Interdiction du port du voile à l’école: Mamadou Talla fait des menaces non voilées à l’Institution Jeanne-D’arc de Dakar

Interdiction du port du voile à l’école: Mamadou Talla fait

La réaction du ministre de l’éducation nationale ne s’est pas fait attendre. Ce soir, après avoir assisté à la publication d’une note interne de l’institution Jeanne-d’Arc de Dakar, interdisant le port du voile à l’école, foulards portés par certaines pensionnaires de l’institution catholique, Mamadou Talla, le ministre de l’Education nationale, est sorti de son mutisme. Et il n’a pas mis de voile pour mettre en garde les écoles qui menaceraient d’interdire, aux élèves, de s’habiller selon leur bon vouloir.

Mamadou Talla n’a pas mis beaucoup de temps pour sonner la fin de la récréation. Ce soir, pour ne pas laisser le terrain aux activistes de tout bord, et clore définitivement la polémique, le ministre a rappelé que “l’Education nationale est laïque: elle respecte et garantit à tous les niveaux la liberté de conscience des citoyens.” Et à ce titre, a rappelé la note ministérielle, “aucun établissement public ou privé ne peut déroger à ce principe.” Pour Mamadou Talla, en sollicitant une autorisation du ministère de l’Education nationale, les établissements privés se sont tous engagés à se conformer, strictement, à la réglementation officielle; comme indiqué par le décret n°98-562 du 26 juin 1998.”

Et quiconque dérogera à cet engagement, pris par les établissements privés pour exercer au Sénégal, s’exposera aux courroux de Thioucs Talla. Et, sans mettre de voile, l’ancien professeur des écoles a déclaré qu’il prendra “toutes les dispositions pour mettre un terme à de telles situations, en veillant à une application stricte des lois et règlements en vigueur, en relation avec les inspections d’académie.”

S’il en est arrivé à cette sortie non voilée de menaces, c’est que la polémique soulevée par le controversé communiqué de l’institution catholique a fini par prendre des proportions inquiétantes: dans un pays dont la population est composée de 90 voire 95% de musulmans, vouloir interdire l’un des signes de leurs pratiques religieuses, à ses enfants, passe mal dans l’opinion. Et alors même que l’institution s’est fendue d’un second communiqué, dans lequel il a exprimé son incompréhension et tenté de tuer la polémique, ” le scandale Sainte Jeanne d’Arc” a fini de faire le tour du pays. Et nombreux sont ceux qui appellent, ouvertement, les parents d’élèves à boycotter cette école dont les cours sont loin d’être gratuits.

Prenant le parti de ces citoyens outragés, Mamadou Talla Thioucs a déclaré que “le ministère de l’intérieur constate, depuis quelques années, que des actes discriminatoires d’ordre socio culturel se manifestent de plus en plus dans l’espace public.” Outré par “ce fait discriminatoire”, le ministre de l’Education nationale a fait savoir que “cette situation n’est pas conforme à Constitution du Sénégal qui dispose en son article premier que “la République est laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans discrimination d’origine, de race, de sexe, de religion. Elle respecte toutes les croyances”.” Lit-on dans le communiqué parvenu à Kewoulo.

7 Commentaires

  1. Monsieur le Ministre
    Tu es trop petit avec tes menaces. Soit un Ministre au vrai sens du mot mais un ministron, un Ministre négocie mais pas menacer une communauté. Aie de la Hauteur au moins.
    Ne brûle pas le Pays

  2. Le Ministre n’a pas raison car le port du voile n’est pas une règle de la pratique de l Islam. Le port du voile dans les espaces publics est très récent et surtout après le 11 septembre 2001. Ce chauvinisme religieux est importé au Sénégal où les mamies pieuses et vraies sokhnas n’ont jamais porté de voile. La laïcité est la mère porteuse de l islamisme politique comme l a dit l autre.

  3. J’ai une tante, chrétienne, qui dispensait des cours dans une école islamique ; et il lui était obligé par l’établissement, de porter le voile, et ce n’était pas négociable.

    Alors, que le ministre Mamadou Talla revoit de façon républicaine comment rééquilibrer les choses au sein de l’enseignement dans ce pays, car s’il évoque le laïcité au Sénégal, s’il est dans la vérité, il faudra commencer par démolir la mosquée de l’UCAD qui est un espace d’enseignement supposé être purement universel et convergent à tous sans aucune connotation d’identité particulière, puisqu’elle n’a aucune vocation religieuse (il y-a des mosquées hors de son enceinte partout autour), ensuite qu’il fasse le tour de toutes les écoles pour la validation d’un seul et même règlement laïc pour tous.

