Urgent: Des opposants à Macky Sall agressés par des gros bras de l’APR devant la résidence du Sénégal

Ils se sont fait connaitre par leurs nombreux coups d’éclats les un les plus originaux que les autres. Cette fois-ci c’est eux qui se sont retrouvés dans la mauvaise posture. Les enfarineurs de Paris ont été, cet après-midi, la cible d’une agression sauvage devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal. Et tout indique que ce sont des agressions ciblées.

Et cette violence gratuite est l’oeuvre d’agents de sécurité recrutés par les services de la présidence du Sénégal pour ne pas voir réitérés les ignobles agressions dont avaient été victimes des proches du parti au pouvoir. Alors que l’opposition et des membres d’associations proches de Assane Diouf s’étaient donnés rendez-vous cet après-midi devant la rue Vineuse, pour chahuter le président sénégalais, Macky Sall, invité d’honneur de la cérémonie d’Armistice organisée ce 11 novembre à Paris, les services de l’ambassade du Sénégal ont fait appel à des agents de sécurité ALS.

Ces derniers ont été renforcés par des nervis recrutés par le consulat du Sénégal à Paris et suppléés par des caudataires moutonniers de l’APR. Et tout ce beau monde avait reçu comme consigne d’exfiltrer et d’isoler Boubkeur Benjalloun de ses camarades. Ce dernier est le représentant d’Atepa 2019 à Paris et l’un des rares activistes à toujours avoir maille à partir avec le camp présidentiel. Comme Boubkeur Benjelloun, Khalifa Ababacar Diop, Maïssa Touré, Ibrahima Diop et la jeune et frêle Mame Sène étaient sur la tablette des nervis.

Ignorant qu’un traquenard leur était tendu devant la résidence de l’ambassadeur, une dizaine d’opposants s’est décidée de rallier la rue Vineuse, pour venir y souhaiter, à sa façon, la bienvenue à Macky Sall. Cette fois-ci, ce sont des agents de sécurité de l’ALS qui leur ont barré la route. Et alors que les opposants se sont approchés de la rue Vineuse, un groupe de Sénégalais acquis au président Macky Sall a signalé à l’assistance la présence de Boubkeur Benjalloun. Comprenant que leur camarade risquait l’enlèvement, Babacar Sall -l’un des enfarineurs de la dernière visite présidentielle- et ses camarades s’interposent pour faire corps autour de Benjalloun. Mais, manque de pots, Benjalloun est empoigné et isolé malgré ses défenseurs.

Frappé de tout bord, il a réussi à s’extirper des griffes de ses agresseurs grâce à la solidarité de son groupe. Mais aussi, grâce à l’aide d’un agent de l’ALS. « Ils ont voulu me faire la fête, mais je m’en suis sorti avec deux bosses sur la tête. C’est moi qu’il voulait avoir. » A réagi Benjalloun, visiblement ravi de s’en être sorti avec tout juste deux bosses sur le crâne. Et la casquette abandonnée entre les mains de ses ravisseurs, en signe de sa capitulation. Comme lui,  Mame Sène, l’une des initiatrices de l’enfarinade de Mme Mbacké au dernier Bercy de Pape Diouf, a été agressée par les quidams de l’APR et s’est retrouvée gravement blessée. Récupérée par les pompiers, elle a été raccompagnée chez elle par ses parents. « Elle a refusé d’aller aux urgences, de peur d’y passer la nuit. Mais, nous verrons la suite à donner à cette affaire« , ont promis les opposants.

Comme Benjelloun, Mame Sène a laissé son sang sur le bitume. Et sa belle perruque laissée en gage de sa volonté de reconnaître la reddition de ses troupes est exhibée, comme un trophée de guerre, par les fedayins de Macky Sall sur les réseaux sociaux. Meïssa Touré, le coordinateur de la fédération Pds de France n’est pas mieux loti que ces deux derniers. Malmené comme Mame Sène, Boubkeur Benjelloun, Khalifa Ababacar Diop, Ibrahima Diop et Babacar Sall, l’éternel wadiste a abandonné derrière lui son fameux chapeau fétiche qu’il n’a jamais enlevé depuis plus de 10 ans. Pour la première fois de leur vie, les compagnons de Meissa Touré ont vu le bras droit d’Abdoulaye Wade, en France, rejoindre son domicile la tête nue. Et le corps endolori.

Laisser un commentaire