Chronique: Y’a-t-il un cas Amadou BA ? (Par Amadou Diouf)

    Amadou Bâ est sous les feux de la rampe. Cette surexposition est peut-être liée à ses fonctions de ministre des Finances qui le placent au cœur de l’exécution budgétaire de l’État. Seulement, il semble trop proche du soleil et, comme Icare, il pourrait se brûler les ailes.

    En effet, Amadou Bâ est cité sur tous les dossiers chauds actuellement au Sénégal. Et pas seulement en bien. Bien au contraire. Il est accusé d’avoir traîné les pieds dans la mise en place des fonds destinés à payer les bourses des étudiants des universités publiques (et virtuelles), même si ses services s’en défendent et estiment qu’il a émis le chèque y afférant depuis le 30 avril dernier. Toutefois, le constat est qu’il aura fallu la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène pour que le paiement des bourses reprenne.

    S’y ajoute que l’État doit une ardoise salée de 8 milliards F CFA aux Établissements privés de l’Enseignement supérieur du Sénégal qui étaient obligés de renvoyer les étudiants qui y étaient orientés par le gouvernement. Un décret d’avance de 4 milliards F CFA avait été signé en leur faveur mais ils accusent le ministère des Finances de leur avoir fait perdre cet avantage faute de volonté.

    En ce qui concerne les Enseignants, le Président Macky Sall était contraint, par le truchement de son Premier ministre et même de la Première dame comme facilitatrice, de monter au front pour éteindre le feu. Et c’est pareil pour tous les secteurs en ébullition. Pour l’Agriculture, le chef de l’État a porté le budget de la prochaine campagne arachidière à 50 milliards F CFA face aux ratages de celle en cours pour défaut de trésorerie. Et il est presque sûr que le président de la République sera encore obligé de monter au créneau pour satisfaire les revendications des syndicats de la Santé qui n’en démordent toujours pas.

    A quoi sert un ministre des Finances si le chef de l’État ou son Premier ministre sont obligés de toujours tout régler eux-mêmes. Les autres ministres peuvent trouver des accords pour satisfaire les revendications des uns et des autres mais si l’exécution ne suit pas ou connaît un retard dans le décaissement des fonds, cela aboutit au scénario que nous vivons actuellement.

    Face à cette situation, on est en droit de se demander : à quoi joue Amadou Bâ ? Surtout qu’il a plongé le Sénégal dans un cycle d’endettement excessif (65 %) qui inquiète les institutions de Bretton Woods. Heureusement que la croissance suit pour l’instant (7,2 %).

    Mais au moment où le Sénégal fait face à ce taux d’endettement élevé et aux multiples revendications du front social, Amadou Bâ se fait décerné le titre de « 2ème meilleur ministre de l’Economie et des Finances d’Afrique » par la très confidentielle FinancialAfrik. Amadou Bâ a-t-il un agenda caché ? Il s’en défend toujours et prétend travailler exclusivement pour l’intérêt du Président Macky Sall. Rien n’est moins sûr.

    Amadou Diouf

    Laisser un commentaire