Politique: Karim Wade jette son dévolu sur la Guinée pour s’approcher du Sénégal

Contraint de ne plus se mêler de la politique sénégalaise, s’il veut continuer de bénéficier de l’asile politique du Qatar, le fils du président Abdoulaye Wade a décidé de se passer de l’hospitalité de ses hôtes. En prélude de la présidentielle de 2019, le candidat déclaré du Pds a décidé venir s’installer à Conakry, pour être plus proche du Sénégal. Et cela avec la bénédiction d’Alpha Condé.

C’est un sujet qui, au cours des 2 derniers mois, a préoccupé les services de renseignements du Sénégal et intéressé les rares journalistes d’investigation mis au parfum. Karim Wade a décidé de quitter le Qatar pour ne pas se faire raconter la future présidentielle sénégalaise. Mais, loin de lui l’idée de rentrer directement au Sénégal, il va utiliser un pays de la sous-région pour, à défaut de participer à la future présidentielle comme candidat du Pds, peser de tout son poids sur les échéances de 2019. Et c’est en Guinée Conakry qu’il a trouvé une terre d’accueil. Informée de cette hypothèse qui risque de causer des incidents diplomatiques sans précédents, une équipe de Kewoulo avait été dépêchée en Guinée Bissau le 30 mars dernier.

A Bissau où nous avons pris rendez-vous avec notre informateur, Kewoulo a appris que « la Guinée ne sera, juste, qu’une étape dans la préparation de la conquête du pouvoir sénégalais. » A en croire notre informateur, « c’est le président Alpha Condé, en personne, qui a décidé de soutenir le fils de son ancien adversaire, Abdoulaye Wade, pour emmerder le gouvernement sénégalais. Comme il n’est pas en odeur de sainteté avec Macky Sall, il a cru devoir utiliser Karim Wade pour fragiliser Dakar. » Comme il l’avait fait avec l’ancien président gambien, Yahya Jammeh qu’il a pris en amitié, Alpha Condé continue de régler ses comptes avec les présidents sénégalais.

Pour rappel, en tandem avec Laurent Gbagbo de la Côte d’Ivoire, il avait vertement soutenu le dictateur gambien qui avait juré d’empêcher le vieux président sénégalais, Abdoulaye Wade, de trouver le sommeil du juste. Pendant que l’ex-dirigeant gambien était isolé sur la scène internationale, les présidents guinéen, ivoirien et mauritanien en avaient fait leur ami. Et le visitait régulièrement. Dans l’objectif de déstabiliser le Sénégal, Yahya Jammeh avait, en plus d’offrir des bases arrières au MFDC, délivré des passeports diplomatiques à Salif Sadio et à quelques uns de ses proches. Et, c’est à partir de Banjul que le chef d’état-major autoproclamé du MFDC a pu s’envoler vers Tripoli dans les années 90. Et, plus tard, vers Yamoussokro en 2006.

Avec cette prochaine arrivée de Karim Wade, à Conakry, ce sont les frontières sud du Sénégal qui risquent de focaliser les attentions des services de renseignements. A Conakry, pour le moment, le sujet est tabou. Dans des cercles proches de la présidence de la République, on parle plutôt de vouloir « faire bénéficier de l’hospitalité guinéenne à un frère africain à la recherche d’une terre d’accueil. » Pour protéger le président Alpha Condé et éviter qu’on voit dans son projet « d’hospitalité africaine » une ingérence dans les affaires sénégalo-sénégalaise, c’est le premier ministre qui s’est mis en avant. Presque officiellement, à Conakry des sources proches du palais de Sékoutouréya disent que « c’est le Premier ministre, Kassory Fofana, qui a invité son ami Karim Wade à venir visiter le pays. Ce sont des amis de longues dates. »

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire