Mort d’Elimane Touré : Seydi Gassama demande à la famille du défunt d’engager des poursuites judiciaires

Mort d’Elimane Touré

Dans son rapport 2016/17 publié ce mercredi 22 février 2017, la section sénégalaise de Amnesty International a dénoncé les conditions carcérales et les morts en détention.

L’occasion égament pour Amnesty de déplorer la mort du transitaire Elimane Touré, dans les locaux du Commissariat du Port de Dakar. Seydi Gassama, directeur exécutif de la section sénégalaise d’Amnesty international a recommandé à la famille du défunt d’engager les poursuites contre la police.

«Il y a deux jours, on nous a dit que celui qui est mort au Commissariat du Port s’est pendu. On devrait vraiment réfléchir sur ces cas. Une personne confiée à la police pour une garde à vue, doit être à la vue de la police. Donc si cette personne se suicide, la responsabilité de la police est engagée.

Parce qu’on avait confié cette personne à la police pour qu’elle la surveille, l’interroge le temps qu’on puisse le remettre au procureur. Donc si cette personne se suicide, c’est qu’il y a eu des négligences quelque part et je crois que la famille (éplorée) doit poursuivre la police et la gendarmerie ne serait-ce que pour négligence».

Dans ses propos, il a relevé la légèreté des propos avancés par les forces de l’ordre pour dégager leurs responsabilités sur les morts de personnes dans les locaux de la police ou de ceux de la gendarmerie. «Depuis maintenant un an, le seul discours qu’on entend de la police et de la gendarmerie, c’est : « Ils se sont suicidés ».

Et on a bien vu, à Médina Yoro Foula, la thèse de suicide a été bien battue en brèche par les populations. Parce que le chef de village et l’imam sont intervenus plusieurs fois la nuit pour faire arrêter des coups contre un détenu qui est finalement décédé. La gendarmerie a parlé de suicide. Alors que cette personne a été tabassée toute la nuit et qu’il criait. Et que tout le quartier entendait ses cris».

Six personnes mortes en détention en 2016
Seydy Gassama a aussi relevé pour le déplorer la situation des détenus dans les prisons sénégalaises. Lesquelles, dit-il, étaient toujours surpeuplées. «La maison d’arrêt de Rebeuss à Dakar comptait environ 2 090 détenus, pour une capacité d’accueil maximale de 1 600 personnes. Au moins six personnes sont mortes en détention en 2016. Un gardien a notamment été tué par balles pendant une mutinerie à la prison de Rebeuss en septembre.

Quarante-et-une autres personnes ont été blessées, dont 14 gardiens de prison. Autant de raisons qui ont poussé M. Gassama à s’insurger contre le recours excessif à la force. Il trouve même que «l’Année 2017 semble très mal commencer». Il en veut pour preuve que «le 14 février dernier, dans la région de Kédougou un jeune orpailleur a été froidement abattu par un douanier auxiliaire alors même qu’il n’était pas armé et qu’il ne présentait aucun danger».

Seneweb

Laisser un commentaire