Passeports diplomatiques : Alexandre Benalla placé en garde à vue

Texte alternatif de la bannière

Selon nos informations, l’ancien conseiller de l’Élysée est entendu depuis ce jeudi matin à la police judiciaire de Paris dans l’enquête sur ses passeports diplomatiques.

Cinq jours avant d’être à nouveau auditionné par le Sénat, Alexandre Benalla est de retour dans les locaux de la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP). Selon des sources concordantes, l’ancien chargé de mission à l’Élysée de 27 ans a été placé en garde à vue ce jeudi matin à la police judiciaire parisienne dans l’enquête ouverte sur ses deux passeports diplomatiques.

Les enquêteurs veulent savoir dans quelles conditions l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron a obtenu ces documents et quel usage il en a fait. Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire le 29 décembre, notamment pour « abus de confiance » et « usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle », après les révélations de Mediapart selon lesquelles Benalla voyageait encore avec ses passeports diplomatiques pour ses nouvelles activités professionnelles privées malgré son éviction de l’Élysée. Le ministère des Affaires étrangères, qui lui avait demandé la restitution des titres à plusieurs reprises, avait saisi la justice.

Investigations élargies

Lors de sa première audition devant le Sénat dans l’affaire sur les violences du 1er mai, qui lui ont valu sa disgrâce, Benalla avait assuré avoir laissé les passeports diplomatiques dans le bureau qu’il occupait à l’Élysée après avoir été licencié. Depuis, son entourage a fait savoir qu’un salarié de la présidence lui avait rendu les documents en octobre, sans préciser son identité. Ce qu’a démenti l’Élysée. Les policiers vont désormais devoir déterminer qui d’Alexandre Benalla ou la présidence de la République dit vrai.

Contacté, le parquet de Paris confirme le nouveau placement en garde à vue d’Alexandre Benalla et indique que les investigations ont été élargies, le 16 janvier, aux infractions de « faux, usage de faux et obtention indu d’un document administratif » à la suite d’un signalement de l’Elysée. Ce volet de l’enquête concerne les deux passeports de service dont aurait bénéficié le jeune homme, et dont l’existence a été révélée par le Canard enchaîné. Selon le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, auditionné par le Sénat, Benalla a obtenu l’un de ces documents en produisant « un faux » document officiel au ministère de l’Intérieur.

Avec Leparisien

Laisser un commentaire