Urgent: Leur mère emprisonnée par leur papa, 4 mineurs français sont en danger au Sénégal

C’est la vengeance d’un homme, le père des enfants, associé à la volonté de se débarrasser d’une rivale de sa troisième épouse qui sont en train de conduire à la tragédie d’une fratrie entière. Éloignés du territoire français, quatre enfants mineurs, à qui leur père avait pourtant promis d’offrir des vacances de rêve au Sénégal, sont bloqués dans la région de Thiès, livrés à eux-mêmes. Et leur mère est emprisonnée pour avoir diffusé des photos porno de son mari et de sa 3 ème femme. Devenus sans horizon, les quatre enfants mineurs courent un danger réel.

Il s’appellent Abdoul, (14 ans), Idiatou, (10 ans), Aïssatou (8 ans) et Souleymane (4 ans). A eux quatre, ces enfants symboles de l’innocence et de la candeur, sont la preuve de la haine qui peut habiter l’homme africain, décidé à se débarrasser de celle qui a été, un jour, son autre lui. Sa raison de vivre jusqu’à ce qu’une nouvelle élue de son cœur se présente, comme cela l’a été pour Mamadou Aliou Bouyssou Diallo, un guinéen établi en France et qui a décidé de transformer le Sénégal en un bagne à ciel ouvert pour sa femme et ses enfants. Silencieuse jusque-là, la mésaventure que vit ces 4 enfants risque à tout moment de se transformer en une tragédie si les autorités sénégalaises comme françaises tardent à réagir. “Mon père nous a amenés au Sénégal pour des vacances. On est arrivés en Août dernier. Et nous étions dans sa maison au kilomètre 50. Il y avait plus de 20 adultes dans la maison. Un jour, mon père est reparti en France nous laissant au Sénégal avec notre mère. On a découvert qu’il est reparti avec nos papiers après avoir cassé la valise de ma mère pour y voler 3000 euros et nos papiers. J’appelle le monde à nous venir en aide, on a rien à manger. On veut rentrer chez nous en France.” A déclaré Idiatou dans une vidéo parvenue à Kewoulo.

A l’origine de cette histoire bouleversante se trouve la volonté de Mamadou Aliou Bouyssou Diallo de se débarrer de son épouse, Ramatoulaye, une guinéenne mariée à Conakry et qu’il a fait venir en France avec ses deux enfants, Abdoul (14) et Idiatou (10 ans). “Etant déjà dans les liens d’un premier mariage, il ne pouvait déclarer Ramatoulaye et vivre la polygamie en France“, ont fait savoir des sources proches de l’homme. Néanmoins, cet obstacle de la loi n’empêchera pas Aliou Diallo de faire venir Ramatoulaye à Paris et d’avoir deux autres enfants avec elle, Aïssatou et Souleymane. Avec le temps et ayant trouvé une troisième épouse, Sariatou Diallo, Aliou a cessé de voir en Ramatoulaye son autre lui. “Et la relation a commencé à se dégrader là-bas. Ils ont eu des difficultés. Mais, le couple a toujours su se retrouver et Ramatoulaye croyait qu’il était possible de sauver son ménage.” A confié Aïssatou Bah, la présidente de l’association Droits et Liberté de la Femme, une organisation basée à Orléans. Décidé à se débarrasser de Ramatoulaye sans coup férir, Aliou Diallo a fait venir sa famille à Dakar au prétexte de lui offrir des vacances pour l’y abandonner.

Après quelques jours passés ensemble et après être retourné à Paris, il leur a demandé de quitter sa maison du Kilomètre 50 pour aller en Gambie. Ramatoulaye ne connait personne en Gambie et n’y a pas de maison. Elle a toute sa vie en France. Entre-temps, lui et son avocat ont envoyé des courrier à l’ambassade de France pour faire bloquer les papiers de la famille.” A fait savoir Aïssatou Ba. Face à cette situation, Ramatoulaye Diallo, consciente du danger et du piège dans lesquels elle et ses enfants sont tombés, a décidé de quitter le harem de Aliou Diallo pour se trouver un logement dans les alentours. “Je ne les ai abandonnés, je les ai laissé dans une maison et c’est leur maman qui les a enlevé pour les emmener je ne sais où”, a laissé entendre Aliou Diallo qui dans un message adressé à sa fille aînée pour tenter de se justifier. Interpellé par Kewoulo, ce même Aliou Diallo a préféré ignorer notre demande de discussion sur le sujet.

Mais, ce qu’ignorait Ramatoulaye c’est que c’est Sariatou, devenue l’élue du cœur d’Aliou, qui va précipiter sa déchéance. Et ça fait longtemps qu’elle travaillait au plan parfait pour la prendre au dépourvu. Deux ans auparavant, sachant son mari était avec la seconde épouse, Sariatou trouvait toujours une occasion de lui envoyer des photos à caractère sexuel d’elle, pour perturber leur intimité. Dépitée de subir ce harcèlement qu’elle trouvait humiliante pour elle, la seconde épouse avait décidé d’agir. “Elle s’est permise de prendre mon téléphone pendant que je dormais. Et y a volé des photos intimes de ma femme et de moi. Ensuite, elle a remis ces photos à son fils, Abdoul. Et ce dernier s’est permis de partager ces photos de notre intimité avec ses amis, à Dakar.” Choqué de voir partagées les photos de son intimité avec sa troisième épouse, Aliou Diallo a demandé à son épouse, Sariatou, d’aller porter plainte contre Ramatoulaye pour diffusion de données personnelles.

Entendue par la gendarmerie de Pout, Ramatoulaye Diallo a été arrêtée le vendredi 13 novembre 2020. A ses amies comme aux enquêteurs, elle a déclaré avoir pris les photos du téléphone de son mari, “mais, je ne les ai jamais donné à Abdoul et ne lui ai jamais demandé de les diffuser. Il les a pris dans mon téléphone sans mon autorisation.” Et, c’est malgré ses dénégations que la gendarmerie l’a déféré au parquet de Thiès. Elle et son fils. “Abdoul a été inculpé, mis sous contrôle judiciaire et doit retourner voir le juge.” Ont confié des sources proches du dossier. Si Abdoul a échappé à la prison -au vu de son age-, la mère, elle, a été placée sous mandat de dépôt à la prison pour femmes de Thiès.

Pendant ce temps, les enfants, livrés à eux-mêmes, sont désormais sous la surveillance d’un jeune adulte qu’il venait de rencontrer et qui venait leur donner des cours de coran. Et avec qui ils n’ont aucun lien de parenté. “Je ne pouvais pas les abandonner. C’est leur mère qui m’avait engagé pour leur donner des cours de Coran. Maintenant qu’elle n’est plus là, c’est mon devoir de les prendre en charge. Mais, moi je n’ai pas les moyens de le faire. En plus, il y a deux filles dans le groupe et l’aînée (Idiatou) est tout le temps malade.” A confié Ismaëla, le maître coranique devenu la seule figure tutélaire des petits parisiens. Faute de moyens et de soins, les enfants souffrent de toutes sortes de maladies de la peau. Ils ne mangent plus à leur faim, sont bloqués à 4 dans une même chambre où ils dorment à même le sol et sont déscolarisés depuis.

 

 

Laisser un commentaire