Politique: La guerre des egos menace la coordination APR Bordeaux

Politique

A l’instar du mouvement des femmes APR de France, la coordination Bordeaux-Aquitaine du parti présidentiel est, depuis quelques temps, secoué par une querelle des égos. Le coordinateur adjoint a organisé un coup d’Etat contre son patron et refuse de reconnaitre l’illégalité de son acte.

 

A l’origine de cet affrontement à fleuret moucheté -qui a débuté en juin-, se trouve la tentative de putsch perpétré par le coordinateur adjoint de la Coordination. En l’absence du titulaire du poste qui s’était rendu au Sénégal pendant un long temps, son adjoint, Habib Sarr, encouragé par des militants acquis à sa cause a organisé une élection à l’issue de laquelle il a été désigné coordinateur de la région administrative Bordeaux Aquitaine. Un putsch entériné par plus de 23 membres du bureau régional.

Informé de cette situation, Moustapha Syll, qui a rejoint la France, a tenté de reprendre son poste. Mais, sa tentative de récupération de son poste s’est heurtée au refus de Habib Sarr de lui céder le fauteuil. « Pourtant, au début quand ils ont voulu faire cette démarche, la responsable des juridictions s’est opposée à cette volonté de démettre le coordinateur. » A témoigné une source proche du dossier. Mais, les avis de Aïssata Dia n’ont pas été écoutés.

Entêtés, les soutiens de Habib Sarr, dirigés par Amadou Baldé, un ancien coordinateur de l’UCS, ont fait bloc derrière leur nouveau champion. Et chacun restant sur ses positions, les activités de la coordination ont été bloquées. Confrontée à cette situation qui paralyse toutes les instances dirigeantes du parti, dans la région, la DSE, instance suprême du parti, a pris les choses en main.

Dirigée par le docteur Talla Daff, une délégation s’est rendue, ce week-end, à Bordeaux pour siffler la fin de la conspiration. « Nous les avons écoutés et, nous fondant sur les dispositions des textes et statuts du parti, nous leur avons fait comprendre que Moustapha Sall reste le coordinateur. Il n’a jamais démissionné, il est resté en contact permanent avec les militants comme avec ses adjoints. Et rien ne permet de le mettre comme cela. » A témoigné Talla Daff.

« D’ailleurs, même quand j’étais au Sénégal, je suis resté en correspondance avec Habib Sarr; en lui donnant des directives concernant la conduite du parti et en prenant ses avis. Au début, il transmettait mes messages. Mais, en un moment, il a arrêté de le faire parce qu’il avait préparé son coup. » Regrette Moustapha Syll. Ecarté de l’instance dirigeante, Moustapha Sall ne pouvait compter que sur l’arbitrage de la DSE. Et cette dernière a tranché net en prenant fait et cause du chef démis. « Tout ce qu’ils avaient fait est illégal » a déploré Talla Daff.

Poursuivant, le monsieur médiation de la DSE a déclaré que « les soutiens de Habib Sarr ont reconnu leur erreur, puisque ils ne connaissaient pas les statuts du parti, et ont fait amende honorable, en demandant à Habib Sarr d’arrêter de paralyser la coordination. » Mais, la bonne foi qui les anime les a éloignés de leur ancien leader auto-proclamé qui reste sur ses positions. Pire, soutenu par quelques jusqu’au-boutistes, il refuse de reconnaître l’illégalité de sa nomination. « Mais bon, il finira par retrouver la raison » espère Talla Daff.

Laisser un commentaire