Attaque de Djibanar: Le maire Diallo Sadio crie à « la diffusion de fausses nouvelles » et interpelle l’Etat à sanctionner

La presse sénégalaise vient de subir un camouflet. Et il est de taille. Après la diffusion de l’information donnée par le journal Source A et qui a largement circulé, hier, faisant part d’un affrontement armé entre des éléments supposés appartenir au MFDC aux militaires sénégalais, les autorités locales de Sédhiou comme des officiers supérieurs de l’armée sont furieux. Alors que la peur de nouveaux affrontements commence à gagner le terrain en Casamance, la rédaction de Kewoulo est allé à la source de l’information.

Si du côté de l’armée sénégalaise aucune information n’a filtré -du fait que le colonel Ndiaye, le patron de la DIRPA soit à l’étranger où il séjourne depuis quelques temps-, du côté des autorités locales, à Djibanar, on crie au scandale et à l’irresponsabilité des journalistes. Principale victime de ce qu’il appelle « la diffusion de fausses nouvelles » dont l’objectif est de créer « une panique générale », le maire Ibou Diallo Sadio est amer. Joint par la rédaction de Kewoulo, l’édile de la commune a dénoncé la légèreté avec laquelle des journalistes sénégalais ont traité une information qui est, pourtant, hautement sensible.

« Comme tout le monde, c’est tôt ce matin qu’on a appris, via internet, l’existence d’un affrontement dans notre commune. Quelques heures après, j’ai été contacté par le commandant de la brigade de gendarmerie de Samine où je me suis rendue. Puisque, lui aussi, a été interpellé par ses supérieurs. Mais, nous, ici, nous n’avons pas connu d’affrontement. »  A déclaré le maire de Djibanar au reporter de Kewoulo. Si, irrité par la diffusion de cette information, le maire a eu l’opportunité de crier sa colère à tous ceux qui sont venus le réconforter, du côté des populations on est gagné par l’anxiété. Et la peur du lendemain.

Même si tout le monde, ici, sait que l’information, donnée par la presse, est infondée, le fait que leur commune soit ainsi indexée et mise sur orbite dans la rubrique des Faits Divers fait craindre des retombées négatives pour la commune. « Je ne sais pas ce qu’ils cherchent en créant une psychose ici. Mais, ils doivent comprendre que ce qui adviendra sur n’importe quelle partie de la Casamance n’épargnera pas le Sénégal. Parce que, les prétendus morts qu’ils ont annoncés à Djibanar sont avant tout des Sénégalais. Et lorsque des journalistes annoncent ces prétendus morts, ici, ils inquiètent toutes les familles qui ont des enfants, des frères, des pères militaires comme combattants rebelles en Casamance. »

Aussi loin que puisse se remémorer le maire, Ibou Sadio Diallo, c’est le vendredi 6 juillet que des voleurs étaient venus dans la commune voler une vingtaine de tête de bétail. « Quand on a appris ce vol, on a donné l’alerte. Et les militaires sont partis à la poursuite de ces malfaiteurs. Ensuite, un échange de coups de feu a été noté. Mais, il n’y a eu aucun blessé, encore moins de mort. Je ne comprends pas comment et pourquoi, 12 jours après cet incident, des journalistes reviennent là-dessus; si c’est de cela qu’ils veulent parler; en inventant un affrontement militaire qui n’a jamais eu lieu. » A dénoncé furieux le maire de Djibanar.

 

Laisser un commentaire