Société: Ce que l’on sait de l’affaire des “Petits français” abandonnés par leur père et bloqués au Sénégal

Abandonnés au Sénégal par leur père et privés de leur mère emprisonnée suite à la “diffusion de données personnelles” de leur tante, les quatre petits parisiens continuent de subir les affres de l’éloignement. Et de la précarité. Dans la région de Thiès où désormais leur ancien maitre coranique veille sur eux, ils ont assisté hier à l’arrivée mouvementée d’un gendarme venus s’enquérir de leur situation. Et un affrontement physique a été évité de justesse.

La mésaventure des quatre petits parisiens abandonnés au Sénégal continue de préoccuper la rédaction de Kewoulo. Alors que les autorités françaises comme sénégalaises ont été alertées de la précaire situation de ces enfants éloignés du territoire français par leur père pressé de se débarrasser de sa seconde épouse et de sa famille et que les associations de défenses des droits de la femme et de l’enfant ont les yeux braqués sur le Sénégal, un incident apparemment mineur et qui pourrait avoir de lourdes conséquences a été rapporté à Kewoulo. “Un homme se présentant comme un policier est venu pour récupérer les enfants. Il est accompagné par un groupe d’individus non identifié.” A fait savoir Mme Aïssatou Bah, la présidente de l’association pour la Défense des droits et Liberté de la femme, une organisation basée à Orléans en France.

Contacté par Kewoulo, le maitre coranique, devenu le tuteur de circonstance des quatre petits parisiens, a confirmé la présence de ces hommes identifiés,  soutenant même que ces derniers lui ont fait savoir qu’il devait obtempérer à leur volonté de prendre les enfants; faute de quoi un camion de gendarmerie allait se présenter, le lendemain, pour récupérer Abdoul (14ans),  Idiatou (10), Aïssatou (8ans) et Souleymane (4ans), des enfants dont le sort a meurtri tout le Sénégal. Informé de cette situation ubuesque, Kewoulo a tenté de joindre les autorités judiciaires du Sénégal. Le directeur de la sécurité publique comme le commissaire central de Thiès avant de découvrir que l’homme qui a organisé cette visite inopinée est un gendarme, Mamadou Diallo.

Ce n’est pas ce que vous croyez, c’est un parent des enfants. Et il avait toujours essayé de jouer les médiateurs dans cette affaire. C’est un proche qui a essayé d’aider la maman et ses enfants dans la détresse avant l’arrestation de cette dernière“, avait tenu à préciser un gendarme de la brigade de Popenguine où la mère s’était rendue avant son arrestation. Parce que, consciente de la situation de danger dans laquelle elle et ses enfants se trouvaient, Ramatoulaye Diallo s’était rendue dans cette brigade et y avait déposé une plainte contre son mari. Mais, avant que les gendarmes de Popenguine n’aient eu le temps d’instruire son dossier, une autre plainte a été déposée contre elle.

Du coup, de plaignante à Popenguine, Ramatoulaye Diallo s’est retrouvée dans la position de mise en cause à la brigade de gendarmerie de Pout. Cette fois-ci, c’est Sariatou Diallo, la 3 ème épouse de son mari, qui a porté  plainte contre elle pour diffusion de données personnelles. “C’est son fils, Abdoul, qui a partagé des images de notre intimité, ma troisième femme et moi, que sa mère lui avait donné.” A déclaré Mamadou Aliou Bouyssou Diallo dans un enregistrement audio détenu par Kewoulo.

Arrêtée par la brigade de gendarmerie de Pout, Ramatoulaye Diallo a été placée en détention le 15 novembre dernier. Ensuite, elle a comparu le 16 novembre devant le tribunal des flagrants délits de Thiès. Et le délibéré de cette audience est attendu le mercredi prochain, 2 décembre. Pendant ce temps, les quatre enfants, qui étaient à la charge de leur mère, ont été livrés à eux-mêmes, récupérés par la suite par leur maitre coranique devenu, par la force des choses, leur figure tutélaire. Après l’article de Kewoulo, de sources proches du Quai d’Orsay nous ont fait savoir que «une équipe du consulat de Dakar va rapidement prendre contact avec les enfants. » Et c’est, certainement, conscient de la gravité de situation qu’il a créé et des poursuites judiciaires qu’il encore en France que “le père a contacté son parent gendarme pour qu’il aille récupérer les enfants.”

Contacté par Kewoulo, Ismaël Diallo, le maitre coranique devenu la figure tutélaire des enfants, a affirmé que “le groupe qui s’est présenté à (son) domicile était venu récupérer les enfants. Et (l’a) même menacé. Et quand (il a) refusé de les laisser prendre les enfants, ils sont restés devant (son) domicile et ils y sont restés des heures à faire le guet.” Pour sa part, identifié plus tard par Kewoulo, le gendarme Mamadou Diallo a démenti être venu chercher les enfants. “Ce sont mes neveux. Et je suis venu m’enquérir de leur situation. Je les ai toujours aidés avec leur mère et je suis revenu pour leur rendre visite. Et non les prendre.” S’est justifié le gendarme en service à la brigade de gendarmerie de Pout.

Laisser un commentaire