Kabrousse: Retour sur les dernières heures de Georges Diatta, le gardien tué et mis dans une fosse septique à Boucotte

Le meurtre barbare de Georges Emafaye Diatta, ce gardien du site de Mécasol à Boucotte Djembéring tué et jeté dans une fosse septique, continue de polluer l’atmosphère à Kabrousse. Ici, dans la ville de naissance de la reine du Kassa, tout le monde croit avoir perdu un des leurs. Et, malgré le temps, la douleur a du mal à passer. Et sa veuve comme ses voisins continuent de ruminer leur colère. A regretter ce “papa aimant” et “voisin généreux” qui n’avait jamais fait parler de lui en mal.

L’affaire Georges Emafaye Diatta continue d’occuper l’actualité locale à Kabrousse, dans la cité de la reine Aline Sitöé Diatta. Ici, alors que l’opinion a commencé à oublier le défunt gardien de Mécasol, tout le monde continue à s’interroger. Comment? Pourquoi et qui a tué Georges Diatta? Si, pour le moment nul ne peut répondre à ces questions, tout le monde est d’accord que l’homme qui a été tué et jeté dans une fosse septique ne mérite pas de finir ainsi. “C’est très inhumain. Ils ont fait des choses atroces. Ils ont agi en barbares”. Répète-t-on en masse en Kabrousse. Si les hommes comme l’ensemble des jeunes ont cherché à se faire justice, en allant détruire les sites appartenant au patron de Georges Diatta. Les femmes, elles, préfèrent s’en remettre à la justice. Pour Alimatou Diatta, la veuve de Georges Diatta, “ce village -de Kabrousse- est trop petit pour que le meurtrier de mon mari puisse échapper à la justice. Nous attendons de l’Etat qu’il fasse tout pour arrêter le meurtrier de mon mari.”

Belle-mère de Georges Emafaye Diatta, Mariama Diatta a fait savoir qu’elle a perdu le goût de la vie depuis l’annonce de la disparition de son beau-fils. Et la découverte de son corps n’a pas arrangé les choses. Revenant sur les dernières heures de vie de son défunt mari, Oulimata Diatta a fait savoir que “c’est le jeudi qu’elle a vu Georges Diatta pour la dernière fois.” Elle devait aller aux funérailles d’un voisin et lui devait aller se refaire une nouvelle carte d’identité. Et après avoir fini avec ce processus civique, Georges Emafaye Diatta s’est rendu à son champ avant de décider, vu l’heure tardive, de continuer sur son lieu de travail: Boucotte-Djembéring, à  8 kilomètres de Kabrousse. Ayant passé la nuit du jeudi à Mécasol, c’est le vendredi -dans la matinée- que le gardien venu remplacer Georges Emafaye s’est retrouvé seul, sans son collègue pour passer les consignes. Ensuite, les rumeurs de la disparition de Georges ont fini par atterrir à Kabrousse, poussant les populations à s’organiser pour aller à sa recherche. Pour leur part, la veuve comme ses mamans se sont senties abandonnées par l’Etat.

Laisser un commentaire