La CEDEAO fête ses 45 ans : Le Rêve de ses Pères Fondateurs, un parcours mixé de jalons et des défis de taille.

La CEDEAO fête ses 45 ans mais le Rêve de ses Pères Fondateurs d’une intégration régionale est aujourd’hui dans un parcours mixé de jalons et des défis de taille. * Par Paul Ejime

Après près de cinq décennies d’existence, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), sans doute la Communauté économique régionale la plus prospère d’Afrique, devrait être fière de ses modestes réalisations, en particulier dans le domaine politique, de la paix et de la sécurité.
Mais cette célébration pourrait être mise en sourdine en réalisant que les réalisations sont encore en deçà des objectifs fixés par les pères fondateurs et des aspirations de plus de 370 millions de personnes.
Avec la mort récente d’Édouard Kodjovi (EdemKodjo), troisième ministre des Affaires étrangères du Togo et ancien secrétaire général de la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA), la liste « des dramatis personae » de la formation de la CEDEAO du 28 mai 1975 Traité de Lagos, malheureusement, diminue. Les principaux acteurs de la mémoire bénie sont l’ancien président du Togo Gnassingbé Eyéma et le professeur Adebayo Adedeji, ancien commissaire / ministre nigérian des finances et de la reconstruction économique, qui ont mérité le sobriquet de «M. CEDEAO», en raison de ses efforts inlassables dans la naissance de l’organisation.
Heureusement, toujours en vie aujourd’hui est l’ancien chef militaire du Nigéria, le général Yakubu Gowon, qui a donné au professeur Adedeji le «commandement» d’entreprendre avec M. Kodjo les navettes diplomatiques et les travaux préparatoires, qui ont abouti à la signature du traité de Lagos par un nombre sans précédent de chefs d’État régionaux lors d’une même séance.
Et cela malgré la forte résistance de la France et de certains dirigeants régionaux, en particulier feu le président ivoirien Félix Houphouët-Boigny, qui avait plutôt soutenu la formation d’un syndicat France-Afrique.
. Le Gen Gowon dans une interview lors de la célébration du 40e anniversaire de la CEDEAO, a noté: «Il y avait des défis mineurs (y compris l’histoire coloniale, les différences culturelles et linguistiques), mais grâce à la détermination et à la volonté politique des dirigeants de l’époque, pratiquement tous les membres Les États étaient représentés et signaient le Traité de Lagos », l’intégration économique et sociale étant alors la principale préoccupation.

Près de deux décennies chaotiques , y compris celle souvent appelée la «  décennie perdue  »

Mais pendant près de deux décennies, y compris ce qui est souvent appelé la «  décennie perdue  » (de la fin des années 1970 aux années 1980), et même jusqu’au début du 21e siècle, la CEDEAO s’est enlisée dans la lutte contre les incendies politiques dans une région, alors connue pour coup d’État militaire. Il convient de noter les conflits au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée-Bissau, puis en Guinée, en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays.
En 1990, les juntes militaires du Nigeria et du Ghana, avec le soutien de quelques autres dirigeants régionaux, ont créé la force régionale de maintien de la paix, le Groupe de surveillance de la paix de la CEDEAO (ECOMOG). Sous la direction de la CEDEAO, les Nations Unies se sont jointes ultérieurement aux interventions en déployant ses missions de paix. Un certain niveau de stabilité politique a ensuite été rétabli au Libéria, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire, mais à des coûts énormes en vies humaines, en biens, en déplacements de millions de personnes et en pertes financières.
Bien que la vague de démocratie pluraliste qui a déferlé sur le continent africain dans les années 1990 ait en fait commencé dans la région de la CEDEAO (Bénin), la région est toujours troublée par des bouleversements socio-économiques et politiques.

