Société: Abandonnés au Sénégal, la guinéenne Ramatoulaye Diallo et ses enfants sont retournés en France

L’affaire avait fait un grand bruit au Sénégal. Et le traitement comme l’entregent entrepris par Kéwoulo pour sauver cette famille amenée au Sénégal “pour des vacances” et abandonnée au Kilomètre 50 à Thiès par son chef, ont fini par payer. Depuis ce dimanche 31 janvier 2021, la guinéenne, Ramatoulaye Diallo et ses quatre enfants, éloignés du territoire, et privés un temps de leur mère emprisonnée, ont regagné la France.

S’il y a des gens qui se demandent encore à quoi sert Kéwoulo et pourquoi son patron s’acharne à vouloir maintenir un journal qui ne lui apporte pas d’argent alors qu’il y a mille et une manières de se faire de l’argent facile dans le domaine des médias de masse, voilà l’une des plus belles réponses. Et elle vaut tout l’or du monde.  “C’est pour régler ce genre de situation que j’ai tout abandonné en France, refusé d’intégrer des groupes de presse au Sénégal ou d’être à la solde de milliardaires, pour venir mettre en place ce journal le plus pauvre du Sénégal. Mais, si efficace pour sortir les victimes du pétrin dans lequel les forts cherchent à les enterrer. » S’est réjoui Babacar Touré, le fondateur de Kéwoulo, annonçant la bonne nouvelle à sa rédaction. Il y a quelques semaines, outrée par la situation d’abandon de quatre enfants français ramenés par leur père au Sénégal “pour des vacances”, séparés de leur mère emprisonnée pour avoir partagée les photos et vidéos intimes de son mari avec sa rivale, la rédaction de Kéwoulo, contactée par Mme Aïssatou Bah, la présidente de l’association “Droits des femmes” avait mené des investigations et alerté l’opinion sur la situation de danger dans laquelle se trouvait les enfants.

A LIRE AUSSI: Urgent: Leur mère emprisonnée par leur papa, 4 mineurs français sont en danger au Sénégal

Et cette alerte avait fini par interpeller le Quai d’Orsay qui a informé l’Ambassade de France à Dakar afin qu’elle vienne en aide à ces enfants. Alors que Ramatoulaye Diallo était emprisonnée à Thiès, les quatre enfants laissés sans tuteur avaient été récupérés par un maitre coranique, Ismaëla Diallo. Et ce dernier, malgré le peu de moyens dont il disposait, avait tenu à assurer son nouveau rôle de tuteur de quatre enfants. Alors que Mamadou Aliou Diallo, leur père, et son autre épouse, Sariatou Diallo, croyaient avoir réussi leur coup en faisant emprisonner  Ramatoulaye Diallo, le tribunal de Thiès avait ordonné la libération de la maman. Sur ce, elle est revenue récupérer ses enfants. Et grâce à l’association pour “la Défense des droits et Liberté de la femme“, une organisation basée à Orléans en France, Ramatoulaye Diallo a pu quitter Sindian où elle n’était plus en sécurité. Et a été logée discrètement à Dakar.

Entre-temps, l’ambassade de France, qui a appris que le père, Mamadou Aliou Diallo, avait réussi à se faire établir un jugement de non conciliation au Sénégal et à obtenir le droit de garde exclusif des enfants, a demandé à la dame de faire appel de cette décision. «Puisque, fort de cette décision, le père a fait une opposition de sortie du territoire pour les enfants », ont soufflé à Kewoulo des sources judiciaires. Et l’appel de Ramatoulaye Diallo a abouti à faire changer le jugement en sa faveur. C’est donc, muni de cette nouvelle ordonnance, qui lui donne la garde entière de ses enfants, que Ramatoulaye Diallo a pu quitter le Sénégal avec Abdoul 14 ans, Idiatou 12 ans, Aïssatou 8 ans, et Souleymane 4 ans. Et, regroupées au sein de leur association, Aïssatou Bah et ses camarades ont fait le déplacement de Paris pour aller accueillir le groupe à sa descente d’avion, à l’aéroport Charles De Gaule. Après l’accueil, l’autre combat, sur le sol français, sera de leur trouver un logement décent. Parce que, lorsqu’il préparait son coup, Mamadou Aliou Diallo avait résilié le bail de location de l’appartement de sa deuxième épouse, à Paris. Et vendangé ses meubles.

A LIRE AUSSI: Société: Ce que l’on sait de l’affaire des “Petits français” abandonnés par leur père et bloqués au Sénégal

Aussi, il faut préciser que, c’est l’ambassade de France qui a pris intégralement en charge la famille après que nous les ayons logé pendant un mois. Pendant tout son séjour, la famille n’a manqué de rien. Le service social a tout pris en charge. Et c’est, encore, l’ambassade de France qui a payé les frais de rapatriement des enfants. Puisque la mère n’est pas française, c’est nous, de l’association, qui avons pris en charge son billet de retour.” A fait savoir Aïssatou Bah, la présidente de l’association pour “la Défense des droits et Liberté de la femme“, une organisation basée à Orléans, en France. Avec leur retour en France, c’est un autre chapitre de leur vie qui s’ouvre pour cette famille. Et, il sera animé de rendez-vous répétés chez les assistantes sociales comme devant le juge aux affaires familiales. Et, tout porte à croire que les décisions de justice qui se préparent contre le père défaillant, Mamadou Aliou Diallo, vont lui faire fuir la France.

Laisser un commentaire