Procès – Boubacar Decoll Ndiaye : « Matar Diokhané m’a confirmé qu’il était dans le fief de Boko Haram »

Procès - Boubacar Decoll Ndiaye : "Matar Diokhané m'a confirmé

L’accusé Boubacar Decoll Ndiaye est interrogé ce matin par la Chambre criminelle. Né le 22 août 1983 à Dakar, le professeur de mathématiques est polygame et père de quatre enfants. Il est poursuivi pour acte de terrorisme par menace, actes de terrorisme par association de malfaiteurs, financement du terrorisme et apologie du terrorisme.

Après des études supérieures en Génie civil, l’accusé Boubacar Decoll Ndiaye enseignait les Maths en Mauritanie où il a été arrêté. Il affirme avoir été appréhendé en Mauritanie « alors qu’il s’apprêtait à rentrer au Sénégal pour rencontrer la seconde épouse qu’il venait fraîchement de prendre ».

« Matar Diokhané n’a jamais tenté de me recruter. Je n’ai jamais été candidat pour le djihad », se dédouane-t-il. Avant d’indiquer qu’ « en 2015, je regardais les informations de la 2STV. C’était l’heure de la revue de la presse. J’ai entendu que Cheikh Tidiane Gadio avait soutenu qu’en Libye, il y avait des camps de djihadistes où on parlait Wolof. Après, j’ai eu échos d’autres informations selon lesquelles des sénégalais partaient dans les zones de conflit. Je me suis posé la question de savoir si cette information n’était pas un piège. Je me suis dit que l’Etat était informé à l’avance ».

« Je vous rappelle que Cheikh Tidiane Gadio n’était pas un ministre en 2015 », précise le juge.

L’accusé répond : « Même s’il n’était pas un ministre, il gérait l’organisation du forum sur le terrorisme organisé à Dakar. Donc, on ne peut pas l’écarter de l’Etat ». Il ajoute : « Je suis allé rencontrer Imam Alioune Ndao pour lui poser des questions sur terrorisme. Je lui ai demandé s’il ne pensait que la déclaration de Cheikh Tidiane Gadio n’était pas un piège. Il m’a rétorqué par la négative ». Avant de mettre les pieds dans le plat : « Matar Diokhané m’a confirmé qu’il était dans le fief de Boko Haram ».

Laisser un commentaire