La seule région d’Afrique où ses citoyens peuvent séjourner dans un autre pays sans un visa, mais face à des Défis financiers, gouvernance politique, de paix et de sécurité durables

Aujourd’hui, les 15 pays de la CEDEAO pratiquent tous le système démocratique de gouvernement avec des niveaux d’imperfection. Et comme l’a dit le professeur Adedeji dans une interview de 2015 dans sa ville d’Ijebu-Ode dans l’ouest du Nigéria: «La CEDEAO (reste) la seule région d’Afrique où les citoyens peuvent visiter et séjourner dans un pays autre que le leur pendant au moins 90 jours sans un visa. » Cela faisait référence au Protocole phare de la CEDEAO de 1979 sur la libre circulation des personnes, les droits de séjour et d’établissement. Toujours en 1979, la région a adopté le Schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO (ETLS) pour promouvoir la coopération, l’intégration économique régionale et le marché commun.
Défis financiers, gouvernance politique, de paix et de sécurité durables
Et en réponse aux nouveaux défis financiers, le Traité révisé de la CEDEAO de 1993 a prescrit le prélèvement communautaire de 0,5% payable par les États membres sur les importations en provenance de pays tiers. Cela est depuis devenu une source majeure de revenus pour la Commission de la CEDEAO (anciennement le Secrétariat exécutif), remplaçant efficacement les contributions annuelles non viables et irrégulières.
Le Traité révisé a également abordé les questions de gouvernance politique, de paix et de sécurité durables dans la région, aboutissant à plusieurs instruments, notamment le Protocole de 1999 relatif au Mécanisme pour la prévention, la gestion, le règlement, le maintien de la paix et la sécurité (ou le Mécanisme).
Cela a été suivi en 2008 avec l’adoption du Cadre de prévention des conflits de la CEDEAO (ECPF) pour recalibrer l’architecture régionale de paix et de sécurité.
En appliquant la clause de tolérance zéro du Protocole additionnel, la CEDEAO a exercé une pression forte sur les «régimes capricieux» pour qu’ils changent leurs habitudes grâce à une combinaison de sanctions et de diplomatie préventive. Entre 2009 et 2011, trois États membres – la Guinée, le Niger et la Côte d’Ivoire – ont été suspendus pour violation du Protocole
La Commission de la CEDEAO, sous la direction de l’Ambassadeur James Victor Gbeho, a également refusé d’envoyer des observateurs à l’élection présidentielle de la Gambie en 2011 et a refusé de reconnaître le résultat de cette élection au cours de laquelle le président déchu, YayaJammeh, a revendiqué la victoire. Auparavant, sous la direction du Dr Mohamed Ibn Chambas, la Commission de la CEDEAO avait résisté à une tentative de l’ancien président nigérien Mamadou Tandja d’allonger son mandat avec un changement constitutionnel douteux par un référendum bâclé en 2009.
Les progrès face à l’APE
Des progrès ont également été réalisés dans le développement des infrastructures, dans les routes régionales, l’environnement, les projets de pool énergétique et de gazoducs d’électricité et d’énergie, et d’autres programmes communautaires, ainsi que dans la synergie entre les sexes et les affaires humanitaires, la collaboration sur les questions électorales à travers le réseau de la CEDEAO. Les commissions électorales (ECONEC) et l’assistance électorale de la CEDEAO aux États membres.
L’organisation poursuit ses efforts pour concilier les divergences avec l’UE sur l’accord de partenariat économique (APE), qui vise à remplacer l’ancien accord de Cotonou entre les deux régions et à ouvrir des marchés aux échanges commerciaux réciproques. Ce sont tous des efforts louables.
Cependant, avec l’éruption des problèmes de gouvernance dans plusieurs États membres, en particulier au sujet des différends électoraux et la tendance des partis politiques au pouvoir à manipuler les constitutions nationales soit pour des mandats présidentiels ou en faveur du gouvernement au pouvoir, et l’intolérance de l’opposition, beaucoup les observateurs politiques estiment que la CEDEAO devrait être plus proactive et affirmée.
Cela peut être fait en tirant parti des instruments existants, notamment les sanctions et la suspension des États membres en erreur, comme cela s’est produit dans un passé pas trop lointain.
Par exemple, certains États membres comme le Bénin, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Togo, la Gambie, la Côte d’Ivoire et le Sénégal connaissent des conflits politiques effervescents, pour n’en nommer que quelques-uns, qui doivent être réglés avant qu’ils ne dégénèrent en conflits majeurs ou en conflits civils. guerres, que la région ne peut pas se permettre en ce moment
De plus, avec la crise financière mondiale en cours aggravée par la pandémie de COVID-19, les dirigeants de la CEDEAO doivent prendre plus au sérieux la durabilité de l’organisation régionale. Par exemple, la transformation du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO en Commission en 2007, avec toutes ses bonnes intentions, semble avoir créé de la place pour le gaspillage.
Cette décision serait conforme à la Commission de l’Union africaine et à la structure de la Commission européenne. Paradoxalement, la CEDEAO est plus ancienne que la Commission de l’Union africaine qui a vu le jour en 2002, et la Commission européenne met désormais efficacement l’accent sur son unité à travers la nomenclature de l’Union européenne. La CEDEAO, elle aussi, devrait évoluer vers une union plus cohérente avec sa devise de une «CEDEAO des peuples et non la CEDEAO des États».
Initialement, sept commissaires plus un vice-président et président étaient envisagés pour la Commission de la CEDEAO. Mais elle compte désormais 15 commissaires, avec une augmentation considérable des frais de personnel et de fonctionnement et la tendance inutile de certains commissaires opérant en silos, protégeant les intérêts nationaux au détriment de l’objectif communautaire.
Certaines de ces personnes nommées par les statuts prennent apparemment des directives de leur gouvernement d’origine pour traiter des questions communautaires et considèrent donc l’organisation comme un «gâteau régional».

