Mort suspecte du transitaire: Le procureur et la police ne sont pas d’accord sur les causes du décès

Mort suspecte du transitaire

Première brèche dans la défense des policiers impliqués dans la mort violente de El’hadj Babou Elimane Touré, le procureur de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire pour se faire une religion sur les causes de la mort du transitaire.

Après le laconique communiqué de la police sénégalaise déclarant que le gardé à vue, Elimane Touré, se serait donné la mort, les conclusions d’une autopsie qui n’a pas été confrontée à une contre autopsie, la mise en arrêt de rigueur des trois policiers impliqués dans cette fatale garde à vue, les accusations de la famille éplorée qui ne croit pas un traître mot des limiers, c’est le procureur de la République qui vient d’entrer dans le dossier.

A en croire une exclusivité de nos confrères de l’Obs, Sérigne Bassirou Guèye, le procureur de la République auprès du tribunal régional de Dakar, se serait emparé du dossier et demandé l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre des policiers présumés responsables de la mort du transitaire.

L’ouverture de cette enquête judiciaire, confiée à la police prévôtale -équivalence de l’IGPN en France-, est un cinglant désaveu du parquet qui semble avoir du mal à adhérer à la thèse du « suicide par pendaison » comme veut nous le faire croire la police sénégalaise.

Elle montre, aussi, la frontière que le parquet veut mettre en lui et les conclusions d’une légiste, Gisèle Wotto Guèye, dont le avait déjà été mis en doute dans un passé récent; avec l’affaire Ibrahima Ndao, ce Sapeur Pompiers tabassé à mort par ses camarades et que l’experte avait déclaré « mort de mort naturelle. »

Cette auto saisine du parquet -espérant qu’elle ira à bout- semble marquer une nouvelle ère dans la gestion des dossiers impliquant les forces de l’ordre, comme l’ont toujours réclamé les défenseurs de Droits de l’homme comme les citoyens épris de justice.

parallèlement à l’action du ministère public, la famille -qui s’est attaché les services d’un pool d’avocats- va se constituer partie civile et pouvoir avoir accès à tout le dossier au cas où celui ci est envoyé en instruction. Elle pourra participer, si elle veut, aux auditions du fond des policiers suspectés avoir torturé Elimane Touré jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Dores et déjà, la hiérarchie policière qui a pris les devants, en voulant juste sanctionner des fautes légères comme la négligence des agents, auraient déjà suspendu les policiers impliqués dans la garde à vue du « suicidé » et les aurait mis en arrêt de rigueur pour 20 jours.

PARTAGER
Article précédent1374 enfants retirés des rues
Article suivantMort d’Elimane Touré : Seydi Gassama demande à la famille du défunt d’engager des poursuites judiciaires
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire