Jambars morts au Golf: Mame Mactar Guèye accuse l’Etat d’avoir fait main basse sur l’argent des victimes

Le président de l’Ong Jamra n’est pas allé par quatre chemins pour indéxer le gouvernement sénégalais de détournement dans la gestions des fonds d’indemnisation des victimes et des ayants droits de la guerre du Golf. En conférence de presse ce matin au siège de Amnesty International, le patron de Jamra a déclaré que l’argent dû aux Jambars est bien arrivé au Sénégal. Mais, depuis lors personne ne sait vers quelle destination il a été conduit.

Mame Mactar Guèye est sur le pied de guerre. Après avoir longuement été lanceurs d’alertes contre des fléaux urbains comme la drogue, la prostitution ou l’homosexualité, médiateurs sociaux dans les dossiers d’Ama Sénégal et de la défunte Sotrac, les revoilà sur le terrain de la bataille médiatique. Contrairement aux autres fois, cette fois-ci, il a pris fait et cause pour un camp. Et ce sont les victimes et ayant droits des militaires tués dans l’explosion -causé par un tir de missile- de leur avion qui ont eu le privilège de le compter à leurs côtés. Et le patron de l’Ong Jamra n’y est pas allé par le dos de la cuillère pour accuser vertement l’Etat sénégalais d’avoir fait un hold-up des fonds payés par l’Arabie Saoudite et par l’Onu aux blessés et aux familles des disparus.

Se fondant sur une présumée interview du défunt général Tavarez Da Souza, Mame Mactar Guèye a déclaré que l’argent destiné aux victimes était bel et bien arrivé au Sénégal sous le régne du Président Abdou Diouf. « Mais, des officiers supérieurs de l’armée se sont opposés à ce que ces sommes soient remises à des soldats. Certains chefs militaires étaient allés jusqu’à mettre leur démission sur la table. Ils ont dit au président Abdou Diouf que si ces sommes avaient été remises à des soldats, plus aucun militaire, au Sénégal, n’obéirait à son chef« . Décidé à en découdre avec l’Etat du Sénégal pour l’obliger à rendre leurs dus aux Jambars, Mame Mactar Guèye compte sur les expertises de Mes Abdoulaye Tine et de Assane Dioma Ndiaye.

Laisser un commentaire