 

Aujourd’hui, le défi de la crise financière mondiale exacerbée par la pandémie de COVID-19
Malgré le réveil il y a deux ans, les 15 commissaires sont toujours en place et la crise financière mondiale est exacerbée par la pandémie de COVID-19; de nombreux pays ont été durement touchés, notamment le Nigeria, puissance économique régionale productrice de pétrole, principal contributeur financier de la CEDEAO.
Le réquisitoire est que la CEDEAO pourrait être confrontée à un grave problème financier, semblable à son expérience dans les années 90, lorsque le Secrétariat exécutif n’a pas été en mesure de payer les salaires du personnel.
L’UA n’a pas de commissaire pour chacun de ses 54 États membres, pas plus que l’UE, qui peut se le permettre. Avec la rotation des postes statutaires de la CEDEAO, l’augmentation du nombre de commissaires à 15, même avec des ressources illimitées, n’a aucun sens sur le plan économique. Le membre Statess devrait insister pour que les commissaires soient en même temps, et chaque membre devrait payer séparément le projet de loi, comme on l’a suggéré une fois.
Cela épargnera à l’organisation le fardeau financier inutile des salaires supplémentaires du personnel et d’autres implications financières d’une structure élargie, y compris de nouvelles directions, des locaux et du matériel de bureau, et des coûts de fonctionnement supplémentaires.
Marché commun et l’union monétaire unique, autres graves préoccupations
Un autre domaine de préoccupation grave pour la survie de la CEDEAO est son pas insatisfaisant vers la réalisation d’un marché commun et d’une union monétaire unique, qui sont essentiels à l’intégration économique régionale.
La France, agissant en collaboration avec la Côte d’Ivoire, a effectivement détourné le nom de devise proposé par la CEDEAO, Eco, pour remplacer le franc CFA, utilisé par les anciens États membres de la colonie française au sein de la CEDEAO. Alors qu »elle a été lente sur son programme de monnaie unique, qui devait entrer en vigueur en juillet prochain après plusieurs reports, la décision de Paris et de ses alliés est non seulement d’une audace condescendante, mais aussi d’un stratagème pour saper le programme d’intégration de la CEDEAO. Il y a mille et un noms qu’ils auraient pu choisir. La substitution du CFA par Eco aussi laisse beaucoup à désirer, car elle semble motivée par la classe dirigeante sans soutien public. La France aura toujours une emprise étranglée sur le destin économique et financier de ses anciennes colonies et à l’instar du franc CFA, le taux de change de l’Eco proposé serait également ancré à l’euro.
Dans l’ensemble, la CEDEAO pourrait être fière, à juste titre, qu’aujourd’hui, en raison de ses interventions, y compris la diplomatie préventive, la culture démocratique s’enracine progressivement dans la région, les titulaires perdant les élections face aux oppositions. Pourtant, la paix et la sécurité restent fragiles dans la région.
À l’avenir, le groupement économique régional doit retrouver ses dents / son assurance pour tenir ses dirigeants et ses États membres responsables des instruments et protocoles qu’ils ont signés et / ou ratifiés. Après 45 ans d’existence, il ne suffit pas que la CEDEAO se prélasse dans la gloire passée, car à qui beaucoup est donné, beaucoup est également attendu.
Mais il faut un engagement indéfectible, de la détermination, de la persévérance et des actions concrètes pour transformer les rêves en réalité!
* Paul Ejime ancien journaliste, consultant en médias, communication et visibilité d’entreprise et élections

Laisser un commentaire