« Gilets jaunes » : après les destructions et les pillages, les commerçants mettent la pression sur le gouvernement

Économie

Texte alternatif de la bannière

Poussés à bout par la répétition des manifestations parisiennes tous les samedis, les commerçants demandent désormais au gouvernement des mesures pour compenser la baisse de leur chiffre d’affaires et les dégradations des magasins. Une réunion de crise est organisée lundi à Bercy.

Après un mois de décembre compliqué, qui avait déjà conduit le gouvernement à leur apporter des mesures de soutien, les commerçants parisiens, notamment ceux des Champs-Élysées, pensaient sans doute que le plus dur était derrière eux. Mais samedi, des manifestants radicalisés, auxquels se sont mêlés des « black blocs », s’en sont violemment pris aux magasins de la célèbre avenue. À Paris, « 91 commerces (dont environ 80 sur les Champs, ndlr) ont été impactés par les manifestations, dont 80% assez lourdement touchés (casse, vols, incendies…) », a précisé lundi la Chambre de commerce et d’industrie de Paris et d’Île-de-France.

« Tous les secteurs d’activité ont été touchés : restauration, hôtellerie, équipement de la personne, équipement sport et mode, bijouterie-joaillerie-horlogerie, téléphonie et technologie, parfumerie-cosmétique et optique, boulangerie-pâtisserie et généralistes, banques… », souligne la CCI. Parmi les boutiques et commerces les plus touchés : la brasserie huppée Le Fouquet’s, des enseignes de prêt-à-porter (Celio, Lacoste, Hugo Boss), le chocolatier Jeff de Bruges, mais aussi le magasin du fabricant chinois de smartphones Xiaomi, inauguré mi-janvier, ainsi que de modestes kiosques à journaux.

Europe1.fr

Laisser un commentaire