Elections législatives: « le report serait une solution très sage » Me Abdoulaye Tine

Dans un entretien accordé à Rewmi quotidien, Me Abdoulaye Tine a prôné le report des élections législatives. L’avocat au barreau de Paris est revenu sur la décision du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), qui interdit toute propagande déguisée en période de pré-campagne ayant pour support les médias nationaux publics ou privés et de l’interdiction du préfet de Dakar de la tenue des manifestations.

« Je pense que ce serait une solution très sage. Mais je sais qu’un report aura lieu, mais risque d’être imposé par des événements. Il faut prévoir et anticiper. On a oublié l’intérêt du pays, mais on met en avant l’orgueil ; et cela risque d’aller vers la confrontation. Ce qui est dommage aussi », a dit le président de l’Union Sociale Libérale (USL).

À l’en croire, l’avenir est nuageux et les actes doivent revenir aux fondamentaux de la démocratie, car il y a trop de violation. « On a raté le départ. Dialoguer pour reporter, c’est possible, mais dialoguer entre opposition et pouvoir, c’est un dialogue de sourds. Aujourd’hui, chacun campe sur sa position et c’est la faute du pouvoir qui a violé la loi et ne veut pas céder », a dit Me Tine.

La robe noire est revenue sur la décision du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), qui interdit toute propagande déguisée en période de pré-campagne. « Vous savez, en droit, déjà les textes sont clairs. Il faut regarder le chapitre dans lequel il est mis. Quand on vous parle des libertés et droits de l‘homme dans la lettre mentionnée et il faut le voir dans le siège. Quelle est l’autorité de régulations et chargée de sanctionner, selon vous ? Le CNRA, est-il apte à sanctionner un parti politique ? Dans un texte, si tout cela est flou, ce qui est le cas, on peut faire recours à la finalité du texte (…) », a indiqué Me Abdoulaye Tine.

« Avec la politique sénégalaise, avec tout l’historique, d’aucuns faisaient les campagnes officieuses en allant dans beaucoup de localités. Au nom de quoi un préfet peut sanctionner ou interdire les libertés publiques avec un texte qui ne sanctionne que les médias. J’ai été formé dans le droit privé. Cela n’a pas de sens. Des théoriciens du droit nous ont enseigné que si c’est un flou avec une règle morale ou de droit, il faut se référer aux sanctions (…) », a ajouté le président de l’USL.

Laisser un commentaire