Moïse Rampino : « Birahim Seck n’est pas une référence »

Moïse Rampino : "Birahim Seck n'est pas une référence"

Le Sénégal est assurément un pays où il fait bon vivre. Une nation où n’importe qui peut sortir des buissons pour arroser d’une bave dégoulinante son semblable juste parce qu’ayant une haine viscérale à son encontre. La récente sortie au vitriol de Birahim Seck ne prouve pas le contraire. Monsieur Birahim Seck, qui n’a jamais été élu parce que ne pesant pas plus lourd qu’un grain de riz dans son fief, s’est taillé le manteau d’avocat du peuple. Mal lui en a pris parce qu’à l’heure du décompte, il s’est avéré trop ample pour lui nonobstant ses joues boursouflées.

Rien qu’à le voir, on sent nettement les effets du ribâ. Monsieur Birahim Seck qu’est-ce qui justifie votre présence au CESE, une institution budgétivore et inutile, à un moment où le gros du peuple peine à joindre les deux bouts ? En réalité, le président Macky Sall vous a introduit dans ce lieu de recasement de sa clientèle politique juste pour fermer votre clapet. Et Dieu sait qu’il l’a réussi avec brio. Vous êtes payé 2 millions de FCFA/mois à ne rien faire si non à venir faire l’intéressant alors que vous vous gavez de la sueur de vos compatriotes. 

De plus, qui êtes-vous pour parler au nom du peuple Sénégalais ? Que représentez-vous ? Pour votre gouverne, l’ex-ministre d’Etat n’a jamais été condamné pour vol ou détournement de denier public. Karim Wade a été condamné par un tribunal politique composé essentiellement par des magistrats corrompus par le régime en place. Donc, prendre cette sentence qui a violé toutes les dispositions juridiques nationales et internationales ne fait que prouver votre inculture juridique mieux votre méchanceté gratuite. L’ex-ministre d’Etat n’a jamais volé le plus petit franc comme vous le prétendez et cela tous les rapports de l’IGE l’ont confirmé. 

Pour votre gouverne, les nations unies considèrent, dans sa catégorie I, la détention comme arbitraire dès l’instant ‘’qu’il est manifestement impossible d’invoquer un quelconque fondement légal pour justifier la privation de liberté (comme dans le cas où une personne est maintenue en détention après avoir exécuté sa peine ou malgré l’adoption d’une loi d’amnistie qui lui serait applicable).’’ La CREI, en plus de toutes ses tares, a la particularité d’être la seule instance judiciaire du monde où il y a une prédominance de la présomption de culpabilité ce au détriment de celle de l’innocence. Autrement dit, ce n’était pas à cette cour dictatoriale d’apporter les preuves de ses délires mais c’était au fils du président Wade de justifier que ces affabulations n’existaient pas. Preuve de plus que sa détention fut arbitraire et sa condamnation injuste et illégale à tout point de vue. 

Pour finir votre logorrhée, monsieur Seck, vous aviez convoqué Mimi Touré oubliant sans doute qu’elle est championne dans l’art de la mythomanie. Elle qui, le 29 mai 2013, suite à la remise d’un chèque d’un milliard au ministre du budget d’alors, affirmait que ‘’ ce chèque d’un milliard de francs provient d’entreprises qui ont accepté de transiger dans le cadre de la traque des biens mal acquis.’’ Et pourtant, cet argent de l’ordre de 2 milliards de FCFA et non d’ un milliard, n’était rien d’autre que le premier décompte qu’Abbas Jaber, propriétaire de la SUNEOR, avait accepté de rembourser suite à une contestation de la cour des comptes, qui en contestant le prix de rachat de cette société, avait exigé le paiement du différentiel portant sur l’ordre de 5 milliards de FCFA.   

Mimi Touré, pour qui la politique rime avec mensonge et manipulation, d’enfoncer le clou le 24 février 2017, en jurant que ‘’l’Etat a recouvré plus de cent milliards de FCFA dans le cadre de la traque des biens mal acquis. C’est avec l’argent recouvré dans le cadre de la traque que l’Etat a acquis à hauteur de six milliards cash les locaux de l’ancienne ambassade des Usa qui a été affectée au ministère de la Justice en guise de récompense pour le travail abattu dans le sens de la traque’’. Contredisant ainsi le ministre des Finances, Amadou Bâ, qui énonçait à l’assemblée nationale ‘’un montant de 50,1 milliard de FCFA’’. 

Mieux Maitre El Hadji Diouf, pourtant avocat de l’Etat dans ce dossier, va aller plus loin jusqu’à  traiter votre actuelle patronne de menteuse sur le plateau d’une radio de la place, le 26 février 2017 en attestant que ‘’ Aminata Touré n’a pas accès aux dossiers. Même moi, Avocat de l’Etat, ne sais pas combien l’Etat a recouvré. Si c’est le ministre de la Justice, Ismaila Madior Fall, le disait, je pourrais le comprendre. Tout comme si  l’Agent judiciaire de l’Etat l’avait dit, j’aurais aussi pu le comprendre. Tout ce qu’elle dit c’est faux.’’  Comme pour dire à Birahim Seck un bon musulman ne doit jamais mentir à fortiori tenir des accusations qui ne reposent que sur des spéculations mensongères. Si le Président Macky Sall avait une seule once de preuve contre Karim Wade tous les 14 millions de sénégalais auraient beau pleurer des larmes de sang, il ne le laisserait jamais sortir de la prison de rebeuss. 

Eternel Wadiste, Moïse Rampino

LAISSER UN COMMENTAIRE