Justice : Mouhamadou Moustapha Fall condamné à 6 mois ferme pour avoir expulsé son frère et son épouse de la maison familiale

​Le nommé Mouhamadou Moustapha Fall a comparu jeudi, à l’audience correctionnelle du tribunal de grande instance (Tgi) de Dakar. Il répondait des faits de destruction de biens immobiliers appartenant à autrui et voies de fait à l’encontre de son frère et de l’épouse de ce dernier. Il a été condamné à deux ans dont 6 mois de prison ferme.

Attrait jeudi à la barre par son petit frère, Chérif Alassane Fall, et l’épouse de ce dernier, Seynabou Laye Ndiaye, pour la destruction de l’escalier de la maison famille et voies de fait, Mouhamadou Moustapha Fall a été condamné à 6 mois de prison ferme. A en croire les plaignants, le prévenu a détruit les escaliers de la maison pour les empêcher d’avoir accès à leur appartement avant de changer les serrures de la maison.

« J’’étais obligé de quitter avec ma femme et aller louer un studio. C’était notre maison familiale. Depuis que mon grand frère eu des problèmes dans son travail, et a été refoulé des Usa en 2006, ce sont mes sœurs qui payaient à la Sicap. J’avais dépensé plus de 800.000 francs pour construire un appartement dans la maison. Pour qu’on ne puisse accéder à l’appartement, mon frère a détruit les escaliers et changé les serrures », a raconté le plaignant, Chérif Alassane Fall.

La dame Seynabou Laye Ndiaye a ajouté que le prévenu, Mouhamadou Moustapha Fall, l’avait appelée un soir vers 22 heures, lui demandant de prendre ses bagages et de sortir de la maison. « Ce n’est pas une maison de famille, j’étais aux Usa et j’ai construit la maison à la sueur de mon front. Sa femme faisait entrer des hommes dans la maison, je l’ai mise dehors parce que qu’elle causait un problème de sécurité. J’ai détruit les escaliers et changé les serrures. J’étais chez l’huissier pour une citation de déguerpir. Lorsque mon frère avait voulu se marier, il m’avait appelé depuis l’Italie, je lui ai envoyé de l’argent pour sa chambre », s’est défendu le prévenu.

Selon Me Diagne, le conseil des parties civiles, « L’objet de la dispute, c’est une maison familiale qui est au nom de Mariama Soda Ndiaye. Ils n’ont pas encore fait l’objet de mutation. C’est Mamadou Moustapha Fall qui a été chez la dame pour demander sa main pour son frère. Même s’il était le propriétaire, comme il avait remis une citation de déguerpir, il ne devait pas procéder à la destruction des biens appartenant à autrui. Il est coupable des faits qui lui valent sa comparution. Il a forcé un couple à quitter son appartement pour louer un studio », a plaidé l’avocat.

La partie civile a réclamé 5 millions de dommages et intérêts. Le parquet a requis l’application de la loi pénale. Quant au conseil de la défense, il a soutenu que le bien objet du litige n’appartient pas aux parties civiles. C’est plutôt la dame Mariame Soda Ndiaye qui devait se plaindre et non le couple. Le défenseur a soutenu que son client était aux USA depuis 1994 et envoyait de l’argent à sa sœur pour payer la maison achetée en 2006.

« Ce n’est pas une maison familiale, ils ne participent pas à l’entretien ni aux paiements de l’électricité et de l’eau. C’est une mésentente familiale », a plaidé le conseil de la défense, sollicitant la relaxe pure et simple de Mouhamadou Moustapha Fall. Ou, dans le cas contraire, une application bienveillante de la loi pénale à son endroit.

Rendant son verdict, le tribunal a déclaré le prévenu coupable des faits qui lui sont reprochés et l’a condamné à 2 ans de prison dont 6 mois ferme. Il devra aussi payer 500.000 de dommages et intérêts à son frère et à sa belle-soeur, raconte Le Témoin qui rapporte les minutes de l’audience.

Laisser un commentaire