Booba VS Kaaris : l’ignoble raison cachée derrière leur combat

« Ça en devient malsain »

Texte alternatif de la bannière

C’est officiel : Booba et Kaaris se lanceront au mois d’avril dans un combat déjà historique. Mais toute cette affaire ne serait qu’une façade pour l’un des deux rappeurs aux sombres desseins…

Un jour, un rebondissement. Alors qu’il s’apprête à sortir son troisième album intitulé Or Noir Part 3 le 25 janvier prochain, Kaaris a bien du mal à se concentrer sur son flow. Et pour cause : depuis des années, son esprit est partagé entre le rap et la joute verbale perpétuelle qu’il partage bien malgré lui avec son rival Booba. Tout partait pourtant bien entre les deux compères qui posaient leurs mots ensemble sur le titre Kalash. « Cela m’a permis d’être connu, se souvient-il dans les colonnes du Parisien. Mais ce n’est pas une raison pour dire amen à tout et pour lui appartenir. Je n’ai jamais signé dans son label, je n’ai jamais été son artiste et il ne m’a jamais donné un euro. Mais il voulait que je le soutienne dans ses histoires de clashs avec d’autres rappeurs, il voulait que j’attaque ses ennemis. Je lui ai dit non, car dans le rap, je n’ai aucun ennemi ».

Il ne peut dorénavant plus en dire autant. La suite, on la connaît. Jets de bouteilles de parfum à l’aéroport d’Orly, un mois de détention provisoire pour chacun ainsi qu’une condamnation à dix-huit mois de prison avec sursis. Et histoire d’enterrer la hache de guerre : l’organisation d’un combat de MMA entre les frères ennemis qui pourrait bien rapporter gros… surtout à l’un d’entre eux. Si Kaaris remporte la victoire, il repartira avec une somme – changeante à travers les semaines – dépassant le million d’euros. Quant à Booba, sûr de la force de ses poings, il a simplement demandé un grec, « sauce samouraï, sans frite, salade tomates oignons, pain pita, supplément “guezmer”, servis chaud après le combat par des tchoins en string  ». Admettons.

Mais selon Kaaris, Booba aurait orchestré toute cette histoire de rixe avec une petite idée derrière la tête. «  Il s’est juré d’avoir ma peau, poursuit-il dans Le Parisien. Le problème, c’est lui. Le mec est obnubilé par moi, il fait une fixette sur moi. Et comme il m’a raté à Orly, il veut troller la sortie de mon album. Sa technique, c’est parlons du combat pour qu’on ne parle pas de mon disque. Cela en devient malsain et je me pose vraiment des questions sur son état mental. Je me demande s’il n’est pas fou. C’est un démon qu’il faut éteindre, mais je ne sais pas comment faire  ». Un feu que la sauce samouraï n’aidera certainement pas à calmer…

Laisser un commentaire