahya Jammeh, Salif Sadio est au cours de ce mois d’Avril revenu sur les devants de la scène. Par un communiqué d’abord, un rassemblement public ensuite et, désormais, des sorties médiatiques hebdomadaires. Cette subite résurgence intervenue à la veille de la rencontre appelée par l’écrasante majorité des groupes rebelles, décidés à aller ensemble à l’unité, est le signe de l’imminence d’un danger dans lequel Salif Sadio ne voudrait pas plonger seul. Puisque, malgré la profondeur de leurs divergences, tous les chefs rebelles, excepté lui, se sont donnés la main pour se retrouver dans un comité de pilotage en vue de l’unification du maquis. Et cette organisation confiée à Lassana Fabouré, un des bras droits de El’hadji Fansou Bodian, le marabout de Bignona, risque de se batir une légitimité sur son dos.

Combattu -depuis 2000- par ses frères du MFDC, privé des bases arrières que lui conférait la Gambie du Babili Mansa et lâché par de nombreux lieutenants, dont Paul Aloukassine, Salif Sadio ressemble, désormais, à un vieux lion lassé de courir derrière un gibier insaisissable: si sa légende continue de faire trembler les civils et certains soldats non aguerris, l’efficacité de ses tactiques militaires et la mainmise de ses troupes sur le terrain appartiennent au passé. Comme le sont ses foudroyants coups de colère qui ont coûté très chers à la rébellion; obligeant celle-ci à admettre l’urgence de son unification, pour peser sur la table des négociations que le MFDC veut ouvrir avec l’Etat du Sénégal.

Comprenant que cette nouvelle page de l’histoire de la Casamance risque de s’écrire sans lui, Salif Sadio a décidé de prendre le taureau par les cornes. A défaut de pouvoir occuper les premiers plans de cet orchestre dirigé par les commandants Ibrahima Compas Diatta et César Atoute Badiate, ses ennemis de toujours, il a décidé de monter son propre groupe musical… pardon politique. Et a confié les rôles de lead-vocaux au capitaine Aliou Sagna, originaire de Kagnarou, et Ousmane Diédhiou de Goudomp. En occupant ces rôles de vitrines, donc de nouveaux leaders du MFDC, ces deux lieutenants de Salif Sadio sont en train de ravir la vedette à l’enfant terrible de Karthiack.

Et cela, Salif Sadio ne l’aime pas du tout et avait toujours sanctionné ce crime de lèse majesté par la mort: Léopold Sagna, le chef d’Etat major d’Atika, les commandants Nfaly Dreux Bassène, Koubalasso Sambou, Bourama Sané -l’homme qui a conduit les troupes du MFDC lors de la fameuse bataille de Gabou 1 en Guinée Bissau- Youssouf Coly de Karthiack et l’oiseau Youssouf Badji Diassoua ont, pour assouvir l’ego surdimensionné de Salif Sadio et asseoir sa légende solitaire, été réduits au silence. Pour l’éternité. Parce qu’ils commençaient, pour certains, à devenir trop populaires dans le maquis et risquaient de faire de l’ombre à Salif.

Tous ceux qui, dans le passé ont joué ce rôle de star d’un jour, ont du jour au lendemain péri, tombés dans une embuscade tendue par Abudja, -le tueur en langue en Djola-. Lorsque, en 2007, ce même Vieux Faye, alias Abudja, a, au cours d’une réunion, osé s’opposer à Salif Sadio et tenté de le convaincre de rejoindre ses camarades du MFDC, le chef autoproclamé du maquis avait accepté de poursuivre les échanges. Levé la séance et appelé à une réunion le lendemain, à 8 heures. En venant répondre à cette fameuse réunion, en vue d’aller à l’unification du mouvement, une nouvelle équipe d’exécuteurs mise en place par Salif Sadio avait intercepté Abudja. “Il connut, d’après son épouse toujours réfugiée en Gambie, une mort lente et atroce.” Et aucune pierre tombale n’indique dans cette immense foret casamançaise la dernière demeure de ce terrifiant personnage que tous les autres chefs rebelles rêvaient d’interroger pour pouvoir atteindre l’insaisissable Salif Sadio.

Laisser un commentaire