Bénin : l’homme d’affaire et opposant, Ajavon condamné à 20 ans de prison pour…

Bénin : un homme d'affaire et opposant

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a condamné Sébastien Ajavon à 20 ans de prison et à 6 millions de FCFA d’amende, jeudi 18 octobre. Le président du patronat béninois et opposant au président Patrice Talon ayant préféré rester en France et refusé de se présenter devant ses juges, il a été condamné par contumace.

Ce jeudi 18 octobre, comme le 4 octobre dernier, les avocats de la défense n’ont pu prendre la parole pour défendre Sébastien Ajavon. Pas plus que pour les trois autres personnes soupçonnées d’être impliquées dans une affaire de trafic de drogue suite à la saisie de 18 kg de cocaïne, en octobre 2016. Une peine de 20 ans a donc été prononcée contre lui, en son absence.

À la veille de l’audience, Sébastien Ajavon avait fait savoir par le biais de son avocat français, Me Éric Dupond-Moretti, qu’il ne comparaîtrait pas « compte tenu des graves irrégularités de la procédure et du caractère absurde et mensonger de l’accusation portée contre lui ».

Or, le juge Edouard Gangni, qui présidait cette audience de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Creit), a commencé par exiger la présence physique des prévenus comme condition sine qua non pour laisser les avocats plaider.

Vaines tentatives de la défense

Les tentatives du collège de dix avocats de la défense, qui ont invoqué le code béninois de procédure pénale – lequel prévoit qu’un prévenu peut demander à être jugé en son absence et se faire représenter par un défenseur – sont demeurées vaines. Déjà, lors de l’audience du 4 octobre, Gilbert Togbonon, procureur spécial de la Creit, une juridiction crée en août dernier, avait contesté l’argumentation des avocats.

L’ordre des avocats du Bénin est également intervenu à l’audience pour plaider en faveur de l’argumentation développée par la défense. Mais le président de la Cour est resté inflexible. Les avocats de Sébastien Ajavon et de ses coaccusés ont alors décidé de claquer la la porte, laissant l’audience se poursuivre entre les avocats de l’État béninois, les témoins et le procureur spécial…

Ce dernier a requis 20 ans de prison et 6 millions d’amende, ainsi que l’émission d’un mandat d’arrêt international contre Sébastien Ajavon. Un réquisitoire qui a immédiatement provoqué l’indignation à l’extérieur de la salle d’audience. « Nous n’avons même pas eu accès au dossier ! », s’est notamment insurgé l’un des avocats d’Ajavon. « Avant le 4 octobre, jour de la première audience, notre client ignorait ce dont on l’accusait précisément. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons aucune idée du fond du dossier».

« C’est une mascarade, un simulacre de justice… En 34 ans d’expérience, je n’ai jamais vu ça. C’est inadmissible ! », a pour sa part martelé Me Marc Bensimhon, avocat au barreau de Paris, qui a fait le déplacement de Porto-Novo pour défendre l’opposant béninois.

Arrivé troisième à la présidentielle de 2016, Sébastien Ajavon avait appelé à voter pour Patrice Talon. Mais en quelques mois, les rapports entre les deux hommes se sont dégradés. En octobre 2016, Ajavon a été placé en garde à vue pendant huit jours, suite à la découverte d’un colis de 18 kg de cocaïne dans un conteneur en provenance du Brésil et destiné à l’une de ses sociétés, Comon Sa.

Le 4 novembre 2016, il a comparu devant le tribunal de première instance de Cotonou qui l’a relaxé au bénéfice du doute. L’État béninois ou le ministère public a-t-il fait appel de cette décision ?

C’est l’une des clés du procès. Le camp Ajavon estimait avoir toutes les attestations de non-appel délivrées par le tribunal et la Cour d’appel de Cotonou. « Faux ! », rétorque-ton du côté du gouvernement.

 

Jeune Afrique

Laisser un commentaire