Tuerie de Boffa Bayottes: Auditions tous azimuts devant le procureur de la République

Tuerie de Boffa Bayottes: Auditions tous

Les 22 personnes interpellées dans le cadre de l’enquête ouverte par la gendarmerie -suite à l’assassinat des 14 tués de la forêt des Bayottes- ont consommé leur temps de garde-à-vue. Après les auditions, elles ont été présentées au parquet de Ziguinchor pour leur inculpation par le procureur de la République. Si l’on en croit des sources judiciaire, de graves et concordants indices ont motivé leur déferrement.

Ils sont 20 individus. A eux seuls -et puisque les tueurs semblent insaisissables-, ils vont devoir payer l’assassinat des 14 tués de la forêt des Bayottes. Après 96 heures de garde-à-vue et des heures de pression pour les faire avouer ces terribles crimes que même le diable n’a pas oser revendiquer la paternité, deux personnes ont été écartées du dossier. Et, aussitôt, remises en liberté. Moins chanceuses qu’elles, 20 autres ont été présentées depuis 11 heures, ce matin, au procureur de la République à Ziguinchor.

A la suite des auditions tous azimuts, les officiers de police judiciaire -qui ont jugé qu’ils avaient récolté suffisamment d’indices graves et concordants à motiver leur inculpation- les ont envoyé devant le maitre des poursuites. Sauf revirement de dernières minutes, c’est tout ce groupe qui sera inculpé en fin de journée et placé sous mandat de dépôt.

Dores et déjà, à Ziguinchor où nos reporters sont actuellement aux aguets au tribunal régional, il se susurre que les mis en cause seront inculpés des chefs d’«association de malfaiteurs, d’assassinat, de participation à un mouvement insurrectionnel et détention illégale d’armes». A midi déjà, lors de notre dernier contact avec des membres de la famille du journaliste-écrivain, René Capain Bassène, nous avions appris que « seuls 7 individus avaient été présentés au Procureur. » Et celui qui semble attirer toutes les attentions n’a pas été aperçu dans l’enceinte du tribunal.

« Nous ne l’avons pas encore vu. Et nous sommes inquiets pour sa sécurité. Néanmoins, nous tenons à préciser que René Capain ne souffre d’aucune maladie. Et n’a pas de tendance au suicide« , a averti son ainé. S’il tient à faire cet avertissement solennel, c’est que l’un des suspects, Bourama Toumboul Sané, aurait « piqué un malaise » et a rendu l’âme, dès le lendemain, jeudi. Et, vu « les nombreuses nombreuses fausses accusations » portées à l’encontre de son jeune frère, dans l’objectif de le diaboliser auprès de l’opinion, Nicolas Silandibithe Bassene est inquiet.

 

2 Commentaires

Laisser un commentaire