Accusé de viol: Kabirou Mbodj traîne deux journalistes au tribunal pour diffamation

Accusé de viol: Kabirou Mbodj traîne deux

Un dossier en diffamation opposant Kabirou Mbodj, le PDG du groupe Wari, aux journalistes Alassane Dramé et Cheikh Oumar Diaw des Echos a refait surface, hier jeudi, au tribunal correctionnel de Dakar. Le nouvel acquéreur de Tigo poursuit les journalistes pour des délits présumés de diffamation.

La soirée du 24 au 25 décembre 2015 restera pour l’éternité gravée dans la mémoire de Kabirou Mbodj comme dans celle de la demoiselle Cissoko. Au sortir de cette soirée, trop intime, pour la fille, inexistantes, pour Kabirou Mbodj- des actes intimes auraient été commis. Et la fille qui s’est dite victime de viol a porté plainte contre l’homme d’affaire devant les policiers de la DIC. Les journalistes, des Echos, qui ont eu vent de cette affaire, l’avaient mise sur la place publique à longueur des Unes assassines. S’étant senti diffamé, le mis en cause a tout simplement porté l’affaire devant le tribunal correctionnel de Dakar, pour diffamation.

Dans la narration des faits, il ressort que deux jeunes filles -l’une serait la nièce de Kabirou Mbodj- qui seraient venues rendre visite à l’homme d’affaire, dans son appartement, se seraient enfuies de l’immeuble, en quittant les lieux à bord d’un taxi. La fille accompagnée de son avocat, Me Boubacar Cissé avait porté plainte à la DIC, pour viol. Et face aux enquêteurs, elle leur avait fait une description détaillée de l’appartement de Kabirou Mbodj. Lors de leurs descente sur les lieux, les enquêteurs ont découvert que la description des lieux, faite par l’accusatrice, était conforme aux constats matérialisés sur procès verbal. L’information judiciaire a été transmise au juge du deuxième cabinet

Le 18 Mars 2015, les témoins avaient été entendus. Et Kabirou Mbodj, auditionné, à son tour, avait nié les faits qui lui étaient reprochés. Et a soutenu ne pas connaître la fille qui se trouve, à en croire Me Boubacar Cissé, être « sa propre nièce. » La fille a ressuscité la plainte estimant qu’il y avait « une injustice de sa part. Et depuis, il a fait deux autres victimes. Quand est-ce qu’il va être stoppé. » C’est ansi que les deux journalistes des Echos seraient entrés dans la danse, en publiant deux articles: « Kabirou Mbodj traîné en justice pour viol « et l’autre « les témoignages qui enfoncent Kabirou Mbodj ».

Ces deux articles qui ont eu l’heur de déplaire à l’actionnaire majoritaire de TIGO. Et ce dernier a automatiquement porté plainte pour diffamation à l’encontre des journalistes Cheikh Oumar Ndaw, le directeur de publication des Echos, et Alassane Dramé, journaliste. Ces derniers, dans leurs articles s’étaient, pourtant, tout simplement limités à relater des faits contenus dans le procès verbal d’audition de la police: sans faire aucun commentaire sur la culpabilité ou non de Kabirou Mbodj.

Pour Maîtres Wone et Camara, « il est inconcevable que des journalistes nuissent à (leur) client; en tenant des propos aussi légers et incohérents, justement au moment où Kabirou Mbodj a acheté l’opérateur téléphonique TIGO à 96 milliards, ça ressemble à une opération de déstabilisation. Ils se sont procurés le procès-verbal -qui n’est qu’informatif- pour écrire leurs articles. » Pour les conseils, c’est un acharnement. Et les avocats de Kabirou Mbodj ont demandé au tribunal « de les punir et de les condamner à payer une amende 50 millions F CFA. »

Pour les avocats de Kabirou Mbodj, cette opération de mise sous presse n’est que « une tentative d’escroquerie« , « une opération de déstabilisation. » Pour Me Boubacar Cissé,  les faits relatés par les journalistes sont réels. « Le juge avait repoussé sa deuxième inculpation pour la vieille affaire, avec ses associés dans Wari, affaire dans laquelle il était inculpé. C’était pour ne pas donner l’impression d’un acharnement. » Selon Me Boubacar Cissé, « les journalistes doivent être relâchés, car Kabirou Mbodj tente de noyer le poisson. » L’affaire est mise en délibéré le 25 Janvier prochain.

 

Laisser un commentaire