Tribunal de flagrants délits de Dakar : Elle avait accusé le religieux Cyril Boma de l’avoir engrossée, le poussant au suicide

Tribunal de flagrants délits de Dakar

Texte alternatif de la bannière

Le religieux Cyril B. Boma a préféré se suicider que de subir l’affront de sa congrégation à la suite d’accusations portées contre lui par sa copine. Laquelle soutient avoir été engrossée par ses œuvres. Cette copine du nom J. Dione et sa complice S. Dia ont comparu hier à l’audience de la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Dakar.

 Elles répondaient des faits d’association de malfaiteurs, d’extorsion de fonds et complicité. Le procureur a requis 2 ans dont 1 an de prison ferme et une amende de 500.000 francs pour chacune des prévenues. L’affaire est mise en délibéré pour le 6 juin prochain. Une histoire d’amour «impossible» qui se termine par une tragédie sous forme de suicide a atterri hier à la barre de la chambre correctionnelle du tribunal de Dakar. Les faits sont déroulés le 26 juillet 2017 lorsque les éléments du commissariat du Point E ont découvert un corps sans vie d’un religieux du nom de Cyril B. Boma de nationalité congolaise et infirmier au Centre « Dalal Xel » de Fatick. Au cours de l’enquête menée par les hommes du commissaire Daouda Bodian, des messages parlant d’argent et de suicide avaient été découverts sur le portable du défunt.

La prévenue Jeanne P. Dionne faisait croire au religieux qu’elle était enceinte et menaçait de divulguer leur relation amoureuse. «Il résidait au Point E et on sortait ensemble», a reconnu la prévenue qui prétend lui avoir demandé d’arrêter leur relation. « Je n’ai jamais menacé de le dénoncer à son frère Léon» a-t-elle soutenu à la barre. «Je ne préfère pas qu’on me laisse tomber, si tu me trahis je préfère me suicider», avait fait comprendre le défunt à sa copine. Cette dernière a réclamé de l’argent au religieux pour les frais de visite prétextant être en état de grossesse. Son amant n’a pas voulu que l’information de sa supposée grossesse éclate et que ses secrets soient divulgués vu son statut de religieux. Finalement, il s’est suicidé par pendaison à un arbre dans son domicile.

Son défunt amant ne s’entendait pas avec son frère Léon de la même congrégation religieuse. Dans son réquisitoire, le procureur a indiqué que les faits sont graves et constants. Cependant, la prévenue a nié les faits à elle reprochés. Des faits qu’elle avait reconnus à l’enquête préliminaire et devant le juge d’instruction. Jeanne et sa complice ont exploité le statut de religieux de la victime pour menacer de divulguer une prétendue grossesse en vue de réclamer plusieurs sommes d’argent à l’amant, a développé le ministère public. L’idylle secrète du religieux et de Jeanne finit par un suicide. Selon l’avocat de la société, la prévenue a tenté de maquiller les faits en déclarant qu’elle entretenait une relation amoureuse avec le défunt mais aussi en lui faisant croire qu’elle était enceinte. Elle soutient ne l’avoir jamais menacé de divulguer leur relation. Sa complice S. Dia avait reconnu avoir reçu 20.000 francs.

Pour la répression, le maître des poursuites a requis 2 ans dont 1 an de prison ferme et une amende de 500.000 francs pour chacune des prévenues. Me Daff de la défense a soutenu qu’on ne peut pas prendre la personne suicidée pour une victime. C’était un religieux, il avait opté pour l’abstention et ne pas entretenir des rapports sexuels. Mais il avait violé son serment puisqu’il savait que cette relation amoureuse était interdite par sa religion. Il est décédé, mais on ne peut pas jeter tout ce discrédit sur sa cliente. Selon Me Daff, il n’est pas interdit de s’aimer et J. Dione n’avait pas la volonté de lui soutirer de l’argent au défunt. Il n’y a jamais eu de chantage, ni de pression de sa cliente. De même, il estime que l’association de malfaiteurs, qui suppose une entente formée en vue de commettre un délit, n’est pas établie.

« On ne choisit pas d’aimer, on tombe amoureux et, dans cette affaire, Cyril est tombé amoureux de Jeanne » a pour sa part plaidé Me Gningue. Sur le fait de réclamer de l’argent à son amant, il parle de jeu et d’astuce de femme dans un couple. Pour lui, il n’y a pas d’extorsion de fonds. La défense a sollicité la relaxe sans peine ni dépens des prévenues. Au final, l’affaire est mise en délibéré pour le 6 juin prochain.

Mamadou SY, Le Témoin

Laisser un commentaire