Urgent: Bamba Fall abandonne Khalifa Sall pour … « les intérêts de la Médina… »

Texte alternatif de la bannière

C’est dans le désordre que les Khalifistes iront à la présidentielle. Alors que Khalifa Sall, détenu dans le cadre de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, a appelé à voter la coalition Idrissa Seck qui lui avait tendu la perche lors des législatives de 2017, le maire de la Médina, lui, ne compte pas se ranger derrière ce mot d’ordre. Il a prétexté prendre en compte « les intérêts de sa commune. » Et ces considérations locales ne peuvent se faire sans le patron du préfet de la Médina. Un regard posé clairement dans le jardin de Macky Sall.

La décision de l’ex-maire de Dakar de soutenir Idrissa Seck à la présidentielle du 24 février a bousculé les projets de son, jusque-là, bras droit. Et cela, l’édile de la Médina n’a pas tardé à le faire savoir, à peine l’encre du communiqué de Khalifa Sall a séché. Alors que le ralliement de Khalifa Sall n’a pas encore fini de faire son effet, c’est Bamba Fall qui est venu jouer les trouble-fêtes, en fragilisant la cohésion que l’on croyait de rigueur dans le rang des khalifistes. Hier, au micro de la RFM, il a annoncé qu’il refusait de s’aligner sur les positions de celui qui était, jusque-là, son ami et mentor, Khalifa Sall. Et en conséquence, s’abstenait d’appeler à voter Idrissa Seck. Faisant dans le clair-obscur, Bamba Fall a déclaré que ses administrés et lui s’étaient réunis et avaient décidé de ne voter « que pour celui qui prendrait en compte les intérêts de la Médina. »     

Alors que l’on croyait que le maire de la Médina devait être dans l’opposition radicale comme son mentor, Khalifa Sall, Bamba Fall a laissé entendre que les intérêts de la Médina ne seraient pris en compte que par celui qui donne des ordres au préfet de la Médina. Et que ce dernier, depuis un certain temps, bloque tous ses projets. Alors, pour l’amener à débloquer les projets de la Médina, Bamba Fall pense qu’il faut se rallier aux causes du patron du préfet. Une direction clairement indiquée et qui passe, forcément, par l’exécutif représenté par Macky Sall. Parce que, contrairement à l’opposition et à une bonne partie de l’opinion qui veut un changement à la tête de l’Etat, Bamba Fall a clairement fait comprendre que c’est Macky Sall qui passera pour les 5 prochaines années. Et qu’en conséquence, le maire de la Médina, qu’il est, devait se ranger avec lui « pour les intérêts de la Médina. » 

Alors qu’avec cette présidentielle il est question du devenir de toute une nation, le maire de la Médina, lui, a indiqué ne se soucier que du sort immédiat de sa petite commune d’arrondissement. Et donne, ainsi, clairement raison à tous ceux qui avaient ouvertement déclaré que « Bamba Fall était depuis très longtemps dans l’antichambre de Macky Sall » depuis que l’entourage du président, à sa tête le Premier ministre, s’était déplacé pour lui présenter ses condoléances, à l’occasion du rappel à Dieu de son oncle. Après ces amabilités dites publiquement, c’est une vidéo de la soirée très privée de  Bamba Fall en compagnie de Aliou Sall et de Yaye Fatou Diagne, ex-épouse de Sérigne Mboup, qui a démontrée l’immorale relation que le maire de la Médina entretient avec le pouvoir.

Ce 15 février 2018, le maire de la Médina, entouré des siens lors de la cérémonie religieuse, avait clairement déclaré que même s’il est un fidèle de Khalifa Sall, emprisonné pour détournement de biens publics, il répondrait à l’appel de l’Etat: si jamais il avait besoin de lui. Et, sur un ton qui ne laissait aucun doute, il avait déclaré : » le chef de l’Etat a fait un geste de haute portée symbolique. Et, je lui rendrai la monnaie de sa pièce. »

Un échange de bons procédés qui arrive à son heure. Alors que l’opposition, regroupée autour de Idrissa Seck, continue d’engranger des soutiens de poids lourds de la politique politicienne et que Ousmane Sonko, le candidat de la rupture, poursuit sa fulgurante ascension, dans l’opinion, et à s’imposer comme l’alternative à cette classe politique désavouée, le candidat de Benno, lui, stagne. Et se cherche des alliés de taille pour légitimer son plan de passage en force, « dès le premier tour« . Et que l’élément hors du commun, Abdoulaye Wade, ne vienne perturber le jeu électoral, en menaçant vertement la tenue de la future présidentielle. S’il ne finit pas par appeler, tout bonnement, à voter Ousmane Sonko, un jeune pour qui il a beaucoup d’estimes, et ainsi enterrer ses anciens protégés -Idrissa Seck et Macky Sall- devenus ses pourfendeurs d’aujourd’hui. Face à ce dilemme, il ne reste que la carte du duo Bamba Fall-Barthélémy Diaz pour légitimer « Macky 2019 ».

Laisser un commentaire