    Il n’y-aura pas de deux poids deux mesures dans ce pays qui n’est pas comme les musulmans ont pris la mauvaise habitude de dire : « le Sénégal est un pays à majorité musulmane ». Non, le Sénégal est un pays à majorité sénégalaise. Et la minorité qu’ils regardent avec des yeux de ‘’venus d’ailleurs’’ comme si l’islam était Made in Sénégal, sont leurs frères et sœurs portant les mêmes noms qu’eux. Ce sont tous des sénégalais au même titre qu’eux depuis toute génération, sans que les uns aient un seul iota de plus que les autres de cette terre du Sénégal. Ce sont tous des Ndiaye, Diop, Seck, Diallo, Goudiaby, Ndour, Mendy, Ndione, etc., comme eux, et ils sont souvent imbriqués dans des familles musulmanes qui donneraient leurs vies pour eux, vice versa.

    Que le gouvernement de ce pays trouve une solution à tout ce qui trouble et est en train de modifier les pensées et les comportements que nous ne connaissions pas d’antan, car il est évident que cela a une origine, et ce n’est certainement pas sénégalais, et nous en connaissons tous la source.
    Les gouvernants doivent commencer par eux-mêmes, qui devraient adopter une attitude nouvelle, non partisane, non confrérique ; en se souvenant qu’ils sont là pour tous les sénégalais sans aucune discrimination. Ils doivent éviter d’être liés par quelque compromis, et le travestissement par opportunisme politique ou électoral ne vaut pas la peine à tous points de vue, afin qu’ils soient en mesure de trancher avec intelligence et sagesse en tous temps, pour que le Sunugal soit mené à la juste mesure avec la même équité et le même droit pour tous. Car encore une fois, la justice ne sera pas à sens unique, au risque qu’elle finisse par se mordre la queue. Et la minorité des sénégalais souvent évoqués par les musulmans avec dédain, est très loin d’être le rien de ce pays.

    Il est temps pour nous tous de renouer avec la sérénité et le Sénégal que nous avons toujours connu et chéri, le Sénégal de nos aïeuls, qui de toute façon eux, n’étaient liés d’aucune façon par la religion venue d’ailleurs.

    La religion n’est pas du tout africaine (à ne pas confondre avec les croyances animistes, fétichistes, occultes ou sataniques ancestrales – pratiques auxquelles s’adonnent encore bon nombre de nos jours), elle vient d’ailleurs, nonobstant qu’elle soit juste, vraie et bonne, dans le sens où elle n’a pas pour but de diviser ni de semer la pagaille mais de rappeler à l’homme l’existence d’une seule entité suprême et créatrice de tout à laquelle il doit apprendre à lui consacrer sa confiance et sa foi et à nulle autre puisqu’à elle tout appartient, encore plus, l’Homme. Une entité ici Sainte ; un seul Dieu à qui l’humanité doit se conformer ; d’autant que la religion qui est un protocole, un guide à suivre et pratiquer librement, découle de La Parole qui nous vient de Dieu, sensée (la religion) nous mettre en harmonie avec L’Éternel, entre nous humains et toute la création.

    Maintenant, qu’une religion soit la vraie ou pas, à chacun de faire son choix ensuite Dieu tranchera le jour que Lui seul a fixé. Et si une des religions est fausse, elle sera sanctionnée conformément à la seule justice de Dieu, et avec elle, tous ceux qui l’auront suivie, car Dieu est une seule vérité.

    Que la paix du Christ nous accompagne tous, nous imprègne de son amour, de fraternité avec et envers tous, nous rende transparents et honnêtes, exemplaires en Afrique au-delà de tout ; qu’elle soit le bouclier du Sénégal et rende tous ses enfants prospères, libres de toute influence néfaste, porteurs de la bonne nouvelle en Jésus. Amen.

    • La vérité doit être rapportée telle quelle, dans son esprit et son contexte, et non déformée comme chacun attend que le média (en l’occurrence vous kewoulo.info) la présente.

      Je n’ai jamais dit que les élèves doivent se plier à l’administration interne d’une école, ni invité à une démolition outre un simple référentiel si l’on veut être à bonne équidistance pour tous, et si les mosquées pullulent à l’UCAD, c’est vous qui le dites. Mais j’ai bien dit que le règlement de l’administration d’une école, devrait dorénavant reposer sur un nouveau texte par le gouvernement de tutelle dans lequel tout le monde se retrouve sans aucun penchant religieux ni aucune représentation autre que celle que l’individu persona porte sur lui après que tout le monde ait été d’accord. La suggestion d’une seule et même application universelle à tous sans aucun relent religieux. Ce qui n’implique pas de démolition de lieu de culte local interne à un lieu d’enseignement si celui-ci a pour fondement un courant religieux bien particulier qui lui est régulièrement concédé et reconnu par tous, ce qui n’est certainement pas le cas de l’UCAD, cité par simple référence.

Laisser un commentaire