Kolda : inondations en cascade dans la capitale du fouladou

Kolda : inondations

Les importantes précipitations, qui ont frappé l’ensemble du pays durant ce mois de septembre ont submergé des localités entières et obligé des dizaines de milliers de personnes à abandonner leurs maisons.

Si en ville, les populations sont confrontées aux problèmes d’assainissement pour l’évacuation des eaux pluviales, du côté du monde rural ce sont les habitations en banco et les récoltes qui souffrent le plus de ces pluies torrentielles.

Des quartiers entiers de Kolda se sont transformés en véritables marécages, notamment à Gadapara, Sikolo nord, la Cité régionale et à Saré Moussa, partout c’est la désolation. Conséquence, plusieurs maisons en terre ont littéralement fondu sous les eaux.

Ibrahima Camara et sa famille font partie des nombreux ménages fortement touchés par les fortes pluies qui se sont abattues dans la région de Kolda depuis le début du mois de septembre. « J’ai entendu quelqu’un crier, puis j’ai vu que le mur de la cour a cédé. L’eau est entrée brusquement partout dans la maison. J’ai agrippé mes deux enfants et nous sommes vite sorties ».

« Les inondations ont détruits des centaines de maisons dans la capitale du fouladou. Elles sont exceptionnelles cette année, et sont surtout marquées par des précipitations tout aussi exceptionnelles », s’est lamenté Demba Kandé, un sinistré habitant au quartier de Saré Moussa.

« Nous avons tout perdu dans cette maison, riz, lit, matelas, tout est mouillé après l’effondrement de nos cases. Nous dormons presque à la belle étoile mais avec l’aide de nos amis on se débrouille », a-t-il ajouté.

Dans le département de Vélingara, les populations des communes rurales de Linkering, de Kandia et de Pakour ont été tous très affectées par les précipitations abondantes de la présente saison des pluies. Elles ont détruit les cultures dans cette importantes ceinture agricole, forcé des centaines de personnes à quitter leur foyer et ont coupé des routes, selon Diarga Sané, maire de la commune de Pakour.

A l’heure actuelle, personne ne peut évaluer les dégâts occasionnés par ces fortes pluies dans cette partie sud du pays,  mais le plus important reste le secours urgent de ces nombreux sinistrés. A long terme, les autorités devraient envisager des mesures pour éviter la répétition  d’une telle catastrophe.

Laisser un commentaire