RD Congo : au moins 5 cinq morts lors des marches interdites

    RD Congo : au moins 5 cinq morts lors des marches interdites

    Au moins cinq personnes sont mortes dimanche à Kinshasa lors des marches interdites contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, ont indiqué l’ONU. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour disperser la foule.

    Ce devait être une marche pacifique. Mais la manifestation initiée dimanche 21 janvier par un collectif catholique contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, qui a débuté à la sortie de la messe de nombreuses Églises de Kinshasa, a rapidement été dispersées par les forces de police.
    Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et de balles réelles au motif que cette marche « n’avait pas été autorisée par l’hôtel de Ville ».
    Bilan : au moins cinq morts et 33 autres blessés, selon l’ONU.

    Une jeune fille de 16 ans est décédée après un tir de rafales d’une « auto-mitrailleuse » visant l’entrée de l’église Saint-François-de-Salles dans la commune de Kitambo.  Aucune information n’a été communiquée sur les autres victimes.

    Il y a eu également 69 arrestations, a ajouté la porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). Les décès ont été comptabilisés à Kinshasa, alors que les blessés et les arrestations ont été enregistrés dans tout le pays, selon cette même source qui parle d’un « bilan provisoire ».

    Des tensions ont également été rapportées dans les grandes villes -Kisangani, Lubumbashi, Goma, Beni et Mbuji Mayi.
    Ce devait être une marche pacifique. Mais la manifestation initiée dimanche 21 janvier par un collectif catholique contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, qui a débuté à la sortie de la messe de nombreuses Églises de Kinshasa, a rapidement été dispersées par les forces de police.
    Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes et de balles réelles au motif que cette marche « n’avait pas été autorisée par l’hôtel de Ville ».
    Bilan : au moins cinq morts et 33 autres blessés, selon l’ONU.

    Une jeune fille de 16 ans est décédée après un tir de rafales d’une « auto-mitrailleuse » visant l’entrée de l’église Saint-François-de-Salles dans la commune de Kitambo.  Aucune information n’a été communiquée sur les autres victimes.

    Il y a eu également 69 arrestations, a ajouté la porte-parole de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). Les morts ont été comptabiliséss à Kinshasa, alors que les blessés et les arrestations ont été enregistrés dans tout le pays, selon cette même source qui parle d’un « bilan provisoire ».

    Des tensions ont également été rapportées dans les grandes villes -Kisangani, Lubumbashi, Goma, Beni et Mbuji Mayi.

    Laisser un commentaire